Oxygène n°206 (Novembre 2014)

Publié le par LC

Oxygene206.jpeg 

Nous poursuivons cette rubrique du décryptage d'Oxygène, le mensuel municipal. Ce mois-ci, la maquette est déclinée avec la couleur grise, sans doute annonciatrice des nuages que fait peser la gestion Beschizza sur notre ville.

Pour ce mois-ci, la communication municipale consacre dans ce numéro à la Police Municipale, ce qui semble l'Alpha et l'Oméga de la politique de notre nouveau maire Bruno Beschizza.


- Page 3 : pluralisme oblige, voici de nouveau la page réservée au maire avec nouvelle scéance de pleurnicheries de ce dernier quant au difficile équilibre financier à trouver. Pourtant, les baisses des dotations ne datent pas d'aujourd'hui et s'il y a eu alourdissement de la dette c'est bien pour assumer les dépenses engagées par l'ancien maire UMP Gérard Gaudron et pour un tas de nouveaux équipements que monsieur Beschizza ne renie pas quand il est les inaugure en grande pompe.


- Pages 4 à 7 : La rubrique "Aulnay en images" propose une rétrospective des évènements du mois dernier, donc de septembre. L'ensemble est décevant car on s'aperçoit que Bruno Beschizza n'apparaît que deux fois. Sans doute qu'il était ce mois-ci trop occupé par l'organisation du meeting à Aulnay-sous-Bois de son mentor Nicolas Sarkozy. Au fait, qui a organisé ? Qui a payé ?


- Page 9 : Même si ce n'est pas signé, c'est bien du Beschizza pur jus droite extrême qui veut faire monter en sauce la journée neutralisée de concertation des enseignants décidée par la ministre de l'éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Monsieur Beschizza en pur carriériste politicien tente encore une fois d'instrumentaliser cette journée à de pures fins politiciennes. Il oublie un peu que son parrain Nicolas Sarkozy par la suppression du samedi matin a privé les écoliers de centaines d'heures d'enseignement sans aucune contrepartie éducative. Il nous semble pas avoir alors entendu le sieur Beschizza protester avec véhémence contre cette décision. D'autre part, s'il était tant soucieux de enfants de notre ville, il aurait mis en place les temps d'activités scolaires (TAPS) prévus par l'ancienne majorité au lieu de se lancer dans un bras de fer avec le préfet qu'il a perdu et finalement s'enferrer dans un dispositif à bas coût, sans ambitions éducatives et pédagogiques que rejette la majorité des parents d'élèves.


- Page 10 : Les conseils de quartier ont bien commencé comme le répète monsieur Beschizza. Rien de terrible sur cette première salve de réunions dans lesquelles le maire et ses élus se sont contentés de dire ce que les différents publics voulaient entendre. Les projets de bétonnage supervisés par l'équipe Beschizza ont été soigneusement cachés aux participants de ces réunions. Les prochaines réunions ne devraient pas se limiter aux séances d'autofélicitation  qu'affectionne Bruno Beschizza maisd à de véritables questions qui sont loin d'être tranchées. La parole sera-t-elle alors aussi libre ?


- Page 13 : Le gros dossier d'Oxygène avec pas moins de cinq pages consacrées à la police municipale, le tout mis dans la rubrique "Aulnay en action". Si vous souhaitiez avoir une idée de ce que cela coûte aux contribuables aulnaysiens et quels sont les résultats obtenus, vous en serez pour vos frais. La page 14 est un tissus de banalité sur le rôle de la police municipale et le métier de policier municipal. Les pages 15 et 16 nous gratifient d'un reportage lénifiant avec l'intrépide équipe de rédaction d'Oxygène qui suit pas à pas le tout nouveau GSI (Groupe de Soutien et d'Intervention). Le reportage façon 24 heures inside suit le fameux groupe appelé à 16h à la sortie d'un collège pour à une bagarre programmée sur Facebook. Bref, il ne se passe rien mais cela fait toujours du rédactionnel pour pas cher. Le lendemain, à 20h, les grands reporters d'Oxygène remettent le couvert au poste de police où ils croisent comme par hasard des jeunes qui ont été interpellés en possession de stupéfiants, puis co-voiturage jusqu'à la Rose des Vents pour le frisson pour finalement rentrer au poste. Bref, de l'émotion à l'extrême ! On n'en saura pas plus sur ce GSI, ni en quoi il se différencie des autres patrouilles mais cela devrait contenter les électeurs UMP et frontistes. Au niveau des statistiques, on apprend avec surprise et incompréhension que la Police Municipale a fait en 15 jours plus de rapport qu'en six mois : soit ils ont embauché des secrétaires, soit la police municipale était en chômage technique. La page 17 nous montre le centre de supervision urbaine, comprendre l'endroit où arrive les images prisent pae les caméras qui vous filment au quotidien sans demander votre avis. On y apprend qu'on est en danger, le soir, en fin de marché ou encore de la gare. Là, vraiment, on flippe à mort même si on ne comprend pas ce que les pauvres opératrices parviennent à faire des imagettes affichées sur leurs écrans. Le dossier ne serait pas complet sans l'interview de Séverine Maroun, la entre-autre madame muscles d'Aulnay-sous-Bois dans ce fameux exercice de style qui consiste à servir les plats. Au menu, on y apprend que le bien-être aulnaysien c'est la sécurité et que c'est la priorité. Enfin, madame Maroun annonce la mise en place du dispositif Voisins Vigilants, c'est à dire des citoyens comme vous et moi qui vous surveillent et qui au moindre acte suspect vous demonce à la police... Nous reviendrons bien sûr sur ce dispositif dont nous ne connaissons à cette heure ni le mode de fonctionnement, ni ce qui est prévu pour encadrer ce dispositif.


- Page 20 : le courrier des lecteurs, la très fameuse rubrique "Bruno Beschizza s'occupe de tout". Encore une rubrique toute à la gloire de notre très glorieux maire. Il suffit de lui écrire et il vous répond directement dans le mensuel municipal. Un courrier sur le déploiement annoncé de la fibre optique haut débit déployée par l'opérateur privé SFR dont on n'en apprendra pas plus sur l'avancement des travaux, ni si ce réseau sera dans le futur réservé aux clients de ce seul opérateur.


- Page 23 : reportage sur la chaîne privée TF1 qui fait un reportage sur la dégustation par les enfants du centre de loisir d'Aulnay-sous-Bois dles dernières nouveautés du salon de l'instrie agro-alimentaire. Franchement, on est consterné par la complicité de services de la ville avec cette chaîne qui fait la promotion de la malbouffe auprès des enfants. A la lecture de ce reportage, on y lit entre autres que les petits aulnaysiens ont eu la joie de découvrir le sel coloré alors même que les autorités sanitaires sont en guerre contre l'excès de sel et de sucre dans l'alimentation des enfants...


- Page 26 : cette page est consacré à la promotion d'un tout nouveau marché de Noël qui fait hélas directement concurrence aux commerçants forains des marchés d'Aulnay-sous-Bois, qui tout au long de l'année et par tous temps propose un commerce de proximité. Nous jugerons ce marché de Noël sur pièce, sachant que dans de nombreux marchés de ce type, les commerçants n'y proposent que des produits industriels ou importés bien éloignés des produits artisanaux locaux.


- Page 30 : les tribunes ou ce qu'il en reste. Après un mois de septembre sans tribune, voici encore un mois de novembre avec des tribunes réduites : voilà la place réelle de la démocratie dans l'esprit de Bruno Beschizza et de sa majorité municipale. Un triple colonnage qui ne respecte même pas le nombre de caractères auxquels ont officiellement droit les trois groupes politiques constitués des élus du conseil municipal d'Aulnay-sous-Bois. Les noms des groupes sont même escamotés ! Encore une fois, le groupe des élus socialistes et républicains n'a pas cédé aux pressions et a tenu à faire paraître une tribune dans sa totalité. Encore une fois, la taille des caractères a été volontairement réduite rendant sa lecture difficile. C'est un procédé intolérable, indigne d'un maire qui prétend respecter la démocratie. La tribune du groupe des élus socialistes et républicains sera réduite d'un tiers le mois prochain, les élus de la majorité ayant réduit la place lors d'un vote au dernier conseil municipal...


Page 37 : alors que les structures culturelles de la ville ont droit à une pleine page, périodicité mensuelle oblige, la page consacrée au Centre de Danse du Galion est amputée au profit de l'association VNR et ce alors que se déroule le festivel H2O !


Page 46 : les indispensables petites annonces, sans doute plus importantes que les tribunes politiques...

 

A bientôt...

Commenter cet article