PSA : jeudi noir pour Aulnay

Publié le par Laurent Comparot

La direction du groupe automobile PSA Peugeot Citroën n'a pas attendu la réunion du Comité Central d'Entreprise pour annoncer la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois à l'horizon 2014.

 

Certes, ce n'est plus une surprise tant de nombreux indices laissait présager une telle décision.

  

La feuille de route mise en place par le président du groupe Philippe Warin et incidemment dévoilée par les syndicats représentatifs des salariés l'an dernier aura été finalement bien respectées. L'annonce de la fermeture planifiée au lendemain des échéances électorales est tombée. Et ce malgré les démentis et dénégations de cette même direction et de nombreux responsabnles politiques au premier rang desquels l'ancien président Nicolas Sarkozy, l'ancien ministre de l'industrie Éric Besson et l'ancien député et toujours conseiller municipal Gérard Gaudron. Il faudra aussi un jour se pencher sur ces protagonistes de l'omerta industrielle.

 

psa aulnay

 

Les craintes des salariés, de leurs représentants syndicaux, et de la majorité des élus locaux étaient bien fondées.

 

Malgré cette catastrophe annoncée, c'est un véritable choc pour les salariés et pour l'ensemble du notre territoire qui dépasse bien sûr les frontières de notre commune.

 

Par ailleurs, Gérard Ségura, maire d’Aulnay-sous-Bois, Daniel Goldberg, député de la Seine-Saint-Denis et Jean-Pierre Blazy, député-maire de Gonesse tiendront une conférence de presse commune en mairie d’Aulnay-sous-Bois à 12 heures ce jeudi 12 juillet à l’issue de la réunion du CCE extraordinaire du groupe PSA.

Publié dans PSA Aulnay

Commenter cet article

lolforever 09/08/2012 20:48


Salut lolo, ça farte ? alors la conférence elle est ouuuuuu...


c'est pas trop dur en ce moment, plus personne à critiquer, le gouvernement il est trop bien, il a dit que c'était pas bien de fermer citroen!


j'espere que le député va voter une loi interdisant les licenciements... non on peut pas, c'est trop ? ok je vais me coucher lol

Laurent Comparot 30/08/2012 13:40


Je ne pense pas que le licenciement de milliers de travailleurs et la fermeture du premier site industriel de Seine saint denis soit un motif de satisfaction y compris dans une logique d'opposition
politique. La responsabilité de la direction et des actionnaires du groupe PSA reste posée alors que ce groupe est dans un piètre état financier. Les stratégies passées industrielles et
commerciales, l'absence d'alliances industrielles, l'obsession du contrôle de la famille Peugeot, la gestion purement financière ont pesé sur ce groupe. La crise économique et le coût de la main
d'oeuvre (seuelement 6 % des coût de production) ont bon dos...