Projet municipal : retard à l'allumage pour Jacques Chaussat

Publié le par Laurent Comparot

 

 

feuilleBlanche

 

Le vertige de la page blanche ne semble pas que frapper le candidat UMP Bruno Beschizza. En effet, le candidat Jacques Chaussat pourtant parti très tôt en campagne est en panne d'inspiration. Il faut dire qu'il a passé pas mal de temps à essayer en vain de s'implanter dans le nord de la ville allant jusqu'à recruter deux anciens membres de la majorité municipale. Il s'est aussi consacré à une campagne massive d'affichage, n'hésitant pas à recourrir à des méthodes d'affichage sauvage qui font peu cas de la propreté de l'espace public et privé.

 

Dernier fait d'arme : la publication et la distribution d'un questionnaire à la population destiné à réalisation de son programme municipal.

 

Notre sémillant Jacques Chaussat sans doute trop occupé à dupliquer son portrait sur tous les murs de la ville a tout bonnement oublié qu'il fallait sans doute se présenter à l'élection municipale avec un semblant de programme !

 

Quelle légèreté de la part de ce candidat parti depuis huit mois à l'assault de la magistrature suprême de notre ville.

 

A croire que l'ambition personnelle a tout bonnement pris le pas sur le projet collectif.

Publié dans Municipales 2014

Partager cet article

Repost 0

Site de PSA et Beschizza, la magicien de l'économie

Publié le par Laurent Comparot

hotte-du-pere-noel-osier.jpg

 

Notre blog avait mis en lumière l'absence d'idée et de proposition de l'équipe Beschizza avec des tracts qui sonnent plutôt creux qu'autre chose.

 

Notre grand homme s'est lâché dans  un tract sur le réaménagement du site de PSA. Outre qu'il plagie allègrement les propositions de l'actuelle équipe municipale tout en qualifiant l'action de "gesticulations et mascarades" tout ce qui a été jusqu'à présent entrepris.

 

Monsieur Beschizza pense sans doute que les forces vives de la ville ont attendu son arrivée sur la ville pour qu'on se penche sur la reconversion du site automobile mais il faut le détromper. La gare du Grand Paris obtenue grace à la persévérance de Gérard Ségura est un atout de poids dans cette reconquête économique.

 

Le pleine reconversion sera difficile comme l'a été cette catastrophe sociale et économique qu'a été le fermeture de l'usine PSA, un drame que le candidat UMP n'évoque même pas.

 

Monsieur Beschizza nous pond un catalogue de voeux pieux avec une longue énumération de projets qu'il sort par magie de ses manches. Mais ce sera bien plus que des vagues promesses de campagne qu'il faudra mettre en oeuvre pour attirer investissements et entreprises.

 

Une fois encore, Bruno Beschizza semble peu à la hauteur des défis économiques à relever montrant encore sa méconnaissance du dossier et ne semble pas en mesure de démontrer un véritable investissement personnel pour l'avenir d'Aulnay-sous-Bois.

Publié dans Municipales 2014

Partager cet article

Repost 0

Bruno Beschizza, l'homme qui commande au blog

Publié le par LC

2014-01-24_122532.jpeg2014-01-24_122653.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous connaissiez peut-être Bruno Beschizza,  l'homme qui commande aux boulangers. Désormais, Bruno Beschizza est l'homme qui commande au blog.

 

Ce matin, notre grand homme s'est adressé aux aulnaysiens dans le célèbre blog Aulnay Libre dont le leitmotiv est "L'info sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante".

 

Il ne s'agit pas de la publication d'un communiqué mais bien d'un article signé Bruno Beschizza dans lequel monsieur Beschizza parle de sécurité et de lui-lui-même, le tout à la troisième personne du singulier.

 

Bien sûr, loin de nous de faire un lien entre les conditions d'une telle publication et l'arrivée de l'ancien animateur de ce blog dans l'équipe de campagne de monsieur Beschizza...

Publié dans Municipales 2014

Partager cet article

Repost 0

RER B : le coup de gueule de Huchon

Publié le par Aulnay Autrement

huchonstif.jpg

 

 

Après la colère et l'exaspération des voyageurs du RER B, c'est au tour de Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France et responsable à se titre du STIF, l'autorité organisatrice des transports publics de la région de se fâcher.

 

Dans  une interview qu'il a accordé à Mobilettre, Jean-Paul Huchon revient sur les relations avec les opérateurs de la ligne B du RER et sur les multiples incidents qui empoisonnent la vie des usagers.


Même si le langage est feutré, les critiques envers la SNCF et son président Guillaume Pépy sont très dures :

 

« Pour la SNCF, même si on l’exprime de façon courtoise et modérée, on est très inquiets. On a l’impression, alors que des centaines de millions d’euros s’abattent sur le transport public, que l’exploitation quotidienne ne fonctionne pas.
A chaque fois qu’un incident de trafic se produit, d’un seul coup semble se détricoter l’acquis initial. On vient ainsi de dégager 500 millions d’euros pour le seul RER B, à la fois pour le matériel et l’infrastructure, et ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont affectées par un problème électrique ! Il y a quelque chose d’absolument choquant pour les voyageurs à subir ces incidents »

 

Réseau Ferré de France (RFF), l'EPIC en charge des infrastructures ferroviaires n'est pas épargné. Son président Jacques Rapoport a dû concéder que « La puissance électrique n’a pas été bien calculée » et ce malgré des équipements neufs. La performance de l'ingénierie partagée de la SNCF et de RFF est aussi mise en cause pour les travaux de la Tangentielle Nord, ligne desservie par Train-tram qui reliera à terme Sartrouville à Noisy-le-Sec.

 

Jean-Paul Huchon promet d'aller tous les mois vérifier sur le terrain le respect des engagements.

Publié dans transports

Partager cet article

Repost 0

Masterchef : Beschizza invente la Beschizzette

Publié le par Laurent Comparot

BiscuitWinner

 

Toujours pas l'ombre du début d'un programme pour le super méga candidat sarkozyste Bruno Beschizza.

 

Comme le temps persiste à rester doux, le fringant candidat reste un peu sur la fin depuis la chute des feuilles. Même pas un flocon a se mettre sous la dent, pas un trottoir enneigé, pas une rue glissante, rien qui ne puisse susciter l'ombre d'un billet indigné, rien.

 

Toujours  confronté au vertige de la feuille blanche, notre candidat sans doute lassé de refaire en boucle le circuit de visite des nouveaux aulnaysiens s'est laissé convaincre par ses spin doctors de jouer à Masterchef en inventant une patisserie suggérant vaguement la forme d'une feuille d'aulne.

 

Eh, oui, plus de six mois d'intense labeur entouré de spin doctors, d'une dream-team et conseillers occultes pour accouccher d'un biscuit sec.

 

Alors là chapeau bas. C'est du lourd et du concret. Je sens qu'on rentre dans le sujet principal des préoccupations des aulnaysiennes et des aulnaysiens...

Publié dans Municipales 2014

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>