Aulnay et les petites manoeuvres de la grande distribution

Publié le par Stéphane Legrand

L'installation prochaine d'un supermarché Franprix sur le Boulevard de Strasbourg en lieu et place du magasin de vêtements "La Ville d'Aulnay" boulverse la donne commerciale du centre gare et suscite de nombreuses interrogations sur l'avenir et la place du commerce de proximité dans notre ville.

 

Les stratégies de développement des grands groupes de distribution

Tmp00001.jpgConfronté à la faible croissance des modèles de commerce qui ont assuré pendant des décennies leur émergence et leur insolente croissance, les grands groupes de distribution sont aujourd'hui dans l'obligation de trouver de nouveaux segments de développement. Le modèle français qui repose essentiellement sur l'hypermarché situé en périphérie de ville est en crise. Il a été peu à peu concurrencé par les grands surfaces spécialisées (sport, habillement, bricolage, électroménager,..), puis par le hard discount alimentaire et enfin par le commerce électronique (internet).

Parallèlement, une partie des consommateurs s'est détourné de ces modèles de distribution exigeant soit plus de contact humain, soit plus de services.

Dans cet environnement de stagnation du pouvoir d'achat des ménages, les grands groupes cherchent à investir dans des modèles de distribution offrant des marges de croissance et des marges de rentabilité. C'est le cas des commerces de centre ville dont l'enseigne Monoprix est la plus belle illustration, mais aussi en développant de nouveaux modèles tel que le "Drive" déjà présent au travers de la plateforme de la Fosse à la Barbière du site de vente en ligne Mister Good Deal mais aussi depuis peu avec le E.Leclerc Drive de la rue Auguste Renoir.

La recherche d'emplacements de centre ville est devenu une préoccupation majeure pour des groupes de la grande distribution. Ainsi, le groupe Casino a prévu d'implanter 100 magasins Franprix par an depuis 2008 jusqu'en 2012. En s'implantant sur le Boulevard de Strasbourg, le groupe Casino ne souhaite pas concurrencer ouvertement Monoprix (dont le groupe Casino possède 50 %) mais à occuper le terrain afin de prévenir l'implantation de concurrents.

 

Quel avenir pour le commerce de centre ville et dans nos quartiers

Notre ville n'a pas échappé à ces tendances générales. Le centre ville a aussi subi le mouvement de tertiarisation des commerces qui a vu les commerces dits "traditionnels" cèder la place à des agences bancaires, des cabinets d'assureurs et des sociétés de services divers. Parallèlement de très nombreux petits commerces situés dans les quartiers pavillonnaires ont disparu, obligeant à concentrer l'offre commerciale sur le centre ville.

Les enjeux sont multiples avec la nécessité de conserver et réimplanter des commerces de proxilité dans les quartiers excentrés du sud de la ville mais aussi dans les grands ensembles résidentiels du nord tant en assurant le maintien et le développement d'une offre commerciale diversifiée et attrayante dans le centre gare.

Pourtant, la forte fréquentation des marchés de fin de semaine montre l'attachement des aulnaysiens à des formes de commerces offrant convivialité, lien social et proximité.

 

Les élus doivent penser et définir la politique en direction des activités commerciales en aidant les implantations dans les quartiers excentrés, en aidant la reprise des commerces d'artisanat alimentaire (boucherie, boulangerie,...). Pour le centre gare, dont les loyers fort élevés favorisent les groupes intégrés et les activités tertiaires, une reflexion doit être menée pour favoriser la transmission des commerces traditionnels et  favoriser la construction ou la mise à disposition de locaux adaptés et abordables dans les programmes immobiliers. Cette réflexion peut aussi passer par une adaptation des marchés forains aux modes de vie actuels.

Dans ce contexte, il est regrettable qu'une partie des implantations commerciales échappent à nos élus locaux depuis l'entrée en vigueur de la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie qui favorise l’implantation de grandes surfaces en relevant le seuil des procédures d’autorisation de 300 à 1 000 m².

Publié dans économie

Commenter cet article

Baronne Samedi 27/08/2010 14:32



C'est vrraiment dommage : cette image circule en maints endroits, à l'échelle internationale mais malgré des jours entiers d'enquête, je n'ai pas de résultat. J'espère qu'un jour le hasard fera
bien les choses   Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre.



Baronne Samedi 22/08/2010 22:22



Bonjour,


Pourriez-vous m'indiquer le nom du sculpteur ou la source de l'image de l'oeuvre illustrant cet article ?


Merci !



Aulnay Autrement 27/08/2010 14:17



Oups ! Le rédacteur a omis d'inscrire le crédit photo. Pourtant, cette scupture qui est sans doute un clin d'oeil à l'art officiel soviétique d'après-guerre est fort intéressante.


Sans doute une critique du culte de la consommation qui a remplacé d'autres cultes de la personnalité...