L'immonde tentation de 2005

Publié le par Laurent Comparot

renault2005.jpg

 

 

 

En politique, il est toujours tentant de ressusciter les anciennes recettes surtout si elles ont alors bien fonctionné.

 

En politique, il faut pour gagner susciter un certaine cohésion autour de projets ou d'envies incarnés par un ou plusieurs personnes.

Hélas, certains prétendants n'ont pas de projet si ce n'est la satisfaction de sa propre ambition et cela devient plus compliqué.

Et quand on ne parvient pas à plaire, il reste toujours la tentation de faire peur. Car la peur est aussi fédératrice.

 

Alors que depuis quelques semaines, des événements troublants viennent perturber la relative tranquillité de notre ville, on est en droit de s'interroger sur le comment et le pourquoi de cette succession concomitante d’événements. Et on ne peut s'empêcher de songer à l'action d'un dessein caché, une main mystérieuse qui semblerait tirer les ficelles.

 

Alors que le spectre des tristes événements de 2005 reste encore douloureux dans la mémoire des aulnaysiens, on craint le pire.

 

Et on en appelle à la responsabilité de tous afin de faire en sorte que le passé reste là où doit rester.

 

C'est de la responsabilité de tous et c'est à nous tous d'être vigilants afin de démasquer les velléités d'audacieux et bien inconscients manipulateurs de l'ombre.

Publié dans politique locale

Partager cet article

Repost 0

Suite aux derniers évènements, la lettre du maire à Manuel Valls

Publié le par Aulnay Autrement

Suite aux évènements récents qui ont déjà fait l'objet de multiples interprétations et prêtent déjà à diverses spéculations, nous reproduisons ci-dessous le courrier de Gérard Ségura, maire d'Aulnay-sous-Bois à Manuel Valls, ministre de l'Intérieur.

 

2013-07-18_170043.jpeg

2013-07-18_170140.jpeg

Publié dans sécurité publique

Partager cet article

Repost 0

La SNCF est plutôt tourniquet qu'escalator, nous pas

Publié le par Laurent Comparot

escalator.gifLes inondations qui ont hélas frappées notre charmante et pittoresque commune de la Seine-Saint-Denis n'ont pas fait que des malheureux.

Les eaux ont respecté à la lettre les lois de la nature et se sont écoulées vers les points bas de la zone.

 

Du côté de la gare, ce sont les tunnels. Et dans les tunnels, ce qui a le plus morflé ce sont les fameux tourniquets qui assurent que le tout-venant des voyageur paie bien sa dîme pour accèder à la très célèbre ligne B du RER et effectuer un voyage souvent riche en imprévus et en péripéties. D'ailleurs, on pourrait presque croire que ces tourniquets ont été inventés en prévision de la création de la ligne B du RER sachant que pour les raisons déjà mentionnées, le tout-venant des voyageurs ne met pas du sien pour se prêter aux contrôles.

 

Le destin aquatique n'était pas sans faire déplaisir aux pirates de tout crin à commencer  par le premier du cru qui leur a prêté le même destin que notre vedette locale Totor, l'escalator. (Cet escalier mécanique hors d'âge et délaissé avait fini par rendre l'âme. Son arrêt supposé provisoire avait été le début d'une grande suite d'affichettes falacieuses et fort optimistes sur la date présumée de remise en marche. Depuis, le fameux escalator avait fini sous un sarcophage de métal qui ne cache pas son style tchernobylien).


Mais à pirate, pirate et demi, et les fameux tourniquets ont été finalement remis en état au bout de quelques jours ce qui sous les latitudes aulnaysiennes constitue un délai d'une célérité inouie pour la SNCF.

 

L'escalier mécanique est toujours sous son sarcophage de métal. Les tourniquets ont été remis en place pour assurer la dîme du tout-venant de passagers payants.

 

Des fois que ces derniers ne partagent pas dans les mois à venir le gentil optimisme des promoteurs du RER B+...

Publié dans transports

Partager cet article

Repost 0

Beschizza joue à Charlie

Publié le par LC

Vous ne le connaissez sans doute pas mais Bruno Beschizza est le candidat désigné par la direction parisienne de l'UMP pour figurer en tête de liste de l'UMP aux élections municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois.

 

En quête de notoriété,ses mentors locaux ont décidé de le sortir en ville pour la traditionnelle commémoration de l'Appel du 18 Juin. Rendez-vous était donné sur la place de la gare désormais rénovée, histoire d'immortaliser cette visite historique et de publier une photo sur Facebook.

 

BeschizzaFacebook.jpeg

Ce grand instant a enfin été immortalisé. Mais saurez-vous trouver Charlie Bruno sur cette photo ? (*)

 

On reconnaît bien notre ancien maire monsieur Gaudron derrière les élus socialistes Martine Pellier, Françoise Bivais Liegeois et Guy Challier ou encore Grégoire Mukendi, et à droite monsieur le maire savamment et partiellement coupé au cadrage.

 

Pour sortir de son anonymat, nous lui suggérons pour la prochaine fois de revêtir un bonnet et un pull rayé rouge et blanc pour ressembler à Charlie, le fameux personnage de Martin Handford.

 


 

(*) Solution de l'énigme : le monsieur situé au centre dans le tiers haut de la photo.

Publié dans Municipales 2014

Partager cet article

Repost 0

RER B Nord : coup de gueule sur les rames bondées du soir

Publié le par Laurent Comparot

coup de gueuleLes dirigeants du STIF et les responsables d'exploitation de la ligne B du RER (SNCF et RATP) ne doivent pas souvent fréquenter ladite ligne. Et encore moins en soirée après le coup de feu de l'heure de pointe, quand les rames formées de deux éléments (soit un total de huit voitures) sont remplacés par des rames réduites à un seul élément (soit seulement quatre voitures).

 

Cette configuration de soirée convient peut-être pour la désserte de la vallée de Chevreuse au sud de la ligne peu urbanisée et à la faible affluence voyageur en soirée.

 

Cependant, elle est complètement inadéquate sur la partie nord bien plus urbanisée qui dessert entre autres le Parc des Expositions et surtout la plateforme aéroportuaire de Roissy, et dont nombre de voyageurs sont des salariés aux horaires décalés.

 

Le résultat est que sur cette partie nord de la ligne, les voyageurs sont contraints de se tasser difficilement dans des rames réduites à quatre voitures dans des conditions qui ne sont pas sans rappeler celles des pires heures de pointe de la semaine.

 

Alors qu'à ces heures tardives, la partie nord de la ligne reste fréquentée par des travailleurs fatigués désireux de rentrer confortablement vers leurs domiciles, on les contraint encore une fois et volontairement à voyager dans des conditions dégradées, donc dans des conditions dégradantes.

 

Tout comme la mise en place d'horaires de week-end lors des jours dits de pont (qui n'ont aucun caractère officiel sauf dans les transports franciliens !), la réduction des capacités de transport lors service de soirée est purement honteux et injurieux pour des voyageurs qui peuvent parfois aussi prétendre à un peu de considération et de confort.

Publié dans transports

Partager cet article

Repost 0