Élections Départementales 2015, mode d'emploi

Publié le par Aulnay Autrement

Election-departementale-2015-cantons-93.jpg

En mars 2015, les électeurs seront amener à renouveller l'assemblée départementale. Ces élections ne seront plus appelées cantonales mais départementales.

Le mode de scrutin est un scrutin binominal paritaire. Les électeurs devront se prononcer sur une binome de candidats respectant la parité homme-femme. Ainsi, la représentativité des femmes sur la Seine-Saint-Denis passera de 13,8 % à 50 %.

Les cantons ont été redécoupés passant de 40 à 21, mais ce sera bien 42 élus départementaux au lieu de 40 actuellement qui siègeront en mars prochain dans la nouvelle assemblée. Le redécoupage prend mieux en compte la population avec un rapport de 1 à 1,49 les nouveaux cantons comptant entre 57.983 et 89.974 habitants. Actuellement le rapport est de 1 à 3,38 entre le canton le plus peuplé, Noisy-le-Grand 69.370 habitants et le moins peuplé, Neuilly-Plaisance 20.508 habitants.

Les deux cantons d'Aulnay-sous-Bois, Aulnay-Nord et Aulnay-Sud sont réunis en un seul canton.

 

Les élections auront mlieu les 22 et 25 mars 2015.

Publié dans Départementales 2015

Partager cet article

Repost 0

Oxygène n°205 décrypté (Octobre 2014)

Publié le par LC

Oxygene205.jpg

Nous poursuivons cette rubrique du décryptage d'Oxygène, le mensuel municipal. Comme me l'a annoncé un jeune blogueur proche du maire, la couleur du mois est le vert car il faut comprendre que la maquette est déclinée avec une couleur différente par mois.

 

Pour ce mois-ci, la communication municipale consacre dans ce numéro aux séniors ou au troisième âge, à ceux que Bruno Beschizza nomme "nos anciens".

 

- Page 3 : pluralisme oblige, voici de nouveau la page réservée au maire qui revient sur la tenue du forum des associations dans l'espace (étriqué et poussiéreux) de la Ferme du Vieux-Pays. Enfin, il introduit les conseils de quartiers. On verra bien s'il joue le jeu et si ce n'est pas le cas on lui rappelera qu'il voulait faire en sorte que "... ces conseils offrent à chaque aulnaysien la possibilité de s'exprimer et d'échanger sur son quartier et l'avenir de notre ville".

 

- Pages 4 à 7 : La rubrique "Aulnay en images" propose une rétrospective des évènements du mois dernier, donc de septembre. L'ensemble est décevant car on s'aperçoit que Bruno Beschizza n'apparaît que dans cinq évènements sur les huit présentés. Cela montre bien qu'il existerait encore dans cette ville des évènements pour lesquel notre nouveau maire ne serait pas le centre de toutes les attentions !

 

- Page 9 : Un des trois gros dossiers d'Oxygène présenté par monsieur Beschizza en page 3 qui ne tient que sur une seule page ! Cette présentation fort brève illustre-t-elle toute l'importance que souhaiter donner la nouvelle équipe à la démocratie locale ? Moins de 25 lignes en triple colonnage, une image et un simple pavé de couleur avec les dates et lieux des réunions sans précision quant au nouveau découpage des quartiers...

 

- Pages 10 et 11 : deux pages consacrées au forum des associations avec encore une fois une jutisfication quant à la relocalisation du forum à la Ferme du Vieux Pays... sans doute pour les lecteurs qui auraient raté la page 3.

 

- Page 12 : une présentation du nouveau directeur (par intérim) de la Meife, Sébastien Aubry. Ce dernier a commencé sa carrière dans ce qui était alors la M2E juste après sa maîtrise, d'abord en qualité de chargé de marketing d'avril 2002 à juillet 2003, puis en qualité de responsable du développement territorial d'août 2003 à août 2006 avant de partir au Québec. Aura-t-il les épaules assez solide pour gérer cette structure qui a posé de très nombreux problèmes lors des deux dernières mandatures et dont l'efficacité reste toujours à prouver ? Saura-t-il dynamiser la Meife alors que les enjeux économiques sont désormais essentiels avec la fermeture du site de PSA ?

 

- Pages 13 à 17 : le dossier bien vieillir aussi annoncé en page 3 qui est on ne peut plus mal foutu et n'offre vision d'ensemble et cohérente des dispositifs mis en place sur la ville. Est-ce dû à la rédaction d'Oxygène qui patauge dans l'ensemble des dispositifs ou une volonté de faire du rédactionnel anecdotique ? Même si les banquets, voyages et activités des foyers-clubs sont essentiels pour le bien-être des personnes âgées et contribuent à socialiser des personnes souvent isolées, ces dispositifs ne peuvent constituer l'alpha et l'oméga d'une politique publique mise en oeuvre en faveur du troisième âge. Par ailleurs, on ne pourra que regretter la vraie-fausse interview d'Alain Pachoud, conseiller municipal délégué aux séniors, véritable tentative de récupération électorale des personnes âgées. Par ailleurs, l'article ne définit pas qui sont les séniors : plus de 60 ans, plus de 65 ans, de fait retraités comme le pense monsieur Pachoud alors que de très nombreux séniors continuent à avoir une véritable activité professionnelle... Des imprécisions et des confusions qui ne sont pas levées !

 

- Page 20 : le courrier des lecteurs, la très fameuse rubrique "Bruno Beschizza s'occupe de tout". Encore une rubrique toute à la gloire de notre très glorieux maire. Il suffit de lui écrire et il vous répond directement dans le mensuel municipal. Du bruit sur le parc de stationnement et il vous promet d'envoyer les forces de police municipale. Une occasion ou jamais, de rappeler son crédo sécuritaire...

 

- Page 22 : crédo sécuritaire toujours avec entre autres la nomination du nouveau directeur de la Police Municipale, Loïc Leroux par ailleurs président du très pompeux Institut National de la Police territoriale. Très pompeux car il ne s'agit que du nouveau nom d'une modeste association, le Cercle d'ouverture, d'échange, d'union et de rassemblement de la police territoriale. Nous reviendrons bien sûr sur l'identité et l'objet de cette très intéressante association.

 

- Page 30 : les tribunes ou ce qu'il en reste. Après un mois de septembre sans tribune, voici un mois de novembre avec des tribunes réduites : voilà la place réelle de la démocratie dans l'esprit de Bruno Beschizza et de sa majorité municipale. Un triple colonnage qui ne respecte même pas le nombre de caractères auxquels ont officiellement droit les trois groupes politiques constitués des élus du conseil municipal d'Aulnay-sous-Bois. Les noms des groupes sont même escamotés !

A gauche, la tribune pour le groupe UMP avec ce texte scandaleux signé Sévérine Maroun qui allie accusations mensongères, contre-vérités et approximations. Ainsi contrairement à ce qu'il est écrit, les villes ont eu un an de plus pour mettre en place la réforme ce qui a été le cas de notre ville. Elle parle de 7 millions d'Euro manquants dans le budget, chiffre sans cesse en inflation alors que cette somme ne peut être "manquante", chaque collectivité locale devant équilibrer son budget. Elle réitère cette fausse accusation quant à la copie blanche de la réforme scolaire alors qu'un travail avait été effectué tant par les services que par les comités de pilotage ou encore le monde associatif. Elle oublie de dire que pour la troisième fois en moins de six mois, le maire a changé d'avis sur la question, prenant ainsi les élèves et leurs familles en otage. Enfin, elle mélange révision du PLU (qui est bien mal engagée), ANRU (qui avait été effectivement coulé... par l'équipe de Gérard Gaudron) et revitalisation économique (ce qui reste à voir !)...

Au centre, la tribune du groupe des élus socialistes et républicains. Le nombre de caractères présents (2700) est réglementaire mais comme il a été unilatéralement décidé de limiter les tribunes à 1700 caractères, la police a été réduite. Une jolie forme de censure. Cerise sur le gâteau, l'article signé Guy Challier est illustré par la photographie de Gérard Segura. C'est vrai que monsieur Challier n'a jamais été maire adjoint à l'urbanisme de l'ancienne équipe municipale et que le service communication n'a jamais eu sa photographie. Même sur Google (voir ci-dessous), on ne la trouve pas...

GuyChallier

 

Sont rappelées les projets et réalisations sous la mandature de Gérard Segura et les projets qui ont été définitivement stoppés tels que le projet Mitry-Princet ou encore la démolition de la barre du Galion.

La tribune de droite est signé Jacques Chaussat pour le groupe UDI. L'encore conseiller général du sud de la ville se prend pour un analyste géo-stratégique mondial avant de prétendre incarner la jeunesse et l'avenir de notre ville !

 

- Page 46 : les indispensables petites annonces, sans doute plus importantes que les tribunes politiques. Sont en vente ce mois-ci dans notre ville, un manteau de fourrure, de la layette pour bébé de 0 à 1 an, un vélo d'appartement, un manteau, une robe noire bleue marine (?!?) et une cape noire (celle de Zorro ?). Des cours de mathématiques, physique et chimie (c'est déclaré ?)...

 

A bientôt...

Publié dans Oxygène décrypté

Partager cet article

Repost 0

Plus de trains gris en gare d'Aulnay-sous-Bois à partir de décembre

Publié le par Aulnay Autrement

RIB-transilien.jpg

 

Le STIF a demandé à RFF et la SNCF de créer un train supplémentaire sur la ligne K (Paris-Nord gare de surface - Crépy-en-Valois) en heure de pointe du matin (arrivée 8h14 à Paris) qui améliorera les conditions de voyages des usagers.

Par ailleurs, en plus de ce train supplémentaire, les voyageurs de la gare d’Aulnay-sous-Bois seront mieux desservis, avec un arrêt systématique des trains de la ligne K, permettant de proposer une offre lisible et complète de trains plus rapides en complément du RER B. Cela représente 2 arrêts supplémentaires le matin et 2 arrêts supplémentaires le soir.

Source : STIF

Publié dans transports

Partager cet article

Repost 0

Aulnay-sous-Bois : les réseaux sociaux dans la ligne de mire

Publié le par Laurent Comparot

LignedeMire.jpg

 

Les  deux demandes de protection fonctionnelle accordées par vote lors du dernier conseil municipal concerneraient des propos véhiculés sur les réseaux sociaux.

 

Alors que la période de grâce consécutive à l'élection de mars dernier est bien passée et que les difficultés s'accumulent, la majorité municipale est de plus en plus critiquée pour sa gestion (ou non gestion) de la ville et pour une certaine forme d'arrogance. Alors que la communication municipale est sérieusement verrouillée et que même les élus sont mis sous tutelle, Bruno Beschizza cherche à contrôler son image et celle de sa majorité municipale.

 

Les réseaux sociaux qui échappent donc à ce contrôle sont donc l'objet d'une attention sans faille. Ainsi lors des conseils municipaux, il n'est pas rare de voir le maire, les membres de son cabinet et ses élus à consulter les messages véhiculés par Twitter ou Facebook.

 

Certes les dérapages, insultes et outrages sont intolérables mais ces deux demandes de protection fonctionnelle interviennent à un étape clé du mandat de Bruno Beschizza, celle des premières difficultés et constituent un message clair en direction des opposants et des aulnaysiens en général : les dérapages feront systématiquement l'objet de poursuites.

Partager cet article

Repost 0

La protection fonctionnelle votée pour messieurs Cahenzli et Beschizza

Publié le par Laurent Comparot

 Justice.jpg

 

Lors du conseil municipal de mercredi, les élus ont voté la protection fonctionnelle de Denis Cahenzli, 14e adjoint de de Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois.

 

La protection fonctionnelle consiste à la prise en charge par l'État ou la collectivité locale concernée des frais de justice lorsqu'un fonctionnaire ou un élu est attaqué au pénal ou lorsqu'il est victime de violences, menaces ou outrages à l'occasion ou du fait de ses fonctions. Dans le cas présent la ville d'Aulnay-sous-Bois assumera les frais de poursuites engagés en faveur des deux élus. 

 

La protection fonctionnelle est organisée d’une part, pour le fonctionnaire, par l’article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, d’autre part, pour l’élu municipal, par les articles L.2123-34 et L.2123-35 du code général des collectivités territoriales. Ces dispositions précisent respectivement que la collectivité publique est tenue d’accorder sa protection au fonctionnaire et que la commune est tenue d’accorder sa protection à l’élu. Dans les deux cas, cette obligation ne vaut que s’il ne s’agit pas d’une faute personnelle détachable du service ou des fonctions.

 

Dans le cas des communes, la protection fonctionnelle ne peut être engagée qu'après vote en conseil municipal.

 

Le conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune en vertu de l’article L.2121-29 du code général des collectivités territoriales. Aucune délégation du conseil municipal au maire en matière de décision relative à la protection fonctionnelle n’est prévue par l’article L.2122-22 du même code. En conséquence, la décision octroyant la protection fonctionnelle à un agent ou à un élu relève de la compétence exclusive du conseil municipal (CAA Versailles, n° 11VE02556, 20 décembre 2012). Elle doit donner lieu à une délibération spécifique de l’organe délibérant.

 

Comme l'a évoqué le maire, Bruno Beschizza, les deux affaires concerneraient des propos tenus sur les réseaux sociaux. Il est pour l'heure difficile si la Justice donnera suite aux poursuites engagées, les détails de ces deux affaires n'étant pour l'heure pas encore dévoilés. Certes le propos n'est pas de cautionner les dérapages verbaux des personnes visées mais il faut bien reconnaître que ce vote illustre un durcissement de la majorité municipale soucieux de son image alors que la période de grâce est bien passée et que les difficultés s'accumulent.

 

Enfin, il semble que la protection fonctionnelle soit facilement accordée aux élus de la majorité municipale alors qu'elle est dans le même temps refusée à des fonctionnaires municipaux.

 

Sources : Observatoire Smacl des risques de la vie territoriale

Publié dans politique locale

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>