Canicule : les bons réflexes

Publié le par Aulnay Autrement

Canicule : les bons réflexes

Plus d'informations sur le site de l'INPES

Publié dans santé, prévention

Partager cet article

Repost 0

Oxygène n°213 - juin 2015 décrypté

Publié le par Aulnay Autrement

Oxygène n°213 - juin 2015 décrypté

Nous poursuivons cette rubrique du décryptage d'Oxygène, le mensuel municipal. Ce mois-ci, la maquette est déclinée en gris avec ce titre en forme de slogan électoral : Aulnay Citoyenne !?!

Page 3 : pluralisme oblige, voici la désormais traditionnelle page réservée au maire qui s'offre une petite scéance d'autopromotion et d'autosatisfaction illustrant le fameux adage : on est jamais mieux servi que par soi-même. Bref une longue succession de voeux pieux et de fausses réalisations bien éloignés de la réalité des Aulnaysiens.

Page 5 : Séverine Maroun et Bruno Beschizza posent avec Souaré Kouyaté, Alassane Niang et Oumar Togola récipiandaires de la médaille d'honneur pour le courage et le dévouement. On se rappellera qu'en 2014, les trois jeunes hommes avaient sauvé d'une mort certaine la jeune Kandia. Un bel hommage mais qui cache une réalité beaucoup plus urgente. On aurait en effet sans doute preferé que les deux édiles s'occupent un peu plus du sort de la famille de la victime en conflit avec leur bailleur social...

Page 12 : un petit retour sur la fête de l'Europe... et aussi des copains. Comme l'a révèlé Aulnay Autrement, les chapiteaux et autres barnums installés pour cette manifestation qui avait lieu le samedi ont aussi servis la veille pour une réunion de l'association des Amis de la Majorité Municipale. Une méthode assez discutable qui n'est pas sans rappeler le fameux meeting du 31 mai dernier.

Pages 13 à 17 : le dossier du mois sur les nouvelles politiques de la ville : encore une fois, un amoncellement de voeux pieux et de projets sans avenir. On nous propose un Conseil Citoyen destiné à satisfaire l'obligation légale de co-construction de la politique de la ville. Le mode de composition de ce conseil supposé pallier à l'absence de participation de la population est loin d'être simple et clair. Encore une fois, on risque de se retrouver avec une autre semblant de démocratie comme pour cette désastreuse consultation sur la révision du Plan Local d'Urbanisme (PLU).

Page 20 : le courrier des lecteurs, la très fameuse rubrique "Bruno Beschizza s'occupe de tout" avec un banc très courageusement enlevé près de l'Espace Jacques Prévert.Comment dit-on ? Merci monsieur le maire.

Page 23 : Sous le titre "Les leçons de la brocante", on nous explique que la traditionnelle brocante et vide-grenier du lundi de pentecôte n'est pas assez chic aux yeux du maire et des services municipaux. Trop de vêtements, pas assez d'antiquités. Et pourtant la foule est au rendez-vous pour chiner mais aussi trouver la perle rare où encore habiller les enfants à moindre coût. aux yeux du maire et des services municipaux. Il est proposé de déplacer la brocante sur le stade du moulin neuf, une idée vraiment saugrenue sauf à prendre le risque d'endommager les installations D'ici-là, empresser-vous d'acheter un salon Louis XV et un secrétaire Directoire pour faire bonne figure l'année prochaine.

Page 30 : les tribunes ou ce qu'il en reste. Réduite de 2700 à 1700 signes, voici la démocratie peau de chagrin chère à Bruno Beschizza : tout pour lui et rien pour les autres.

Pour le groupe REP (ex-UMP), c'est Alain Pachoud qui s'y colle qui revient sur les sampiternelles histoires budgétaires et de dettes, à croire que la majorité municipale n'est pas à l'aise avec ses propres orientations budgétaires. Il omet bien sûr de revenir sur cet emprunt de 10 millions d'euros souscrit par la ville dont on ne perçoit pas la justification vu l'absence de réalisations et projets sur la ville. La Droite municipale prétend "dépenser moins et faire mieux" mais pour l'instant "elle dépense plus pour faire vraiment moins bien". Quant à l'attractivité de la ville, elle laisse vraiment à désirer : pas de piscine, une offre culturelle atrophiée, une éducation sacrifiée,... 

Pour l'UDI, Amélie Pinheiro qui fait nationalement autorité en matière d'éducation revient sur la très contestée réforme du collège. On rappellera utilement à mademoiselle Pinheiro qu'elle appartient à une majorité municipale qui a refusé la mise en place de la réforme des rythmes scolaires et au niveau départemental a censuré le dispositif chèque réussite. Comme on l'aura compris, les petits discours de mademoiselle Pinheiro sont vite démentis par les propres actes de ses amis. Du discours à la réalité, le constat est que la droite est opposée à la réussite scolaire de tous.

La tribune des élus socialistes et républicains signée par monsieur Guy Challier revient sur la révision du PLU, une révision très contestée et constestable. La large consultation, nécessaire et souhaitable n'aura finalement pas eu lieu. Seulement 8 petites réunions, pas de large consultation, ni d'ateliers thématiques. Une consultation superficielle, bâclée et ratée. Pas un mot sur le zonage ou les réglementations, pas d'objectifs déclarés en terme de construction, les principaux enjeux ignorés, des projets contestables ou irréalistes... Encore un nouvel échec, unanimement constaté tant par les associations citoyennes et écologistes que par le monde politique. 

Page 46 : les indispensables petites annonces, sans doute plus importantes que les tribunes politiques une twingo de 2013 avec 200 km au compteur et une paire de lunettes perdues. Bonne nouvelle pour la propriétaire de Réglisse, chat perdu suite à l'explosion au gaz du centre ville : il a été retrouvé dans les vestiges de la boulangerie Prévost !

Publié dans Oxygène décrypté

Partager cet article

Repost 0

La droite départementale prive 18.000 familles du chèque réussite

Publié le par Laurent Comparot

La droite départementale prive 18.000 familles du chèque réussite

Le Conseil Départmental de Seine-Saint-Denis présidé par Stéphane Troussel avait voté la mise en place du "Chèque réussite". Ce dispositif consiste en une aide de 200 euros exclusivement réservée à l’achat de fournitures, de livres et d’outils numériques pour leur année scolaire. Les bénéficiaires visés sont les nouveaux entrants en 6e dans les collèges publics de la Seine-Saint-Denis et dont les parents sont domiciliés en Seine-Saint-Denis. Concrètement, les bénéficiaires inscrits recevront chez eux un carnet de chèques, composés de 10 bons de 20 euros utilisables dans les commerces du département de la Seine-Saint-Denis.

Ce dispositif prévu pour le rentrée de septembre a été boudé par le Droite Départementale. Le maire divers Droite d'Épinay-sur-Seine avait finalement dans le cadre d'un recours saisi le tribunal administratif qui vient de retoquer le dispositif. 

Stéphane Troussel déplore cette action juridique d'une droite qui n'accepte toujours pas la décision des urnes et a déjà annoncé qu'il fera tout pour mettre en place le Chèque réussite à la rentrée.

On rappelera utilement que madame Séverine Maroun et monsieur Bruno Beschizza dont on connaît localement leur implication pour la réussite scolaire des petits aulnaysiens n'avaient pas voté pour la mise en place de ce chèque réussite. 

Source image : Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis

Partager cet article

Repost 0

DE LA COMMUNICATION, OUI ; DE LA CONCERTATION, CERTAINEMENT PAS !

Publié le par Aulnay Autrement

Mercredi le PLH et le PLU seront approuvés en conseil municipal, et le bilan de la concertation sera tiré. Les élus se féliciteront probablement de la façon dont a été menée la concertation. Nous n'avons pas la même appréciation. Au lieu d'une concertation, nous n'avons eu droit qu'à des réunions d'information.

Certes, il y a eu 8 grandes réunions ouvertes aux habitants, certes auparavant, les associations qui portent sur l'évolution de la ville un regard de citoyens responsables et  qui s'efforcent de porter les aspirations et les souhaits de leurs concitoyens ont été reçues (mais ce n'est plus le cas depuis plusieurs semaines pour Aulnay Environnement); certes aussi des réunions destinées aux principaux "acteurs" de la vie communale ont été organisées. Mais jamais ne nous ont été communiqués des documents pour préparer ces réunions, jamais nous n'avons eu droit à autre chose qu'à des "PowerPoint", jamais mis en ligne. De la communication, oui; de la concertation, non! Il est évident que nous n'avons pas tous la même conception de ce terme.

Comme nous l'avons demandé dans une lettre au maire cosignée par plusieurs associations, nous attendions la mise en place d'ateliers de réflexion conformes à ce qui est prévu dans les textes officiels, ateliers débouchant sur des documents de travail. Cette lettre est restée sans réponse.  Au lieu de cela, nous avons eu communication de résumés de documents déjà bouclés, réalisés par des bureaux d'étude. Et pour ce qui est du Programme Local de l'Habitat (PLH), pourtant la base logique d'une réflexion sur le PLU, les grandes lignes ne nous en ont été communiquées oralement quelques jours avant le fatidique conseil. Ne sommes-nous donc pour la municipalité que des alibis démocratiques?  C'est assez clair: le pouvoir ne se partage pas!

Mais ce qui nous a été communiqué n'est que la partie la plus spectaculaire du PLU, à savoir le PADD, avec de belles cartes et de belles déclarations de principe. L'essentiel se prépare dans le secret des bureaux: le règlement qui définira les règles de construction  et le zonage qui les modulera selon les différents quartiers. De cela, nous ne savons rien! Au mieux, nous pouvons imaginer que, pour   la forme, ces décisions essentielles nous seront communiquées en avant-première avec un beau PowerPoint. Mais rien n'est moins sûr. Et les permis délivrés ces temps-ci augurent mal des dispositions à venir !

Rappelons nos priorités:

- Une prise en compte du territoire de la commune en tant que zone inondable, ce qui  doit

conduire  à de nombreuses restrictions

- L'interdiction de parkings et de garages en sous-sol en zone UG, au maximum un niveau ailleurs.

- Une bande de constructibilité ramenée de 19m à 15m en zone UD

- Une construction des immeubles en retrait préservant la luminosité et l'agrément de nos rues étroites

- Des mesures en zone UG (pavillonnaire) pour contrer la suppression du COS et la facilitation des divisons de terrains.

Rappelons aussi nos inquiétudes concernant le projet de construction de logements sur les terrains de PSA, en pleine zone d'exposition au bruit des aéroports, coupée du reste de la commune par de larges voies de grande circulation. Alors que le diagnostic du PLU insiste sur les problèmes des discontinuités induites par le RER et la Nationale 2, créant 3 ensembles, presque 3 villes qui communiquent mal, on envisage d'en créer une 4e !  

Rappelons aussi que nous regrettons que rien ne soit clairement envisagé pour l'aménagement des   terrains SNCF autour du centre gare; qu'y construire? Quelle facilitations de la traversée des voies peut être envisagée?

La préparation du PLU, encore une occasion manquée de montrer que la démocratie participative peut être autre chose qu'un slogan !

 

Communiqué de l'association Aulnay Environnement

Partager cet article

Repost 0

« Rentre chez toi André Malraux, ils sont devenus fous »

Publié le par Aulnay Autrement

Monsieur le Maire d’Aulnay-sous-Bois, je vous lis une lettre que vous écouterez peut-être si vous avez le temps, si vous avez envie, si vous n’avez pas mieux à faire, si votre assistant pense à vous signaler que l’on a parlé de vous à la radio.
Je dis monsieur le maire d’Aulnay-sous-Bois, je pourrais tout aussi bien dire monsieur le maire de Chambéry, ou monsieur le maire de n’importe quelle ville qui a décidé de diminuer drastiquement les subventions destinées à la culture et particulièrement au théâtre. Je précise d’ailleurs à tous les théâtres. N’opposons pas cette fois ci théâtre public et théâtre privé parisien puisque lui aussi bénéficie des subventions quand il part en province.
Je fais du corporatisme ? Peut-être. Tout le monde en fait. Personne ne serait contre l’idée de faire des efforts s’ils sont mesurés, si les élus donnent l’exemple et si on arrête de construire n’importe où des ronds-points, tous plus hideux les uns que les autres. L’équipe de l’Espace André Malraux de Chambéry va être au chômage techniques et les spectateurs privés de spectacles jusqu’en novembre, je trouve ça un petit peu radical. Rentre chez toi André Malraux, ils sont devenus fous.
Les théâtres sont des lieux d’écoutes, de rencontres, de discussions, d’intelligence, de beauté, d’humour et de joie. Vous ne trouvez pas que ce sont des notions qu’en ce moment, il faudrait mettre un petit peu en valeur ? Après les évènements de janvier, vous ne pensez pas que se réunir autour de paroles fortes, libres, construites a un sens ? Le foot-ball a sauvé des enfants mais le théâtre aussi. Je ne veux pas dire du mal des stades mais le niveau de réflexion n’y est pas toujours au plus haut. Je ne veux pas faire preuve de mauvais esprit mais vous avez remarqué que ce n’est pas spécialement dans le domaine de la culture qu’on entend parler de blanchiment, de comptes cachés, de millions de dollars de pots de vin ? Les messages qui s’expriment dans les théâtres vis à vis des jeunes, des citoyens ne devraient-ils pas être un peu valorisés ?
De plus, monsieur le maire de Boulogne-Billancourt, vous savez certainement, je dis ça au cas où voudriez vous faire réélire qu’il y a en France plus de spectateurs qui se déplacent pour aller au théâtre que de supporters dans les stades de foot. Ça devrait vous faire réfléchir. Le rôle des maires ne devrait pas se réduire à inciter les citoyens à rester chez eux derrière leurs écrans, si ?
Fermer un théâtre, monsieur le maire de Boulogne-Billancourt, c’est une décision particulièrement grave, violente. Vous ne trouvez pas que la manifestation du 11 janvier (à la quelle peut-être vous avez participé) a un sens si cela voulait dire qu’on avait envie partout de défendre la liberté d’expression ?
Monsieur le Maire de Boulogne-Billancourt, avant de décider de la fermeture définitive du Théâtre de l’Ouest Parisien, permettez-moi de vous citer cette anecdote qui célèbre la politique quand elle est menée par des grandes consciences. Quand on proposa à Winston Churchill de couper dans le budget culture pour aider l’effort de guerre, il répondit « Mais alors, pourquoi nous battons nous ? »
Monsieur le Maire, d’ici, d’ailleurs, hélas de partout, avant de supprimer un théâtre, de ratatiner le budget alloué au théâtre, à la médiathèque, prenez le temps un instant de réfléchir et de répondre à la question suivante « Pourquoi vous battez vous ? »

Billet de François Morel du vendredi 29 mai 2015

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>