Oxygène n°209 (Février 2014)

Publié le par LC

Oxygene209.jpg

Nous poursuivons cette rubrique du décryptage d'Oxygène, le mensuel municipal. Ce mois-ci, la maquette est déclinée en vert, la couleur de l'espoir ? Pas sûr.


- Couverture : la couverture est illustrée par la manifestation de soutien suite aux tragiques évènements survenus dans la capitale en janvier 2015.

 

- Page 3 : pluralisme oblige, voici de nouveau la page réservée au maire qui revient sur les assassinats perpétrés dans la capitale. On soulignera que la page réservée à Bruno Beschizza est suivie du texte suivant : à noter que compte tenu des prochaines élections départementales qui auront lieu les 22 et 29 mars 2015, et afin de garantir le respect de l’encadrement de la communication des collectivités en période préélectorale, fondée pour l’essentiel sur les articles L52-1 et L52-8 du code électoral, les éditos du Maire observeront une totale neutralité. "

Un bel aveu qui signifit donc que les précédents éditoriaux (et pas éditos en sabir de journaleux) relevaient de la propagande électorale comme nous n'avons cessé de le dénoncer.

D'ailleurs, on rappellera que conformément à l'article L52-1 du code électoral la période est de six mois avant la date du scrution et non de deux mois comme le suggère Oxygène :

 "Pendant les six mois précédant le premier jour du mois d'une élection et jusqu'à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, l'utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite.

A compter du premier jour du sixième mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections générales, aucune campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d'une collectivité ne peut être organisée sur le territoire des collectivités intéressées par le scrutin. Sans préjudice des dispositions du présent chapitre, cette interdiction ne s'applique pas à la présentation, par un candidat ou pour son compte, dans le cadre de l'organisation de sa campagne, du bilan de la gestion des mandats qu'il détient ou qu'il a détenus. Les dépenses afférentes sont soumises aux dispositions relatives au financement et au plafonnement des dépenses électorales contenues au chapitre V bis du présent titre. "

Combien d'actions de propagande et de publicité électoraliste de monsieur Beschizza tombent donc sous le coup de la loi ?

 

- Pages 4 à 8 : La rubrique "Aulnay en images" propose une rétrospective des évènements du mois dernier, donc de janvier. Bruno Beschizza et Séverine Maroun, qui sont, rappelons-le, candidats aux élections départementales n'y apparaissent que deux fois chacun. Un progrès ou une erreur ?

A part cela, la rédaction poursuit allègrement la transformation d'Oxygène. Encore quelques numéros comme cela et le journal à destination des aulnaysiens (plus de 80.000 habitants) va devenir le bulletin paroissial de l'église (catholique) de Saint-Joseph ! Ce mois-ci, les quelques fidèles de cette communauté religieuse retrouveront en images le concert polonais et la crèche...

- Page 5 : les fameux voeux sur lesquels ne s'attarde pas la rédaction vu le flop rétentissant de cette réunion voulue par monsieur Beschizza

- Page 6 : la venue de madame Bernadette Chriac à l'hôpital Ballanger pour le lancement de la campagne des pièces jaunes. La question de la pertinence de ces opérations qui drainent le ban et l'arrière ban du chiraquisme reste posée. La Fondation des Hôpitaux de France présidée par Madame Chirac qui gère cette opération a défrayé la chronique en 2006-2007 en raison de ses frais de fonctionnement et des prestations dont bénéficiaient les personnalités qui gravitaient autour. Mais c'est madame Chirac, l'amie de Sarkozy.


- Page 9 : Aulnay en action avec un rappel des mesures de sécurité imposées par la mise en place du plan vigipirate. A ce propos, fort occupé par ses prestations médiatiques sur les plateaux de télévision, Bruno Beschizza devrait plutôt se préoccuper de la pleine application de ces mesures à Aulnay-sous-Bois  en particulier aux abords des écoles et crèches.

L'article est illustré par une image d'archive comme en témoigne la présence d'un policier municipal devant la gare en soirée, présence quasi-inexistante depuis le " redéploiement " et la mise en place de la police de nuit voulus par la municipalité de droite.

 

- Page 10 à 11 : Une parodie de mise en place de la réforme des rythmes scolaires dans notre ville qui en est toujours à la phase d'expérimentation : bref toujours cette fiction éducative low cost qui privent nos enfants d'un réel projet éducatif. Les écoliers font vraiment les frais d'un pur cynisme économique et de l'incapacité et du manque de volonté des élus à mettre en place un quelconque projet.


- Page 13 à 17 : le gros dossier du moment : Aulnay s'éveille. Au la lecture du titre, cela pourrait faire référence à la chanson de Jacques Lanzmann et Jacques Dutronc, Il est cinq heures, Paris s'éveille mais on est plutôt dans le registre du 13 heures de Jean-Pierre Pernaud. No (more) comment. 

 

- Page 20 : le courrier des lecteurs, la très fameuse rubrique "Bruno Beschizza s'occupe de tout" ? Ben non pour une fois, campagne électorale oblige, il semble qu'il y ait des services municipaux dans cette ville qui vont donc résoudre une affaire d'érable pas taillé route de Bondy. On rappelera à nos lecteurs que cette rubrique mobilise l'ensemble des services de la ville afin de démontrer que notre nouveau maire s'occupe de ses administrés.


- Page 22 : La mise en place du conseil des retraités qui a remplacé le conseil des seniors. Nous avons déjà souligné le caractère trop restrictif de ce conseil restreint aux retraités qui écarte de fait une partie des seniors. Encore une fois, la démocratie locale est verrouillée, la présence au sein de cette instance étant subordonnée à la signature d'une charte qui exclut tout sujet polémique sous peine d'exclusion En gros, pas de sujet qui fâche, pas de membre qui fâche... Démocratie, on rêve !

 

- Page 23 : encore les seniors avec les voeux du maire sur quatre soirées, en pleine campagne électorale ! Où est le mal ?

 

- Page 25 : un article sur la révision du Plan Local d'Urbanisme. Ce projet qui va modeler notre ville pour la décennie à venir a pris un retard fou. Adopté en mai 2014, on nous annonce enfin des réunions en avril-mai alors que les documents de référence et les grandes orientations proposées ne sont toujoirs pas dévoilées. Avec seulement 8 réunions (une par quartier ou des réunions thématiques ?, on doit s'attendre à une concertation express, tout le contraire de l'esprit de la loi. Mais, le temps est compté pour Bruno Beschizza qui a pris un énorme retard sur le dossier.


- Page 30 : les tribunes ou ce qu'il en reste. Réduite de 2700 à 1700 signes, voici la démocratie peau de chagrin chère à Bruno Beschizza. Tout pour lui et rien pour les autres. 

Les tribunes font ce mois-ci le jeu du rassemblement républicain suite aux tragiques évènements de cette début du mois de janvier. Un anonyme pour l'UMP, le député d'Aulnay-sous-Bois, Daniel Goldberg pour le Groupe des élus Socialistes et républicains et Jacques Chaussat pour l'UDI. A noter, pour la tribune UDI, cet enigmatique texte qui revient sur le vide sidérant de la tribune de janvier : " Certains lecteurs d’Oxygène ont pu être surpris à la lecture de la tribune du groupe UDI de notre numéro de janvier. Dans un souci de stricte égalité de représentation des groupes politiques, cette tribune a été proposée sans mise en page spécifique, tel que le prévoit le règlement voté en Conseil municipal. Que nos lecteurs qui se sont sentis froissés nous en excusent et n’y voient aucune mauvaise intention mais le seul respect des règles démocratiques ".


Page 45 : Un petit article autour de l'eau dans notre ville. Beaucoup de fatigue pour la rédaction d'Oxygène avec une phrase qui ne veut rien dire : " Les nouveaux arrivants et le chemin de fer de 1875 ont vu le développement d’Aulnay autour de lotissements de travailleurs ". Et la création du verbe "buzer" qu'il ne faut pas confondre avec le verbe "buser " c'est à dire équiper d'une buse (canalisation).


Page 46 : les indispensables petites annonces, sans doute plus importantes que les tribunes politiques... avec un vélo d'enfant, un blouson en cuir portée deux fois et un ordinateur.


Page 47 : l'annonce d'un concert organisé par une nouvelle association d'Aulnay-sous-Bois, Aulnitalia présidée par une certaine Frédérique... Beschizza. Nous ignorons à ce jour si cette page idéalement située en 3e de couverture a fait l'objet d'une facturation.

Publié dans Oxygène décrypté

Commenter cet article