Amédro, la tentation de l'écolo-misérabilisme

Publié le par Laurent Comparot

Alain Amédro sombre-t-il dans l'écolo-misérabilisme, cette forme d'écologie à vue courte qui ne serait faite uniquement et simplement de petits détails et pas de vision globale ?

 

C'est ce que peut faire craindre sa dernière tribune publiée dans Oxygène. Candidat malheureux aux élections cantonales de 2001, candidat malheureux à l'élection législative de 2002, Alain Amédro est fort opportunément élu au Conseil Régional d'Île-de-France en 2004 grâce au scrutin de listes.

Élu en 2008 sur la liste d'union PS-Les Verts-PRG-PC, il devient maire-adjoint à l'urbanisme.  Censé être passionné par l'urbanisme, l'adjoint Amédro ne laissera pas un souvenir mémorable si ce n'est sa versatilité sur des projets, et son absence de volontarisme dans le domaine.

 

Réélu au Conseil Régional le 21 mars 2010 sur la liste du socialiste Abdelhak Kachouri, il est nommé 14e vice-président chargé de l'aménagement du territoire, de la coopération inter-régionale et des contrats ruraux. Moins d'un mois plus tard, Alain Amédro suivi de l'ensemble de ses colistiers du groupe Les Verts décide de démissionner. Un hasard du calendrier comme il aime l'expliquer...

 

Depuis, ses rares présences politiques sur notre ville sont consacrés aux attaques contre la majorité municipale, en particulier contre Gérard Ségura coupable d'occuper et d'incarner la fonction de maire de notre ville. Une offense impardonnable pour Alain Amédro qui justifie tous les moyens y compris la possibilité de faire le lit de l'opposition de droite.

L'inventeur du Séguro-sarkozysme s'est peu à peu enferré dans une obsession monomaniaque abandonnant les promesses électorales, délaissant les dossiers de fond pour des attaques systématiques sur la forme.

 

Dans sa dernière tribune, il s'attaque à la politique de logement de la ville avec ce populisme écolo-misérabiliste qui ne compte que les arbres supprimés et omet les nouvelles plantations. Les quatre tilleuls de la cité Arc-en-Ciel (tilleuls et pas des aulnes comme le croit toujours une élue amédriste qui a dû rater quelques séances du conseil municipal) ont été largement compensés par 25 nouvelles plantations. L'écologie n'est certes pas une question d'arithmétique mais il faut aussi parfois parler concrètement et donner des chiffres. Et surtout ne pas sombrer à cette démagogie qui focalise sur l'abattage (le terme « tronçonnage » est inspiré par un célèbre blogueur amédro-idolâtre) et pas sur les plantations, c'est à dire ce que nous lèguerons aux générations futures. A ce petit jeu mesquin, Alain Amédro deviendrait logiquement « le tronçonneur de la rue Séverine », ce qui est faux car les arbres ont été remplacés (on appelle cela de la régénération).

 

Alain Amédro finit par donner une vilaine image de l'écologie politique responsable, d'autant plus que chargé au conseil général des questions d'aménagement du territoire, il est confronté tous les jours à cet étalement urbain gourmand en surfaces agricoles et espaces naturels, en infrastructures envahissantes et coûteuses et en transports toujours plus longs et plus polluants. Il en finirait presque par professer localement le contraire de ce qu'il est chargé de mettre en oeuvre sur la région.

 

Dans le cadre de la dynamique politique et fort des résultats électoraux, des régionales aux cantonales, des sénatoriales à la prochaine présidentielle, il est certain que la prochaine liste d'union aux municipales comportera des candidats PS, PRG et PC, ainsi que des candidats EELV. Reste à savoir si les ambitions et surtout le ressentiment d'Alain Amédro seront plus forts que la logique de la dynamique de gauche et que l'intérêt général des aulnaysiens.

 

Monsieur Amédro conseille aux élus aulnaysiens la lecture du livre de Francis Hallé, spécialiste des écosystèmes des cimes. On se saurait que lui conseiller de redescendre sur terre et de se convertir à un pragmatisme écoresponsable.

Publié dans politique locale

Commenter cet article

Christophe Hazebrouck 20/10/2011 17:12


Cela faisait longtemps que je n'étais pas passe par ce blog.., je vois que c'est toujours autant la classe!! Apparemment, j'ai rien rate!