Oxygène n°202 décrypté

Publié le par LC

Oxygene202.jpg

 

C'est la troisième parution de l'ère Beschizza. Aussi, nous avons désormais décidé de décrypter ce numéro 202.


- En couverture : grande illustration du projet sur l'ex-site industriel de PSA, encart de monsieur Beschizza sur les rythmes scolaires incorrectement intitullé "Rythmes scolaires : le maire à l'écoute des parents" alors que la décision avait déjà été votée en Conseil Municipal et justement sans aucune concertation avec les parents.

- Page 3 : Bruno Beschizza renoue définitivement avec le traditionnel mot du maire, un bond dans le passé à l'ère révolue de Gérard Gaudron ! Sur le fond, il met en avant la révision du PLU. On sait déjà qu'elle sera menée au pas de charge selon ce qui est désormais "la Méthode Beschizza" c'est à dire de façon autocratique et sans vraiment de consultation. Les termes "J'ai décidé" et "Je veux" illustre bien le sens de cette pseudo consultation à minima.

- Page 4 et 5 : PLU toujours mené à marche forcée avec seulement deux trimestres de consultation, fin 2014 et début 2015. En réalité, il est peu probable que la consultation soit effective pour la rentrée de septembre. La "consultation" risque d'être bien courte. Les objectifs affichés sont vagues. Le premier objectif relatif à l'habitat est ambitieux mais va à l'inverse du programme du candidat Beschizza.

- Page 6 : PLU suite avec une bien étrange carte d'Aulnay-sous-Bois qui occulte tout le sud de la ville et le quartier du Gros Saule ! On découvre aussi Denis Cahenzli, adjoint en charge de l'urbanisme et donc maître d'oeuvre de cette révision du PLU. Lors du dernier conseil municipal, son discours avait été assez confus et augure mal d'une bonne maîtrise du dossier. Il confirme que la consultation sera opérationnele fin 2014 sans préciser si ce sera en septembre ou fin décembre.

- Page 7 : la présentation du projet PSA sur l'ancien site automobile d'Aulnay-sous-Bois. Car il s'agit bien du projet PSA dans la mesure où le maire Bruno Beschizza a décidé de rompre avec la stratégie exigeante de réindustrialisation du site menée par l'équipe de Gérard Segura. En bradant les chemins vicinaux et en laissant l'initiative à PSA, Bruno Beschizza baisse les exigeances quant à l'avenir industriel du site et la création d'emplois. Une bonne nouvelle pour PSA qui après l'usine de Javel à Paris, compte bien faire fructifier et spéculer sur ces actifs. Au menu, quelques vagues idées pour faire revenir l'emploi - en réalité, le recyclage des pistes et projets initiés par la Gauche - et surtout du commercial et du résidentiel (sous le couloir aérien de l'aéroport du Bourget !).

- Page 8 : la présentation du "projet" concocté par le promoteur Marc Pietri, patron du groupe Constructa. De belles images pour un projet bien vide de substance. En haut de la page, la vue d'ensemble permet de faire figurer les immeubles de logements qui seront directement dans le couloir d'approche aérienne de l'aéroport du Bourget. Le rêve avec un bruit de 55 décibels jour et nuit.

- Page 10 : la fameuse " consultation " sur les rythmes scolaires avec un titre surréaliste "Le maire, les parents et les enseignants au diapason" bien loin de la réalité. La réunion entre le maire et les parents a été bien au contraire fort houleuse. Ces derniers ont fait part de leurs inquiétudes quant à leurs enfants bien loi des postures politiques de monsieur Beschizza. Ce dernier qui se veut chef de file de la contestation sur les rythmes scolaires tant au niveau départemental que national fait en réalité bien peu cas des enfants d'Aulnay. Acculé suite à certaines questions des parents, le "gentil maire qui fait mine de consulter" s'est finalement borné à mettre en avant sa légitimité de maire et le vote de sa large majorité au conseil municipal. Il s'est bien gardé de dire qu'il avait été convoqué par le préfet qui lui a ordonné de mettre en place les rythmes scolaires. Comme l'a rappelé en off, un haut fonctionnaire proche du dossier, de nombreux frondeurs ont déjà dans leurs cartons des projets bien ficelés. Ce n'est pas le cas de monsieur Beschizza qui va être contraint de faire un projet à la dernière minute au plus grand détriment des petits aulnaysiens.

- Page 11 : retour sur l'évacuation du camp de Roms situé à cheval sur le Blanc-Mesnil et Aulnay, mais aucune information quant à la situation et à l'avenir de celui situé sur le Boulevard Marc Chagall !?! Contrairement à Thierry Meignen maire du Blanc-Mesnil, Bruno Beschizza n'a pas eu le mauvais goût de se faire photograhier sur les lieux.

Page 15 : On apprend que la très contreversée cérémonie visant à renommer la place de l'Église, Place de l'Église - Parvis Jean-Paul II est habilement masquée sous le terme de fête de quartier. Pourtant, il existe bien une cérémonie officielle en présence des autorités catholiques comme en témoigne l'invitation envoyée par le service du protocole de Bruno Beschizza. D'ailleurs, la cérémonie soit-disant républicaine de la place sera précédée d'une messe, ce qu'oublie bien sûr de préciser la propagande municipale. Enfin, la rédaction se permet un petit raccourci avec la mention d' "une place Jean-Paul II".

- Page 15 (suite) : un titre très aguicheur avec "La Police réactive". On rêve déjà d'intervention éclair et d'arrestation de cambrioleurs. Ce suspens insupportable prend vite fin quand on nous explique que la Police (PM ou PN) accompagnée de l'incontournable Beschizza s'est déplacée sur les lieux d'un cambriolage, pour un constat ce qui semble bien être le moindre de ce que doit faire une force de police.

- Page 21 : malgré toutes les qualités de cette personnalité et son très long dévouement pour le sport et la jeunesse, il n'en reste pas moins que le portrait du mois est celui du conjoint d'une élue de la majorité UMP. Un mélange des genres un peu gênant si peu de temps après l'élection.

- Page 22 (Tribune UMP) : rédigée par l'adjointe number one, Séverine Maroun qui reprend en boucle toujours les mêmes thèmes et les mêmes propos : les rythmes scolaires, les roms évacués, PSA relancé (merci pour les 3000 ouvirers liquidés) et l'urbanisme maîtrisé. Sur ce dernier sujet, elle nous explique que la municipalité négocie avec les promoteurs à la baisse les droits à construire pourtant légalement inscrits dans le PLU. Un arrangement avec le droit ? Sans aucun doute si on en croit le peu de connaissances juridiques de celle qui gère pourtant les affaires courantes de la ville. Toujours sur le domaine juridique, à en croire, madame Maroun le décret sur les rythmes scolaires ne s'appliquerait pas sous prétexte qu'il ne s'agit pas d'une loi. 

On ne saurait que rappeler le cas du décret du 27 avril 1848 qui pourtant s'applique toujours. Rédigé par un certain Victor Schoelcher, il abolit l'esclavage en France et dans ses colonies...

- Page 23 (Tribune UDI) : impressionnante tribune signée (et rédigée ?) par Amélie Pinheiro, maire adjointe à la jeunesse qui n'arrive même pas à remplir les quatre colonnes de la tribune. A la lecture de cette tribune dédiée à la jeunesse aulnaysienne qui aligne généralités et voeux pieux, on comprend que la jeunesse sera la grande sacrifié de la mandature.

Publié dans Oxygène décrypté

Commenter cet article

vigilance 16/06/2014 09:15



AMNESIE GENERALE. Enfin un peu de réflexion critique sur un blog aulnaysien ! Hervé SUAUDEAU a sans doute changé ses verres de lunettes au soir du 30 mars  et par son absence de
commentaires (dont il nous avait pourtant abreuvé pendant 6 ans) il semble  désormais être ravi à chaque nouveau numéro d’OXYGENE de pouvoir compter les photos et articles consacrés à sa
majesté Bruno 1er. On retrouve ici toute l’ambiguïté, pour ne pas dire plus, de la position des verts avec la nouvelle équipe municipale. Stéphane FLEURY a revendu son appareil photo,
celui qui nous inondait entre autres de photos de voitures brulées, de poubelles débordantes, d’abribus cassés. Désormais à AULNAY plus de voitures brulées (sauf actuellement celle de la Rose des
Vents) plus  d’abris bus brûlés (sauf actuellement celui du Gros Saule) plus de vitres cassés (sauf actuellement celles des abribus de la gare) et bien entendu les habitants de notre ville
sont devenus exemplaires en matière de propreté ! Arnaud KUBACKI a renouvelé son abonnement au PARISIEN pour remplir ses colonnes désormais totalement absentes de toute analyse critique sur
des sujets municipaux. Annie NEVEU a également abandonné ses terrifiants reportages sur les ordures ménagères déversées dans les rues pour se consacrer aux amateurs d’Elvis Presley ou à la
« formidable plante » qu’est l’acanthe. Bref qu’il est bon désormais d’habiter à AULNAY sous BOIS ! Et c’est ainsi que l’on mesure toute l’hypocrisie des blogs prétendument
« apolitiques «  de ces précédents mois. MON AULNAY avec pas moins de 4 rédacteurs que l’on a retrouvé sur les listes électorales d’EELV ou de Aulnay Demain, AULNAY CAP avec Arnaud
KUBACKI que l’on a retrouvé sur la liste de CHAUSSAT,  AULNAY LIBRE avec l'unique rédacteur Stéphane FLEURY désormais surtout libre de ne plus rien dire avec son poste d’adjoint au maire aux
finances. Vous êtes les seuls avec AUNAY le BLOG à avoir eu le courage d’annoncer sans ambigüité votre couleur politique pendant la campagne des municipales et ce restera tout à votre honneur.
Continuez !