Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza

Publié le par Laurent Comparot

Comme nous l'avions pressenti sur Aulnay Autrement, il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que le préfet de Seine-Saint-Denis  introduise un recours devant le tribunal administratif de Montreuil pour faire suspendre l'arrêté municipal n°1083. En sa qualité de maire, Bruno Beschizza a pris lundi un arrêté pour censurer les affiches de prévention contre le sida mettant en scène des couples homosexuels. Cet arrêté nous apparaissait manifestement illégal.

Un sentiment partagé par le préfet qui a publié un communiqué à ce sujet.

Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza

Même si cette initiative n'est pas condamné, mais pas non plus soutenue par François Fillon, candidat à la primaire de droite, c'est une véritable bronca médiatique et politique qu'a soulevé l'arrêté Beschizza, (voir ci-dessous) mais aussi une très large indignation populaire.

Sommé par les élus de l'opposition de s'expliquer sur cet arrêté, Bruno Beschizza a refusé d'en discuter dans le cadre institutionnel du conseil municipal. En signe de protestation, les élus de l'opposition ont quitté le conseil municipal.

Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza
Recours du préfet de Seine-Saint-Denis contre l'arrêté anti-affichage Beschizza

Partager cet article

Repost 0

Les élus de la majorité et donc la ville en mode pause

Publié le par Laurent Comparot

Les élus de la majorité et donc la ville en mode pause

Seulement 19 délibérations pour le conseil municipal de ce mercredi autant dire qu'il sera expédié en 90 minutes chrono, appel des présents, pauses et questions diverses compris. Il n'y aura même pas sauf délibération de dernière minute présentée sur table de nouvelles demandes de protection fonctionnelle de nos chers élus.

L'ennui gagne au conseil municipal. Ne serait-ce la poignée d'élus de l'opposition pour animer, débattre et s'indigner, le conseil municipal est devenu une machine à voter les délibérations présentées par le maire et sa première adjointe sans que les conseillers de la majorité expriment la moindre velléité de débat. Ce mercredi, avec seulement 19 délibérations, l'assemblée municipale tombe à une niveau de travail rarement observé dans ces murs et surtout fort inquiétant pour une ville qui est la troisième du département par son importance en termes démographique et économique. Forte de son poids écrasant, l'équipe municipale tourne désormais au ralenti nonobstant des problèmes qui s'accumulent dans la ville et des défis à relever auxquels notre cité ne sera demain pas préparée.

On rappellera fort utilement que l'actuelle majorité compte 43 élus percevant indemnités et disposant tous de délégations. 19 délibérations (dont un changement d'adresse !) cela un nombre record de 0,44 délibérations par élus. Un mois de travail !

Dans le même temps, la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, imposait la création de conseils de quartiers. En contrepartie de cette disposition, le nombre d'adjoints au maire était déplafonné au-delà des 30 %. Pour Aulnay-sous-Bois, ce sont cinq postes supplémentaires d'adjoints au maire. Or, on constate que même ce travail de proximité est maintenant expédié comme en témoignent encore cette semaine les débats sur la circulation réduits dans seulement trois réunions, alors qu'il y actuellement huit quartiers,.. et qu'il y en avait douze sous le mandat de Gérard Segura.

Cette sous-activité est hélas encore trop ignorée par les Aulnaysiens. Force est de constater que la débauche de communication du maire et de la ville est inversement proportionnelle à l'activité des élus car les annonces sont rarement pas suivies de réalisation. A force de dire qu'on va voir ce qu'on va voir et de ne rien voir venir, cela va finir par se voir...

Partager cet article

Repost 0

Prévention : ni censure, ni pudibonderie sur Aulnay Autrement

Publié le par Aulnay Autrement

Prévention : ni censure, ni pudibonderie sur Aulnay Autrement
Prévention : ni censure, ni pudibonderie sur Aulnay Autrement

A partager sans modération !

Partager cet article

Repost 0

La campagne de prévention des IST censurée par le maire d'Aulnay-sous-Bois

Publié le par Laurent Comparot

Les affiches de la campagne avec le bandeau censeur présentées dans la mairie d'Aulnay-sous-Bois (BFM)

Les affiches de la campagne avec le bandeau censeur présentées dans la mairie d'Aulnay-sous-Bois (BFM)

Protégeons nos enfants. Affiches interdites sur le territoire de la commune d'Aulnay-sous-Bois, en vertu de l'arrêté du Maire n°2016-403 pour la protection de l'enfance

D'après le site d'information BFM TV, c''est ce bandeau que Bruno Beschizza maire d'Aulnay-sous-Bois prétend apposer localement sur les affiches d'une campagne de prévention des IST représentant deux hommes torses nus.

Cette campagne a déjà faire l'objet de nombreuses attaques de la part des tenants de la Manif pour Tous dont l'association Civitas présidée par Jean Escada, association généralement qualifiée de catholique intégriste ou même de "national-catholique".

Il semble que les intégristes catholiques aient trouvé un allié précieux en Bruno Beschizza qui déjà par le passé s'était déjà affiché avec sa première adjointe Séverine Maroun dans le cadre de la Manif pour Tous.

Encore une fois, le droite municipale s'enfonce un peu plus dans l'extrémisme, donnant hélas une image extrêmement négative d'Aulnay-sous-Bois et des aulnaysiens.

S'agit-il d'une marque d'homophobie, ce type de discrimination étant prohibée dans notre république ? Quoiqu'il en soit, il est fort probable que l'arrêté municipal évoqué dans l'article de BFM TV soit attaqué et déclaré illégal par la justice.

Nous reviendrons sur cette désolante nouvelle.

Partager cet article

Repost 0

Pas de double ration de frites pour le sarkoziste Beschizza

Publié le par Laurent Comparot

C'était avant...

C'était avant...

L'élimination de Nicolas Sarkozy au premier tour des primaires de la droite est un coup dur pour Bruno Beschizza. L'actuel maire d'Aulnay-sous-Bois perd son mentor politique. Même si sa foudroyante carrière dans la Police Nationale puis au service de l'État n'est bien sûr due qu'à ses seuls mérites professionnels (ce qui ne fait pas l'objet de discussions), Nicolas Sarkozy a fortement aidé politiquement son poulain, y compris en le parachutant à Aulnay-sous-Bois.

Prédestiné à un avenir ministériel, Bruno Beschizza voit ses chances de promotion s'éloigner avec le retrait de Nicolas Sarkozy, même s'il conserve de très nombreux soutiens au seuil de l'appareil politique LR. En revanche, localement, il s'agit d'un nouvel échec car  il n'a pas su imposer le candidat Sarkozy sur le département, distancé de 10 points par Alain Juppé et de 5 par François Fillon, ni même sur son fief d'Aulnay-sous-Bois.

Un nouvel échec qui montre encore une fois la perte de vitesse de l'actuel maire sur la ville.

Imaginons l'après... (avec tout plein de trucages)

Imaginons l'après... (avec tout plein de trucages)

MAJ 21/11/2016 16h12 : Bruno Beschizza annonce son ralliement à François Fillon sur sa page Facebook

Partager cet article

Repost 0