Le "Parvis Jean-Paul II" suscite la controverse

Publié le par Laurent Comparot

placeEglise

 

Il sera évoqué au conseil municipal de ce mercredi 21 mai le projet de rebaptiser la place de l'église "Place de l'église - Parvis Jean-Paul II" (délibération n°5 - Conseil municipal du 21 mai 2014).

Ce choix n'est pas sans susciter des interrogations.


1- le choix d'un personnage qui est loin de faire l'unanimité

Certes, Jean-Paul II est un personnage de première importance de l'histoire du XXe siècle par la durée de son sacerdoce, par son implication dans les affaires du Monde et par la portée de son son influence. Malgré sa très grande popularité et de son modernisme, il est aussi un personnage assez contreversé y compris parmi les fidèles de l'église catholique. S'il s'est avéré incontestablement modernisateur dans de nombreux domaines, il s'est toujours montré intransigeant sur les questions de moeurs, s'inscrivant dans la continuité de Paul VI. Il s'oppose à plusieurs reprises aux pratiques contraceptives et en particulier au préservatifJean-Paul II condamne par ailleurs l'avortement. Il maintient par ailleurs la condamnation de l'homosexualité. Ces positions de Jean-Paul II ont conduit à creuser la dichotomie existant y compris chez les catholiques depuis les années 1960 entre morale individuelle et application des directives du pape sur la sexualité. Elles lui ont également valu de nombreuses critiques, aussi bien de la part des fidèles que des non catholiques. La plus vive est née de la condamnation de l'usage de moyens contraceptifs en Afrique pour lutter contre le sida, au premier rang desquels le préservatif. Jean-Paul II a en effet exclu son utilisation dans ce but sanitaire. Il est aussi critiqué par sa gestion même de l'église  avec des choix souvent malheureux. L'ombre de la pédophilie assombrira d'ailleurs sa fin de règne. Sous son règne, l'église pratiquera une omerta criminelle sur de nombreux faits. Il lui sera reproché son soutien personnel au prêtre mexicain Marcial Maciel, fondateur de la congrégation de la Légion du Christ qui mènera une double vie, d'homme d'Église d'une part, et de pédophile, homme à femmes et toxicomane d'autre part. Jean-Paul II s'est toujours montré hostile vis à vis de la Théologie de la Libération et du christianisme d'ouverture. Très implantés parmi les prêtres de l'Amérique Latine, il n'a eu de cesse de vouloir mettre au pas ceux qui veulent s'engager pour les pauvres. Profondément marqué par la lutte contre le communisme, le pape a souvent manqué de discernement dans ses soutiens et ses alliances y compris parmi des groupes d'extrême-droite.

2- le choix d'un personnage religieux

Notre ville peut que s'enorgueillir d'avoir su faire la place à un grand nombre de religions tout en respectant le cadre de la laïcité républicaine. Historiquement, il y a dans cette ville des rues portant des noms de personnages religieux. C'est le cas de l'avenue Dumont qui a pris le nom d'un ecclésiastique local très influent à une époque et par ailleurs donateur bienfaiteur de la ville. Or, Jean-Paul II n'est pas aulnaysien, ni un personnage important de l'histoire de France, n'a pas contribué de façon directe au bien-être de la ville et ne l'a sans doute jamais visitée. Choisir le nom de Jean-Paul II pour la place de l'église est un choix religieusement très orienté qui rompt une sorte de statut quo et appelle à d'autres modifications afin de contenter d'autres groupes religieux.

3- une décision précipitée

On ne peut que se poser la question de la précipitation d'une telle mesure dans le calendrier politique de la ville. Alors que de très nombreuses mesures très urgentes restent à mettre en place comme celles relevant de la démocratie locale, la priorité donnée à cette mesure semble incongrue.


A la lumière de toutes ses réserves, on ne peut qu'inviter l'ensemble des élus municipaux à prendre leurs responsabilités et à surseoir à cette décision sans doute précipitée et pas assez mûrie en votant contre la délibération de mercredi prochain.

Publié dans politique locale

Commenter cet article

du Dandy 27/05/2014 16:55


Le parvis vu du paradis ?