L'UMP et l'injure faite à la parité

Publié le par Laurent Comparot

Jean-François Copé, le (encore) actuel secrétaire général de l'UMP le reconnaît formellement : il ne respectera pas la parité entre hommes et femmes pour les candidatures lors de ces élections législatives au nom de la real politik.

 

copette.png 

 

« je vais vous dire, je plaide coupable avec regret mais c’est un arbitrage que nous avons eu à rendre et qui était difficile, dès lors que nous avions 317 députés sortants et qu’une bonne part d’entre eux se représentent et ont un ancrage très remarquable sur leur territoire, il était extrêmement difficile de les sacrifier. Voilà pourquoi j’ai pris avec mes amis de l’UMP cette décision qui nous coûtera en termes d’amende, et chacun doit comprendre que dans la période qui est la nôtre, il nous faut absolument avoir le maximum de députés et que cela passe par le poids, l’ancrage local de beaucoup d’entre-nous […] je suis moi un grand militant de la parité, j’ai été l’auteur d’une loi qui avec Marie-Jo Zimmermann prévoit qu’il y ait la parité dans les conseils d’administration des grandes entreprises françaises ».

(Propos tenus ce lundi sur BFM dans l'émission de  Jean-Jacques Bourdin)

 

 

Certes, l'UMP avec 30 % de candidates fait mieux en 2012 qu'en 2007 (seulement 26 % de candidates) mais on est loin des 50 % exigés par la loi.

 

Les femmes qui comptent pour 52 % de la population française seront mieux loties au Modem (qui avec 40 % de candidates peut mieux faire) ou encore à EELV et au PS, deux partis qui appliquent la totale parité.



Déjà en 2010, selon l'Observatoire de la parité,  l'UMP avait déjà été le plus sanctionné pour son non-respect de la parité au parlement (Assemblée nationale et Sénat) : il avait été privé de 4,13 millions d'euros, contre 516.000 euros pour le PS et 444.000 pour le Modem.

 

Comme le rappelle Henri Guaino, la plume Sarkozy, "l'arithmétique n'a pas sa place en politique". Il reste une constante pour l'UMP, c'est son regard sur les femmes, sans oublier les saillis de David Douillet ou Lionel Lucca.

 

Alors que la parité est inscrite à l'article 1

er de la Constitution, aujourd'hui, 81,5 % des députés sont des hommes, plaçant la France au 69e rang mondial en terme de parité.

 

Illustration : merci à Catoune

Publié dans Législatives 2012

Commenter cet article