RER B Nord : coup de gueule sur les rames bondées du soir

Publié le par Laurent Comparot

coup de gueuleLes dirigeants du STIF et les responsables d'exploitation de la ligne B du RER (SNCF et RATP) ne doivent pas souvent fréquenter ladite ligne. Et encore moins en soirée après le coup de feu de l'heure de pointe, quand les rames formées de deux éléments (soit un total de huit voitures) sont remplacés par des rames réduites à un seul élément (soit seulement quatre voitures).

 

Cette configuration de soirée convient peut-être pour la désserte de la vallée de Chevreuse au sud de la ligne peu urbanisée et à la faible affluence voyageur en soirée.

 

Cependant, elle est complètement inadéquate sur la partie nord bien plus urbanisée qui dessert entre autres le Parc des Expositions et surtout la plateforme aéroportuaire de Roissy, et dont nombre de voyageurs sont des salariés aux horaires décalés.

 

Le résultat est que sur cette partie nord de la ligne, les voyageurs sont contraints de se tasser difficilement dans des rames réduites à quatre voitures dans des conditions qui ne sont pas sans rappeler celles des pires heures de pointe de la semaine.

 

Alors qu'à ces heures tardives, la partie nord de la ligne reste fréquentée par des travailleurs fatigués désireux de rentrer confortablement vers leurs domiciles, on les contraint encore une fois et volontairement à voyager dans des conditions dégradées, donc dans des conditions dégradantes.

 

Tout comme la mise en place d'horaires de week-end lors des jours dits de pont (qui n'ont aucun caractère officiel sauf dans les transports franciliens !), la réduction des capacités de transport lors service de soirée est purement honteux et injurieux pour des voyageurs qui peuvent parfois aussi prétendre à un peu de considération et de confort.

Publié dans transports

Commenter cet article