L'éducation au régime sec

Publié le par Stéphane Legrand

ecole_en_danger.jpgLa crise que connaît l'école, encore plus exarcerbée dans l'académie de Créteil qui regroupe les département de Seine-et-Marne, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, n'est pas le fruit du hasard mais résulte de véritables choix de politiques budgétaires.

Alors qu'en 1996, la part du PIB (produit intérieur brut) consacrée à l'éducation était de 7,6 %, cette part n'est plus que de 6,6 % en 2008. Et ce désinvestissement devrait encore se poursuivre en 2010 et les années suivantes. Un point de PIB correspond à 20 milliards d'Euro, sur un budget total de 129 milliards. Soit un trou de 15 %, un sixième en moins.
Ce recul n'est pas sans effet sur le scolarisation. Alors qu'en 1996, 84 % des jeunes de 18 ans étaient scolarisés, aujourd'hui on est redescendu en dessous de 80 %. Et à l'âge de 20 ans, la baisse est de 6 points. On rappelera que chaque année 150.000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme, reproduisant et accentuant les inégalités sociales.

La vague de violence observée dans les établisssements ne relève pas d'un quelconque déterminisme social ou d'une permissivité accrue que devraient corriger de nouvelles lois encore plus repressives ou liberticides. Cette insécurité résulte d'une réduction drastique des personnels assurant la surveillance : 50.000 personnes présentes en 2004, et seulement 28.000 aujourd'hui, soit presque moitié moins.

Alors que Nicolas Sarkozy ne cesse de clamer sa volonté d'investir dans l'avenir, l'école reste la principale cible des politiques de maîtrise des dépenses de l'État. En 2010, sur 30 000 suppressions d'emplois publics programmées par le gouvernement, 16 000 sont prévues dans l'éducation, soit plus de la moitié. Parallèlement, pour économiser quelques milliers de postes d'enseignants, il a été décidé de les recruter un an plus tard et de les envoyer enseigner dans les établissements sans formation pédagogique, ni stages pratiques.

Sans aucun doute, pour le chef de l'État, l'éducation n'est pas une dépense d'avenir...

Publié dans éducation - formation

Commenter cet article