Dette : dans Oxygène, l'UMP ne manque pas d'air

Publié le par Laurent Comparot

tribune15_11_2011.jpgLa conseillère d'opposition, Séverine Maroun, s'est vraiment surpassée dans la tribune libre du numéro du 15 novembre dernier du journal d'Oxygène.

 

L'élue UMP est fort prompte à critiquer la gestion financière de la ville avant de conclure par cette remarquable phrase :

 

"Nous reconnaissons bien là les « bonnes » orientations politiques de la gauche municipale et soyons lucides, les pays comme les villes les plus endettés et donc en grandes difficultés ne sont-ils pas le plus souvent gérés par la gauche ???? "

  

Un conclusion fort subtile que n'aurait sans doute pas renier une fine analyste comme Nadine Morano mais qui est bien éloignée des réalités.

 

 

En ce qui concerne les villes les plus endettées, on citera le trio de tête :

 

- 1ère place : Levallois-Perret avec 11.318 Euro de dette par habitant. Maire 1983 à 1995 et depuis 2001 : Patrick Balkany (UMP) qui est aussi un conseiller du président-candidat Sarkozy

- 2ème place : Cannes avec 4.216 Euro par habitant. Maire depuis 2001: Bernard Brochant (UMP)

- 3ème place : Bussy St Georges avec 3.515 Euro par habitant. Maire depuis 1998 : Hugues Rondeau (UDF)

 

 

En ce qui concerne les pays les plus endettés de la zone Euro, on citera :

 

- la Grèce : de 2009 à 2011, Georges Papandréou (socialiste) : il hérite d'un pays ruiné par son prédécesseur de droite Kostas Karamanlis.

- l'Italie : gouvernement de droite, Silvio Berlusconi président du conseil de 1994 à 1995, de 2001 à 2006 et de 2008 à 2011. Mario Monti (droite) depuis le 16 novembre 2011

- l'Espagne : de 2004 à 2011, José Luiz Zapatero (socialiste) : il ne parvient pas à transformer une économie héritée de la droite basée sur une énorme bulle immobilière et un endettement colossal des ménages. La dette de l'Espagne est de 65 % du PIB contre plus de 86 % pour la France.

- l'Irlande : le Taoiseach était de droite de 1997 jusqu'en mars 2011 avec l'effondrement économique du pays. Depuis, le pays est dirigé par une coalition de centre-droit 

 - la France : dirigée par Nicolas Sarkozy depuis 2007, ministre du budget de 1993 à 1995, ministre de l'économie en 2004.

 

les-deficits-cest-la-droite.jpgIl faut aussi préciser que madame Séverine Maroun est aussi une proche collaboratrice du député sarkozyste Gérard Gaudron.

Au cours de ces dernières années, ce dernier s'est plutôt distingué en votant sans défaut et à cinq reprises successives les budgets présentés par le duo Sarkozy-Fillon tous basés sur des prévisions de croissance surévaluées.

Cet automne encore, le député Gaudron a voté un budget 2012 avec une prévision de croissance de 1,75 % alors que tous les spécialistes tablaient sur un modeste 1 % voire 0,9 % pour l'OCDE. En cette fin d'année, on s'oriente plutôt vers un maigre 0,5 % et encore sous réserve d'une nouvelle détérioration de l'économie de notre pays.

 

Comme on le voit, Séverine Maroun et la droite aulnaysienne ont décidé de relayer les discours concoctés par Nicolas Sarkozy, le président-candidat.

 

Une stratégie qui fait bien peu cas des réalités !

 

Les aulnaysiens n'ont vraiment pas besoin des visions et conseils éclairés de cette droite localement défaite et coupée des réalités.

Publié dans politique locale

Commenter cet article

Séverine Maroun 09/12/2011 11:44


Bonjour Monsieur,


Je tiens à vous remercier pour le temps passé à l'analyse de mes écris.


Par vos arguments vous souhaitez me "recadrer" et je souhaite juste vous confier ma fiertié d'être associée à M. Gaudron d'une part et à Nicolas Sarkozy d'une autre.


Par contre,  M. Sarkozy ne m'a pas concocté ma tribune et sachez que je ne concocte pas non plus ses discours. Je n'ai pas la chance d'avoir cette proximité avec le Président et encore moins
la prétention d'être à la hauteur...


De plus, je n'ai pas besoin de copier les lignes UMP car j'ai ma liberté de penser, d'agir et de dire lorsque je ne suis pas d'accord avec mon mouvement.


Désolée de souhaiter le meilleur pour les aulnaysiens et de dénoncer certains dysfonctionnements lorsqu'ils sont avérés.


Pour finir, "la droite localement défaite" n'est que votre souhait mais pas une réalité. Donc jugez ce que vous connaissez le mieux... le PS locale ... l'autocritique permet d'avancer.