Fiscalité indirecte et prix des prestations en hausse

Publié le par Laurent Comparot

Avec Bruno Beschizza, il faut s'attendre à tout y compris en matière de fiscalité locale. "Votre nouveau maire" comme le proclament les très nombreuses affichages placardées dans l'ensemble de notre ville d'Aulnay-sous-Bois a été élu sur la promesse de ne pas augmenter la fiscalité.

 

impot.jpg

 

Pour 2014, cette promesse sera tenue, enfin très partiellement. Car dès le conseil municipal relatif au budget, il a été évoqué la fiscalité directe, c'est à dire les deux principales taxes directes (taxe foncière et taxe d'habitation). Cela signifiait clairement que la nouvelle équipe menée par Bruno Beschizza se laissait les coudées franches pour intervenir sur la fiscalité indirecte, c'est à dire toutes les autres taxes que tout contribuable se doit de payer mais de façon indirecte. Ce qui tout compte fait est loin d'être négligeable.

Lors du premier conseil, était sortie du chapeau shako de monsieur Beschizza une hausse de 5 % de la TEOM (taxe d'enlèvement des ordures méngères), cette même taxe correspondant à environ 25 % des taxes communales directes et indirectes payées par le contribuable.

Le conseil de ce mercredi 21 mai 2014 verra un grand nombre de prestations augmenter de façon significative le prix des repas des personnes bénéficiant du portage à domicile, des repas des personnes âgées dans les foyers restaurants et du personnel municipal.

Lors du conseil municipal consacré au budget, nous avions déploré l'absence d'éclairage sur l'avenir de la fiscalité. La discussion budgétaire s'était bornée à de vagues considérations partisanes proferrées par l'adjoint aux finances avec une absence totale de réponses quant aux coupes budgétaires et aux orientations fiscales du mandat. Il serait temps que la municipalité ait un peu de considération pour les aulnaysiennes et aulnaysiens et qu'il leur soit annoncé la portée exacte des décisions à venir en matière de fiscalité et de prestations destinées à la population. 

 

Manifestement occulté pendant la campagne, la bombe à retardement de la fiscalité risque bien d'exploser bien plus vite que prévu pour Monsieur Beschizza.

Publié dans politique locale

Commenter cet article