Sécurité dans les transports : la déclaration commune des cinq maires

Publié le par Aulnay Autrement

À l’initiative de François Asensi, maire de Tremblay-en-France, les maires d’Aulnay-sous-Bois, Gérard Ségura, du Blanc-Mesnil, Didier Mignot, de Sevran, Stéphane Gatignon et de Villepinte, Nelly Roland Iriberry se sont rencontrés en mairie de Tremblay-en-France, ce mardi 11 mai 2010 pour affirmer leur solidarité avec les chauffeurs de bus qui assurent le transport des habitants. Ils s’engagent à renforcer les actions de prévention dans leur ville et exigent de l’État qu’il assume toutes ses responsabilités pour assurer un service de transport de qualité aux habitants de leurs cinq villes.

 

“ Depuis plusieurs mois, les bus qui traversent nos communes sont la cible régulière d’une poignée de délinquants ; tensions, incivilités, violences, parfois caillassages de bus. Ces actes sont intolérables. Ils rendent

insupportables les conditions de travail des chauffeurs qui conduisent leur bus dans la peur de l’incident. Ils pénalisent gravement la population de nos villes qui se trouvent privée des dessertes habituelles de transports

en commun.

Nous manifestons notre soutien aux chauffeurs de bus qui vivent une situation intenable. Nous sommes solidaires de leurs actions. Ils ont le droit d’exercer leur métier en toute sécurité. Le service d’utilité publique qu’ils rendent à nos concitoyens est irremplaçable. Leur travail contribue à faire vivre tous les quartiers de nos villes. Ils permettent aux habitants de se rendre à leur travail, sur leur lieu d’études, de faire leurs courses, de fréquenter les nombreux équipements de culture, de loisirs et de sports. Il est inadmissible que les valeurs de respect du travail, des travailleurs eux-mêmes, de ces chauffeurs qui rendent un vrai service soient

ainsi bafoués. De plus, certains journalistes caricaturent cette réalité, n’hésitant pas à dégrader l’image de nos communes et les présentant comme des villes en état de siège. Ils contribuent ainsi eux-mêmes à alimenter

les incidents.

Nous refusons cet engrenage qui contribue à isoler nos lieux de vie. Chacun, dans les villes dont nous sommes maires, nous mettons en place et développons toutes les initiatives de prévention pour que ces valeurs de respect, de considération du travail des chauffeurs comme de tous les intervenants dans nos villes soient la règle. Déjà, différentes interventions sont organisées avec les compagnies CIF-Véolia ; RATP et TRA, avec les chauffeurs de bus, dans les écoles, les collèges, les lycées. Nous sommes déterminés à susciter, à inventer d’autres actions allant dans ce sens en direction des jeunes.

Nous exigeons de l’État que tous les moyens soient mis en oeuvre pour confondre les responsables de ces actes délictueux. Au moment où nous savons que les conséquences de la crise économique ont des répercussions sociales graves, nous attendons un engagement fort de l’État pour assurer ses mission de services publics et pour prendre toutes les dispositions permettant de développer les moyens d’accompagnement, de prévention et d’éducation en direction de la jeunesse. Le service public de la police nationale doit également être renforcé dans nos villes au plus près de la population.”

 

Fait à Tremblay-en-France, le 11 mai 2010

 

NDLR : cette déclaration a été publiée dans le numéro 85 d'Oxygène en date du mercredi 15 mai 2010 suite aux multiples agressions dont ont été victimes les transports en commun routiers du nord-est du département.

 

Publié dans sécurité publique

Commenter cet article