4 articles avec fiscalite

Démolition de la piscine : des réunions pour tenter de justifier l'injustifiable ?

Publié le par Laurent Comparot

Vue aérienne du Stade Nautique de Coursaille (Vue Google Maps)

Vue aérienne du Stade Nautique de Coursaille (Vue Google Maps)

La décision de fermer temporairement la piscine d'Aulnay-sous-Bois suite à la découverte d'éléments de charpente défectueux en semptembre 2014 ne fait pas débat. C'est le devoir de tout maire face à un risque d'atteinte à la sécurité du personnel et des utilisateurs de cet équipement.

Cependant, il semble que la décision irrévocable de Bruno Beschizza de fermer définitivement le Stade nautique de Coursaille ne passe pas pour l'immense majorité des aulnaysiens. On peine en effet à trouver de nos concitoyens qui appuient cette décision, une décision qui fait désormais débat suite à la publication suite à la menace de l'association Aulnay Environnement de saisir la qui fait état de solutions de réparation peu coûteuses et assez rapides.

Et ce n'est pas anodin si l'exécutif municipal a décidé de convoquer cinq réunions de quartier afin de justifier ce qui passe désormais de plus en plus mal.

Vue dans Oxygène, une jolie piscine à 10 lignes d'eau : mirage ou réalité, un jour...

Vue dans Oxygène, une jolie piscine à 10 lignes d'eau : mirage ou réalité, un jour...

Le projet Beschizza : pour l'instant rien de concret !

On nous promet un nouveau centre nautique dont Oxygène ne cesse de dévoiler les esquisses mais les Aulnaysiens ne peuvent se satisfaire de vagues dessins d'architectes et doivent avoir des assurances. Car à bien y regarder, le centre nautique promis n'est pour l'instant qu'un vague projet. Monsieur Beschizza n'a ni terrain, ni financement (on parle de 20 millions d'euros !), ni même de calendrier à proposer. Il ne faut pas oublier qu'en mai 2015 on nous promettait une piscine olympique !

Parlons argent

Le projet de nouveau centre nautique dont on ignore tout coûterait au bas mot 20 millions d'euros. On ne sait ce qu'englobe ce montant et si les coûteux frais de déconstruction de l'actuel stade nautique sont pris en compte. On est bien loin des hypothèses et évaluations proposées en avril 2015 par les services au maire d'Aulnay-sous-Bois. Les différents variantes de rénovation de l'actuel site étaient évaluées à 1 million d'euros (remise en état de la charpente actuelle), 3 millions d'euros (remplacement de la charpente, de la couverture et de l'isolation) et 9 millions d'euros (reprise de l'ensemble des bâtiments défaillants et mise aux normes), ces trop options permettant une durée de vie de 15 ans (options 1 et 2) ou de 20 ans (option 3). On est en droit de se poser la question de la raison d'un choix si coûteux pour les finances publiques de la ville alors que l'actuelle majorité ne cesse de prétendre vouloir faire des économies.

Le temps joue contre la remise en état de l'actuel site

L'actuel site a toujours une valeur d'usage et il est regrettable que la partie extérieure du site non affectée par la mise en péril n'ait pas été utilisée pour les périodes estivales des étés 2015 et 2016. Faute d'entretien, l'actuel site qui on l'a bien compris rénové pourrait encore facilement servir une bonne vingtaine d'année est pour l'instant laissé à l'abandon.

Les Aulnaysiens auront peut-être des éléments de réponse lors des cinq réunions à venir. Dans le même temps, les utilisateurs, à commencer par toute une classe d'âge d'enfants qui seront privés de la possibilité parfois vitale de savoir nager, devront encore attendre pour bénéficier d'un service essentiel offert dans la quasi totalité des villes françaises.

Les cinq réunions prévues par la Ville d'Aulnay-sous-Bois :

- Gros-Saule : Mardi 11 octobre à 19h
    Réfectoire Malraux, rue du Docteur Claude-Bernard

- Ormeteau : Mercredi 12 octobre à 19h
    Réfectoire Ambourget rue 8 rue du 8 mai 45

- Rose-des-Vents/Croix-Rouge :  Jeudi 13 octobre à 19h
    Réfectoire Croix-Rouge, 1 chemin du Moulin-de-la-Ville

- Prévoyants/Nonneville : Vendredi 14 octobre à 19h
     Salle du conseil municipal, Hôtel de ville

- Fontaine-des-Prés/Mairie Vieux-Pays :  Mardi 18 octobre à 19h
    Salle du conseil municipal, Hôtel de ville

Partager cet article

Repost 0

La Police Municipale et son véhicule à 25.000 Euro par mois (1)

Publié le par Laurent Comparot

Alors que tous les services publics de la ville sont soumis au régime sec, que les associations voient leurs subventions fondre et que les services à la population sont drastiquement réduits, c'est open bar pour la Police Municipale. Les crédits semblent semblent illimités pour ce service sous la direction de Bruno Beschizza.

La Police Municipale et son véhicule à 25.000 Euro par mois (1)

Un reportage diffusé hier soir dans le journal de 20 heures de France 2 relatif aux moyens des polices municipales a mis en lumière les moyens dont dispose désormais la police municipale de notre ville.

Flashball, taser, armes de poing, matraque télecopique, nos policiers municipaux sont suréquipés et ce sans qu'on connaisse les modes d'encadrement de leurs interventions. D'ailleurs, on se demande s'il existe des procédures d'encadrement et d'utilisation de ces armes considérées toutes comme létales au sein de la Police Municipale d'Aulnay-sous-Bois.

La Police Municipale et son véhicule à 25.000 Euro par mois (1)

Mais le summum est atteint avec la présentation par Loïc Leroux, patron de la Police Municipale d'un véhicule pouvant grâce à des caméras verbaliser les véhicules en infraction pour le stationnement. Une petite révolution technologique qui pour seulement 25.000 Euros par mois évite aux agents de la Police Municipale de bouger de leur siège pour verbaliser les conducteurs.

Non, ce n'est pas 2.500 Euros par mois comme je l'ai initialement compris mais bien 25.000 Euros par mois comme le dit clairement le journaliste de France 2.

Une somme colossale qui serait couverte par le recouvrement des amendes ainsi perçues grâce à ce véhicule de grand luxe. Soit ces rentrées sont vraiment surrévaluées, soit on a décidé de faire de l'automobiliste un vache à lait...

A suivre...

IMPORTANT : mise à jour du 19 mai 2015

Suite à la publication de cet article, nous avons reçu un courriel de la direction de la communication de la ville d'Aulnay-sous-Bois accompagné d'un courrier de France Télévision. Dans ce courrier destiné à monsieur Bruno Beschizza maire d'Aulnay-sous-Bois conseiller régional d'Île-de-France (sic) et rendu public, Pascal Golomer, directeur délégué à l'information de France Télévision regrette une mauvaise retranscription des propos des policiers. Le montant de la location du véhicule LAPI ne serait donc pas de " 25.000 euros par mois" mais de 2 500 euros par mois selon monsieur Golomer.

Ce montant n'a pas été confirmé par la direction de la communication de la ville d'Aulnay-sous-Bois auprès de laquelle nous avons demandé de plus amples informations. Nous ne manquerons pas de vous informer quant au coût réel de ce nouveau dispositif et sa supposée rentabilité évoquée dans le reportage.

Partager cet article

Repost 0

Budget 2015 : mise au point du groupe des élus socialistes et républicains

Publié le par Aulnay Autrement

Ce mercredi soir, la retransmission en direct du conseil municipal consacré au débat d'orientation budgétaire a été supprimées par Bruno Beschizza privant nombre d'aulnaysiens d'un débat essentiel sur l'état et l'avenir des finances muncipales.

 

Face à ce déni de démocratie, les élus socialistes et républicains ont préférés se retirer plutôt que dez participer à cette mascarade démocratique.

 

En revanche, il publie ci-dessous une mise au point sur les tenants et aboutissants de ce débat budgétaire loin des fausses vérités et vrais mensonges proférés par Bruno Beschizza et ses communicants.

Budget 2015 : mise au point du groupe des élus socialistes et républicains
Budget 2015 : mise au point du groupe des élus socialistes et républicains

Partager cet article

Repost 0

Facture d'eau : Aulnay-sous-Bois la sixième ville la plus chère

Publié le par Laurent Comparot

Facture d'eau : Aulnay-sous-Bois la sixième ville la plus chère

Cela fait bien un an que notre ville ne s'était pas trouvée dans un palmarès. C'est aujourd'hui chose faite avec cette enquête du magazine 60 Millions de Consommateurs publiée par l'Institut National de la Consommation.

Il s'avère que notre ville est au sixième rang des villes où l'eau du robinet est la plus chère. Finalement, une distinction dont les aulnaysiens se seraient bien passés.

 

C'est finalement le poids des diverses taxes qui pèsent le plus lourd sur la facture. Le poids des taxes locales n'est pas négligeable. Pour les maires, il est plus aisé d'augmenter cette fiscalité directe tout en affichant de l'autre côté une volonté de ne pas augmenter la fiscalité directe (taxe foncière et taxe d'habitation). Cette fiscalité indirecte moins voyante touche pourtant directement les familles nombreuses et les ménages les moins aisés.

 

A deux jours du conseil municipal pendant lequel le maire présentera enfin après l'avoir reporté le débat d'oriention budgétaire (c'est à dire quelles seront les orientations budgétaires, recettes et dépenses), il sera intéressant de voir comment seront impactée les impôts des aulnaysiens.

Il ne faudrait pas que monsieur Beschizza sous couvert de ne pas augmenter la fiscalité directe se rattrappe sur la fiscalité indirecte...

Partager cet article

Repost 0