Derrière le voile, les pièges de la provocation

Publié le par Laurent Comparot

Difficile exercice que de relater la manifestation qui s'est déroulée début août sur la place du Géné­ral de Gaulle face à la gare d'Aulnay-sous-Bois. Cette manifestation interdite par la préfecture rassemblait une poignée une poignée de militants affilié à un groupe radical. L'objectif était de protester contre l'interpellation ferme mais sans violence par la police d'une femme au visage mas­qué par son voile ce qui est désormais proscrit au titre de la loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public dont l'application est spécifiée par la circulaire du 2 mai 2011.

 

Difficile exercice que de mentionner ces faits et donc de porter un éclairage sur quelques individus dont le comportement, le discours et leur art de la provocation est si peu représentatif de l'ensemble d'une communauté religieuse qui ne souhaite que pratiquer sa religion dans le cadre social et légal de notre pays.

Dommage pour les amateurs de sensationnalisme estival, cet article ne comportera donc aucun lien des sites internet, des images ou des vidéos relatant ces deux incidents, ni même le nom du groupe organisateur de cette manifestation, bref tout ce qui pourrait lui apporter une quelconque publicité.

 

Cette manifestation est d'autant plus déplacée que dans notre ville, il n'existe aucune tension sur le sujet comme en témoigne le très fort concensus dégagé autour de la construction d'un nouveau lieu de culte musulman.

Et que quelques individus fassent le voyage jusqu'à Aulnay-sous-Bois pour une opération de communication de faible envergure ne change rien à la situation aulnaysienne et surtout n'engage en rien nos concitoyens.

 

Il n'a en donc pas lieu d'ouvrir un débat inutile, stérile et toujours stigmatisant. En cela nous ne tomberons pas dans le piège à l'image d'un célèbre blog local !

Publié dans polémique

Commenter cet article