115 articles avec politique locale

Jean-Pierre Rosenczveig et les macronuls : dire que ces guignols veulent incarner le futur de notre pays !

Publié le par Laurent Comparot

Jean-Pierre Rosenczveig et les macronuls : dire que ces guignols veulent incarner le futur de notre pays !

Franchement, monsieur Rosenczveig vous avez mieux à faire que de perdre votre temps avec des macrondolâtres qui ne sont même pas capables d'écrire correctement votre patronyme !

Partager cet article

Repost 0

Grêve du service de restauration scolaire : le communiqué des élus de l'opposition

Publié le par Aulnay Autrement

Grêve du service de restauration scolaire : le communiqué des élus de l'opposition

Partager cet article

Repost 0

L'association de policiers Flag! écrit une lettre ouverte à Bruno Beschizza

Publié le par Aulnay Autrement

Paris, le 22 novembre 2016

 

             LETTRE OUVERTE

           

            Monsieur le Maire,

            C’est en votre qualité d’ancien policier et d’ancien Secrétaire Général d’une organisation syndicale de la Police Nationale que je m’adresse à vous.

            En effet, l’association Flag ! Policiers et Gendarmes LGBT, que vous connaissez bien, milite depuis de nombreuses années au sein de la police et de la gendarmerie nationales contre l’homophobie et la transphobie. Elle promeut de nombreuses actions de sensibilisation et développe notamment, en partenariat avec les mutuelles de la police nationale Intériale Mutuelle et la Mutuelle Générale de la Police, des actions de prévention en interne en distribuant préservatifs et documents d’information à destination de nos collègues.

            Ce choix politique mené de concert avec nos partenaires mutualistes et le soutien déjà très ancien du ministère de l’intérieur est dicté d’une part par le niveau très élevé des contaminations dans notre pays, d’autre part par le taux de prévalence de l’épidémie impactant plus spécifiquement les personnes homosexuelles. Enfin, notre profession peut conduire à une prise de risque supplémentaire pour nos collègues lors de leurs interventions.

            La prévention à travers des campagnes d’affichage est à ce titre essentiel pour sensibiliser les jeunes et les moins jeunes au risque du SIDA et plus largement aux infections sexuellement transmissibles.

            Aussi, comprenez notre profond malaise et notre stupéfaction après avoir pris connaissance de votre arrêté interdisant sur votre circonscription les affiches de prévention d’une campagne nationale contre les IST montrant deux hommes et promouvant l’usage des préservatifs et le dépistage du VIH.

 

            Vous avez présenté ces affiches comme étant « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité et [portant] atteinte à la dignité au risque de heurter la sensibilité de l’enfance et de la jeunesse« . Comment pouvez-vous expliquer que deux hommes ou deux femmes se tenant l’un contre l’autre puissent porter atteinte aux mœurs et à la moralité ? Depuis quand l’homosexualité est-elle contraire aux mœurs et à la moralité ?

            Le motif invoqué de la protection de l’enfance est d’autant plus absurde que cette campagne ne présente aucun caractère sexuel et qu’au contraire, elle vise à protéger et à alerter les jeunes générations sur les risques de transmission.

            Cette mesure, nous la jugeons autant illégale que discriminatoire et, faute d’éléments de nature à nous rassurer, nous serions en mesure de saisir, notamment, le Défenseur des Droits.

            Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Mickaël BUCHERON

Partager cet article

Repost 0

Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza

Publié le par Laurent Comparot

Comme nous l'avions pressenti sur Aulnay Autrement, il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que le préfet de Seine-Saint-Denis  introduise un recours devant le tribunal administratif de Montreuil pour faire suspendre l'arrêté municipal n°1083. En sa qualité de maire, Bruno Beschizza a pris lundi un arrêté pour censurer les affiches de prévention contre le sida mettant en scène des couples homosexuels. Cet arrêté nous apparaissait manifestement illégal.

Un sentiment partagé par le préfet qui a publié un communiqué à ce sujet.

Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza

Même si cette initiative n'est pas condamné, mais pas non plus soutenue par François Fillon, candidat à la primaire de droite, c'est une véritable bronca médiatique et politique qu'a soulevé l'arrêté Beschizza, (voir ci-dessous) mais aussi une très large indignation populaire.

Sommé par les élus de l'opposition de s'expliquer sur cet arrêté, Bruno Beschizza a refusé d'en discuter dans le cadre institutionnel du conseil municipal. En signe de protestation, les élus de l'opposition ont quitté le conseil municipal.

Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza
Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza

Partager cet article

Repost 0

Les élus de la majorité et donc la ville en mode pause

Publié le par Laurent Comparot

Les élus de la majorité et donc la ville en mode pause

Seulement 19 délibérations pour le conseil municipal de ce mercredi autant dire qu'il sera expédié en 90 minutes chrono, appel des présents, pauses et questions diverses compris. Il n'y aura même pas sauf délibération de dernière minute présentée sur table de nouvelles demandes de protection fonctionnelle de nos chers élus.

L'ennui gagne au conseil municipal. Ne serait-ce la poignée d'élus de l'opposition pour animer, débattre et s'indigner, le conseil municipal est devenu une machine à voter les délibérations présentées par le maire et sa première adjointe sans que les conseillers de la majorité expriment la moindre velléité de débat. Ce mercredi, avec seulement 19 délibérations, l'assemblée municipale tombe à une niveau de travail rarement observé dans ces murs et surtout fort inquiétant pour une ville qui est la troisième du département par son importance en termes démographique et économique. Forte de son poids écrasant, l'équipe municipale tourne désormais au ralenti nonobstant des problèmes qui s'accumulent dans la ville et des défis à relever auxquels notre cité ne sera demain pas préparée.

On rappellera fort utilement que l'actuelle majorité compte 43 élus percevant indemnités et disposant tous de délégations. 19 délibérations (dont un changement d'adresse !) cela un nombre record de 0,44 délibérations par élus. Un mois de travail !

Dans le même temps, la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, imposait la création de conseils de quartiers. En contrepartie de cette disposition, le nombre d'adjoints au maire était déplafonné au-delà des 30 %. Pour Aulnay-sous-Bois, ce sont cinq postes supplémentaires d'adjoints au maire. Or, on constate que même ce travail de proximité est maintenant expédié comme en témoignent encore cette semaine les débats sur la circulation réduits dans seulement trois réunions, alors qu'il y actuellement huit quartiers,.. et qu'il y en avait douze sous le mandat de Gérard Segura.

Cette sous-activité est hélas encore trop ignorée par les Aulnaysiens. Force est de constater que la débauche de communication du maire et de la ville est inversement proportionnelle à l'activité des élus car les annonces sont rarement pas suivies de réalisation. A force de dire qu'on va voir ce qu'on va voir et de ne rien voir venir, cela va finir par se voir...

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>