Sauvons les services publics à Aulnay-sous-Bois

Publié le par Laurent Comparot

Plus que jamais, les services publics qui assurent l'égalité de traitement et la cohésion territoriale sont menacés. Victimes d'un dogme néo-libéral totalement inefficace et obsolète, ces services risquent de faire l'objet de nouvelles attaques au nom de la cure d'austérité, victimes expiatoires de la crise financière.

 

A Aulnay-sous-Bois, les services publics sont menacés et nous devons plus que jamais nous mobiliser pour les préserver.

 

La Poste

Malgré la très forte mobilisation pour le référendum relatif au changement de statut de La Poste, elle est devenue le 1er mars 2010 une société anonyme à capitaux publics. Déjà en 2009 lors de la votation citoyenne, Aulnay-sous-Bois n'était pas en reste pour manifester son attachement au service public de La Poste (2560 votants, 2503 voix en faveur du référendum).

Ce changement de statut constitue une menace supplémentaire pour les conditions d'accès et d'accueil dans les bureaux aulnaysiens, voire le maintien de certains bureaux alors que le rôle de La Poste est essentiel pour notre ville tant pour les activités postales que pour les activités bancaires.

 

La Police Nationale

Autre service public essentiel et pourtant menacé, le Police Nationale va aussi faire les frais de la politique de rigueur budgétaire. Déjà en grave sous-effectif dans notre département, le gel des recrutements et des crédits et la politique de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux devraient encore creuser les effectifs. Malgré des discours rassurants, notre ville n'est pas épargnée et nous savons déjà que l'UTEQ (Unité territoriale de quartier) promise ne sera jamais déployée.

La loi Loppsi 2 (Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) entérine ce désengagement au profit des polices municipales et de la « vidéoprotection ».

 

L'Éducation Nationale

Nos écoles, collèges et lycées sont menacés par des suppressions massives de postes, par la réforme de la formation des maîtres dont le seul résultat est de mettre en situation des enseignants inexpérimentés ou encore par l'utilisation accrue de personnels à statut précaire et d'étudiants. Le remplacement des maîtres ou professeurs absents est de moins en moins assuré. L'utilisation de personnel précaire ou d'étudiants inexpérimentés (y compris dans les écoles maternelles de notre ville) met en péril les conditions de travail des élèves et personnels.

 

Les Hôpitaux

Les deux hôpitaux publics assurant l'offre de soin et les urgences sur la commune, l'hôpital intercommunal Ballanger et l'hôpital de l'AP-HP Jean Verdier de Bondy sont aussi menacés par les nouvelles règles budgétaires qui privilégient les objectifs de rentabilité au détriment de la qualité des services médicaux. Ainsi, l'AP-HP est menacée par une restructuration sans précédent pourtant condamnée par l'ensemble des catégories salariales, restructuration menée au seul profit de grands groupes privés.

 

Plus que jamais, au-delà des clivages politiques et sociaux, les aulnaysiens doivent s'unir pour maintenir et assurer le développement de ces services publics qui assurent la cohésion territoriale et sociale de notre ville.

Publié dans tribune libre

Commenter cet article