Nouvelle démocratie locale : pas encore née déjà verrouillée !

Publié le par LC

 

DemocratieLocale01.jpg

 

Près de 3 mois après la prise de fonction, la démocratie locale était au menu du dernier conseil municipal. C'est une version réduite qui sera proposée avec un nombre de quartiers réduit de douze à huit motivé selon le maire par le refus de saucissonner un peu plus la ville. La notion de territoires qui étaient au nombre de cinq sera sans doute abandonnée.

 

La démocratie locale sera donc mis en place sous la supervision du 14e adjoint Denis Cahenzli. Ce dernier a tenu à mettre les choses au clair en annonçant clairement qu'il était hors de question d'accepter au sein des conseils de quartier n'importe qui bref quiconque qui sera suspecté d'être un opposant politique ou de ne pas suivre la ligne du grand timonier, Bruno Beschizza. Des propos que ce dernier n'a pas désapprouvé mais qui donne une bonne idéee de ce que sera la politique de démocratie locale durant la mandature.


Bien loin est le temps où Stéphane Fleury s'autoproclamait grand défenseur de la démocratie locale. Désormais, il siège dans les rangs UMP de Bruno Beschizza en qualité d'adjoint aux finances et sera même élu de quartier (en contradiction avec le programme électoral, voir ci-dessous). Sauf problème auditif, il n'a pas pu ne pas entendre son collège proclamer qu'il filtrerait les personnes voulant siéger dans les conseils de quartier.

 

Le point 8 du programme électoral  qui consistait à "Dédier des élus municipaux à plein temps dans chacun des 8 quartiers pour les les habitants puissent toujours garder le contact avec la municipalité" est visiblement abandonné. Les élus désignés ont tous une délégation et donc ne peuvent théoriquement consacrer un temps plein.

 

Près de trois mois après sa prise de fonction, la volonté de verrouiller la politique de démocratie locale n'est finalement pas une surprise de la part d'un maire qui ne fait même pas confiance à ses propres adjoints. Avec un tel esprit autocratique, on voit en effet mal monsieur Beschizz a céder une once de pouvoir ou même laisser s'installer un seul espace de libre échange si minime soit-il.

 

On observera à l'usage ce que seront les conseils de quartiers. Ainsi, nous vous invitons à vous engager dans les conseils de quartier afin de mettre à l'épreuve les engagements électoraux du maire.

 

Publié dans politique locale

Partager cet article

Repost 0

Rythmes scolaires : les parents ne désarment pas

Publié le par Aulnay Autrement

ecole_en_danger.jpg

 

Rythmes scolaires toujours, après la manifestation devant l'hôtel-de-ville et lors du conseil municipal de mercredi dernier, les parents d'élèves ne désarment pas. A cette heure, ils sont réunis à l'école de Bourg afin de décider de la suite des actions à entreprendre et du message à porter dans la perspective de la réunion du maire qui se tiendra lundi soir à 19h au gymnase Scohy.

Partager cet article

Repost 0

Rythmes scolaires : les parents entre inquiétudes et colère

Publié le par Laurent Comparot

RythmesScolaires05.jpg

 

Des parents entre inquiétudes...

 Ce sont entre 80 et 100 parents d'élèves qui se sont réunis ce mercredi soir devant l'hôtel-de-ville d'Aulnay-sous-Bois. Alors que le maire avait promis une réunion à la mi-juin, ce sont bien des parents inquiets qui ont décidé d'obtenir des réponses au plus tôt. Une réunion publique est bien prévue le lundi 30 juin, soit seulement 3 jours avant la fin de l'année scolaire. Un calendrier bien trop serré pour engager une quelconque concertation avec les parents d'élèves et les équipes éducatives. Certes, une délégation a été reçue par le maire mais de très nombreuses questions restent en suspend. D'ailleurs, le maire a été incapable de rassurer les parents sur les conditions matérielles et humaines de cette réforme et de sa mise en place. Ce qui n'est pas sans nourir de véritables craintes quant à la capacité de l'équipe municipale à faire émerger un véritable projet tant les contraintes en terme de temps et de budget d'ici la rentrée de septembre sont importantes. Au manque affiché de volonté politique, pourraient bien s'ajouter l'impossibilité pour les services municipaux de mettre en place d'ici septembre un dispositif opérationnel, en particulier en tout ce qui concerne l'embauche (en pleine vacances d'été !) et la nécessaire formation des encadrants. Et encore moins si ce dispositif sera accepté lors de sa présentation et de sa mise en oeuvre simultanés debut septembre.

Des incertitudes juridiques pèsent même sur le respect par l'équipe Beschizza de la circulaire Hamon quant à la consultation effective des conseils d'école.


D'autre part, on ne sait toujours pas qui pilote politiquement en dehors du cabinet du maire ce dossier brûlant. A ce stade, on ignore même quelle est l'élue, de madame Claire Fouque, adjointe à l'éducation ou de madame Sévil Isik, adjointe aux activités périscolaire qui en a la charge effective.

Le volet budgétaire suscite aussi des inquiétudes car à chaque fois, à la nécessaire qualité de ces activités sont opposés des questions d'ordre financier. Les parents craignent donc des activités au rabais (low-cost !) et refusent que l'éducation de leurs enfants soit une simple variable d'ajustement budgétaire.


 RythmesScolaires06-copie-2.jpg

 

... et colère

Même si elle n'est pas encore trop perceptible en cette fin d'année, c'est bien un sentiment de colère qui domine parmi les parents d'élèves face à l'attitude de monsieur Beschizza et de ses amis politiques. Les parents sont sur leur fin tant ceux qui refusaient la réforme et qui croyaient aux promesses de monsieur Beschizza que ceux qui soutenaient la réforme et se voient aujourd'hui imposer des conditions sur lesquelles ils n'ont été nullement consultés. La publication dans le mensuel municipal Oxygène de l'article "Le maire, les enseignants et les parents à l'unisson" a mécontenté de nombreuses familles avec un compte-rendu mesonger des réunions tenues. Contrairement aux termes lénifiants de l'article, les parents y ont exprimé de très nombreuses critiques et craintes, mettant parfois le maire en difficulté. Ce dernier s'était alors retranché derrière  le vote de la délibération n°31 du 30 avril 2014 pour justifier sa décision qui allait à l'encontre de très longs mois de consultation avec l'aide d'un comité de pilotage.


Malgré les pressions multiples et diverses, la présence en force de la Police Municipale et des services de renseignement, et l'arrogance de certains nervis, les parents ont pris le temps et la peine de venir réclamer pour leurs enfants de la qualité et pour eux un peu plus de considération...

 

Au delà de l'arrogance

Bien sûr, certains proches du maire essayent actuellement de minimiser le mouvement voire de le discréditer en le faisant passer par un mouvement téléguidé par l'opposition municipale. Ce qui n'est bien sûr pas le cas même si les anciens élus fort de leur expérience et du travail de préparation accompli tentent à la lumière du peu d'informations données par l'équipe en place de suivre l'évolution du dossier.

Discriditer et minimiser un tel mouvement est une terrible erreur car réunir en semaine et le soir (un soir de football en plus) 80 à 100 personnes, ce n'est pas rien. En cas d'échec de la rentrée scolaire en septembre, c'est bien face à une contestation de très grande ampleur que risque d'être confronté monsieur Beschizza. Alors, il n'est pas sûr que la majorité silencieuse le reste bien longtemps.


Publié dans éducation - formation

Partager cet article

Repost 0

Rythmes scolaires : le low-cost de Bruno Beschizza

Publié le par Laurent Comparot

Comme nous l'avions écrit le 12 juin dernier, nous savions que Bruno Beschizza, le maire d'Aulnay-sous-Bois serait contraint comme l'exige la loi de mettre en place les rythmes scolaires.


Le 23 juin au soir, les élus de la majorité municipale persistaient à encore essayer de convaincre en vain les aulnaysiens que la réforme des rythmes scolaires ne s'appliquerait à Aulnay-sous-Bois. Au-delà de ses postures politiques de secrétaire national de l'UMP, monsieur Beschizza devait tôt ou tard céder aux injonctions du préfet et des fonctionnaires du minstère de l'éducation nationale. Une réalité bien cachée aux parents lors de la réunion tenue le 14 mai dernier au Gymnase Scohy où déjà (et contrairement à la propagande véhiculée par le journal municipal), le maire avait été verbalement pris à parti par des parents inquiets et soucieux du bien-être de leurs enfants.

 

Alors qu'on continuait de servir la même rengaine du report de la réforme, était déjà imprimée en masse la lettre dans laquelle monsieur Beschizza annonçait la mise en place de sa version low-cost. (voir courrier ci-dessous).

 

RythmesScolaires03

RythmesScolaires04

 

Que de temps perdu et gâché suite aux multiples manoeuvres politiciennes et aux inconséquences de monsieur Beschizza. Alors qu'un projet co-élaboré suite à la consultation des parents d'élèves (4000 questionnaires retournés et traités sur 7000 familles concernées) était dans les tiroirs prêt à mis en oeuvre, Bruno Beschizza a preferré ferrailler sur la scène médiatique nationale dans le cadre de la lutte de pouvoir qui agite actuellement les instances dirigeantes de l'UMP. Après trois mois d'immobilisme, c'est désormais à moins d'une semaine des vacances d'été que notre premier élu revient à la réalité avec rien de concret à proposer aux parents, si ce n'est un projet de dernière minute et monté à bas coup (comme le confirme d'ailleurs le propre courrier du maire).

 

A ce stade, on ne peut que penser aux familles et au soucis qu'elles peuvent légitimement nourir dans la perspective d'une rentrée de septembre très difficile.

Publié dans éducation - formation

Partager cet article

Repost 0

Aulnay-sous-Bois, la ville où Copé est innocent

Publié le par Laurent Comparot

CopeAulnay.jpg

 

Ce mercredi 11 juin 2014, c'est à Aulnay-sous-Bois sur les nouvelles terres de son ami Bruno Beschizza que Jean-François Copé a tenu son dernier meeting en qualité de patron de l'UMP.

 

Salle municipale mise à disposition, Police Municipale au garde-à-vous et le dernier quarteron de militants UMP de service, tout était réuni pour recevoir monsieur Copé pour cette soirée pleine d'émotion pendant laquelle il a pu clamé son innocence.

 

Florilège de cet innocent injustement accusé : 


- «J'ai voulu organiser une rencontre avec vous. Car je voulais vous dire ce que j'ai sur le cœur » ; 

- « J'ai démissionné pour éviter le spectre de la division » 

- « J'ai la conscience tranquille. Je veux réaffirmer devant vous mon intégrité totale. Avec la volonté farouche de servir la vérité, toute la vérité ! »

« Non, non, je n'ai rien su jusqu'à ce 16 mai dernier. Je vous en fait le serment ».

- « Il y a eu des regrets de ne pas avoir suffisamment œuvré en transparence.»

- « J'ai toujours fait le choix de l'union plutôt que de la division. »

« je veux faire de la politique autrement. Faire de la politique autrement, c'est d'abord ne jamais oublier que nous sommes là pour servir la France ».

 

Merci Jean-François pour cette inoubliable soirée qui en appelle d'autres : Isabelle Balkany ? Jérôme Lavrilleux ? Et pourquoi pas Nicolas Sarkozy ?

 

Innocents de l'UMP, sachez que Bruno Beschizza sait recevoir et que vous ne serez pas déçus.

 

Publié dans politique nationale

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>