En 2009, moins de déchets sur le périmètre du SYCTOM

Publié le par Stéphane Legrand

Le SYCTOM de l’Agglomération parisienne (Syndicat intercommunal en charge du traitement et de la valorisation des déchets ménagers de Paris et des communes) est né en 1984 avec la décentralisation. Regroupant initialement 60 communes, ce syndicat intercommunal traite les déchets de 5,5 millions d'habitants dans 84 communes réparties sur cinq département : Paris, Yvelines, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne.
carte-Syctom.jpg
Une baisse significative
Selon le SYCTOM de l’Agglomération parisienne (Syndicat intercommunal en charge du traitement et de la valorisation des déchets ménagers de Paris et des communes), la baisse des déchets ménagers collectés sur le territoire de l’agglomération parisienne s’est très nettement accélérée en 2009 pour atteindre -3% sur l’ensemble de l’année. La baisse des objets encombrants est la plus spectaculaire, avec -10,9%. Les déchets ménagers résiduels (notre bac le vert) diminuent quant à eux de -2,3% et la collecte sélective de -2,7%.

« Cette chute représente près de 73 000 tonnes de déchets en moins en 2009, ce qui est considérable. Il faut poursuivre dans cette direction, pour mettre fin, comme nous le voulons, à l’enfouissement en grande couronne dans les années à venir », affirme François Dagnaud, Adjoint au maire de Paris et Président du SYCTOM de l’Agglomération parisienne., dans le communiqué de presse.
Certes une partie de cette baisse est due à des initiatives prises récemment par quelques marques et grandes enseignes de distribution limitant le suremballage et en diminuant les matériaux utilisés pour les emballages inévitables. Cependant, il faut reconnaître qu'une partie de cette baisse des déchets est expliquée par la baisse du pouvoir d’achat et des difficultés sociales croissantes.

Encore des efforts à réaliser pour réaliser les objectifs du Grenelle de l’environnement
Monsieur Dagnaud rappelle que « pour atteindre les objectifs du Grenelle de l’environnement, à savoir diminuer de 7% en 2014 le volume de nos déchets, il va falloir pérenniser les bonnes habitudes, généraliser les expériences les plus réussies, développer davantage le recyclage (…) Il faut surtout mettre la pression sur les producteurs de déchets, faire disparaître des caddies et des rayons les matériaux inutiles, en travaillant sur la conception même des produits et des emballages, en concevant davantage de produits recyclables, et en informant mieux sur leur recyclabilité».

 

Publié dans environnement

Commenter cet article