Escalator, vedette mécanique d'Aulnay

Publié le par Stéphane Legrand

L'emblématique escalier mécanique de la gare d'Aulnay-sous-Bois ne cesse de faire parler de lui sur la blogosphère aulnaysienne. Cet escalier mécanique qui permet de relier les souterrains au côté sud de la gare est en panne depuis longtemps. Quoique le terme "en panne" soit d'un optimisme béat pour désigner une installation à bout de souffle voire trépassée. Promu flop de la semaine dans Oxygène n°31 du 1er avril 2009, le désormais célèbre escalator (il va falloir le baptiser sous peu) a reçu la visite de notre non moins célèbre député Gérard Gaudron.

Notre édile, hérault de l'UMP dans nos terres aulnaysiennes, fait paraître sur son blog le 29 avril 2009 le communiqué suivant : "Le député Gérard Gaudron s'est rendu compte vendredi que l'escalier mécanique de la gare d'Aulnay-sous-Bois était toujours hors service et devait être réparé avant le 30 mai. Face à ce problème qui perdure, il a immédiatement écrit au Président de la SNCF pour obtenir des explications et a demandé que cette situation soit réglée dans les plus brefs délais. L'accessibilité des lieux publics constitue une priorité à laquelle est attaché le député."
Notre très influent édile a été entendu au plus haut niveau de la SNCF. Car comme le révèle Petit Louis sur son blog, le fameux escalier va être en effet remplacé... le 30 mars 2010. Non, vous avez bien, il ne s'agit pas d'un faute de frappe.

L'escalier ne sera pas réparé. Les usagers devront patienter jusqu'à son complet remplacement lors des travaux d'accessibilité prévus dans la gare. D'ici là, les voyageurs chargés de bagages ou les poussettes devront escalader les marches. Ainsi, la SNCF économise des frais d'entretien et de réparation (pour le coup on est bien loin des l'esprit de la charte Transilien) sur le dos des voyageurs et celui de la région Île-de-France. D'ici-là, il faudra attendre la fin des travaux de mise en accessiblité de la gare votés par le STIF.

 

Quant à monsieur Gaudron qui vient de connaître Totor l'escalator, il lui reste encore beaucoup de choses à découvrir dans la gare d'Aulnay-sous-Bois : les panneaux d'affichage en panne depuis plus de 10 ans, des guichets perpétuellement fermés, des souterrains dans un état de saleté insupportable,... Encore un peu d'efforts et il découvrira la douce et chaleureuse ambiance des RER aux heures de pointe (chaude température en promotion actuellement), témoignage du désengagement de l'État dans les transports en commun. Au fait, qui vote le budget dans ce pays ?

Publié dans transports

Partager cet article

Repost 0

La librairie Folies d'encre fête ses quatre années d'existence

Publié le par Stéphane Legrand

C'est un peu un des symboles de la renaissance de la zone commerciale du Centre-Gare, l'installation en 2005 d'une librairie dans un quartier de plus en plus grignoté par les agences bancaires, les cabinets d'assurance ou les agences immobilaires.

C'est le signe d'une renaissance pour ce quartier mais aussi d'un changement de comportement pour une partie de la population aulnaysienne qui délaissent de plus en plus les grands centres commerciaux et autres hypermarchés pour revenir aux fondamentaux des commerces de proximité et ainsi bénéficier du contact et des conseils de véritables commerçants.
La librairie Folies d'Encre ne déroge pas à cette tendance. Certes, le fonds n'est pas illimité car la surface du magasin n'est pas extensible mais le choix est déjà assez large pour satisfaire tous les publics. Et tous les genres littéraires du polar à l'essai historique en passant par les mangas ou la littérature pour enfants y sont représentés.
A défaut, tout à chacun peut commander le ou les ouvrages de son choix que la librairie pourra fournir dans des délais assez brefs. Cette librairie est essentielle pour notre ville car elle reste une porte ouverte sur l'univers du livre, tous les livres disponibles à la vente. En cela, une librairie est aussi un petit espace de liberté qu'il s'agit de faire vivre.

Le quotidien Le Parisien consacre aussi dans son édition du 22 juin dernier un article :
 "Pour un bassin de plus de 250 000 habitants, il y a la Fnac et… Jacques-Etienne Ully. Dans l’artère principale et commerçante d’Aulnay-sous-Bois, il a ouvert Folies d’encre en 2005. Quatre ans plus tard, les finances sont dans le rouge plusieurs mois de l’année. « On tient en thésaurisant les cinq mois qui marchent bien pour tenir le reste de l’année », dit-il.
La clientèle : des femmes à 80 %, des moins de 15 ans et des quadras qui parfois viennent de Villeparisis (Seine-et-Marne), parce qu’ils savent qu’ici les commandes arrivent en seulement trois ou quatre jours.
Si le prix du livre est le même qu’ailleurs, c’est sur les marges que la différence se fait entre les revendeurs. «Appartenir à Folies d’encre nous permet d’être plus forts par rapport aux distributeurs, explique-t-il. On gagne sur un coup de fil cinq ans de négociations commerciales ! On se bat pour la qualité », confie Jacques-Etienne Ully, en saluant Jean-Marie Ozanne, géniteur de ce réseau, qui lui a mis le pied à l’étrier. Le plus compliqué ? « Trouver un endroit viable et un loyer sans trop de charges », poursuit-il. A cette époque, la mairie encourage mais n’aide pas. L’Adelc (Association pour le développement de la librairie de création) valide et soutient le projet à hauteur de 30 000 €. La région en a apporté autant pour agrandir le magasin il y a deux ans, et le Centre national du livre a offert 5 000 € pour des animations en décembre.
Folies d’encre fournit aujourd’hui six établissements scolaires et bibliothèques du secteur qui ont fait le choix de la librairie indépendante. Ici, pas de carte de fidélité. Impossible de perdre 5 % du chiffre d’affaires. « C’est un boulot ingrat, beaucoup de libraires bossent pour pas grand-chose, 1 100 ou 1 500 € par mois », assure-t-il. "

Retrouvez l'article sur le site du Parisien.
Découvrez le site de présentation de la Librairie Folies d'Encre d'Aulnay-sous-Bois.

 

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

L'été du canal de l'Ourcq

Publié le par Stéphane Legrand

Du 6 juin au 30 août, le Comité Départemental du Tourisme et le Conseil Général organisent "L'été du Canal, Ourcq en fêtes". Tous les samedis et dimanches de cet été, sont organisés des animations culturelles et sportives autour de cet axe aquatique (et parfois vert) de notre département. A noter que cette année, ce programme s'articule avec l'animation Paris-Plage Villette, créant un lien fort convivial entre les festivités estivales organisées autour du bassin de la Villette et le canal de Pantin à Aulnay-sous-Bois.

Outre les animations régulières, on notera la mise en place de navettes fluviales entre notre ville et le bassin de la Villette qui fête son bicentenaire (cliquez ici pour consulter les horaires) mais aussi l'organisation de bals flottants dit "bals barges".
Ainsi, ces bals flottants feront escale à Aulnay-sous-Bois (quai à l'angle Rue Jean-Jaures / Quai de Copenhague) :
- dimanche 28 juin de 15h30 à 19h30 avec Jäse Musette & Impasse des vertus

- dimanche 5 juillet de 15h30 à 19h30 avec Les Balochiens & Impasse des vertus

- dimanche 12 juillet de 15h30 à 19h30 avec Mimile et les Ramulots

Des animations qui feront revivre les belles années du canal quand au début du XXème siècle les parisiens venaient en goguette à la campagne à Aulnay-sous-Bois...

Plus d'informations sur le site du Comité Départemental du Tourisme 93.

Partager cet article

Repost 0

Qui veut la peau des micro-crèches ?

Publié le par Bernard Joseph

C'est une nouvelle assez stupéfiante même pour les rédacteurs d'Aulnay Autrement. Il semble la perspective de voir de jeunes parents aulnaysiens disposer d'un peu plus de places en crèche ne soit pas partagée par tous.

L'UDAS (Union de Défense d'Aulnay Sud) vient de saisir la préfecture de Seine-St-Denis pour contester la mise en place de deux micro-crèches dans la Parc Émile Zola. Les deux principaux griefs retenus sont l'installation des micro-crèches dans le Parc Faure et les éventuels problèmes de circulation dans la rue Gastaud.

L'UDAS qui se veut apolitique est pourtant dirigée par Josette Verschueren, ancienne adjointe et colistière de Gérard Gaudron. Une association "apolitique de droite" qui s'est illustrée par le passé en oeuvrant contre l'installation de logements collectifs et d'un foyer dans le sud de la ville.

Après les manoeuvres de Gérard Gaudron pour retarder la démolition et la réhabilitation du site du garage Renault au carrefour de l'Europe, la droite aulnaysien tente encore une fois de nuire à une projet plébiscité par une grande majorité des aulnaysiens.

Nous rappelons que la commune d’Aulnay-sous-Bois s’est engagée, quant à elle, pour la création d’au moins 72 places nouvelles, en multi-accueil exclusivement, principalement dans les quartiers sud de la ville, afin de rééquilibrer l’offre sur le territoire :
- Création de 40 places d’accueil collectif en poly-structures
- Reconstruction et transformation du multi-accueil collectif "Onze novembre" pour la création de 20 places supplémentaires
- Reconstruction et extension des crèches "Grande Nef" et "Petites Frimousses" avec une création de 10 places supplémentaires
- Extension et restructuration du multi-accueil "la bourdonnais" pour la création de 10 places supplémentaires.

L'extension du nombre de places en crèches nous semble primodial tant pour le confort des enfants et de leurs parents que pour conforter l'attractivité de notre territoire tant pour les actuels habitants que pour les jeunes couples désirant s'installer sur la commune.

Publié dans politique locale

Partager cet article

Repost 0

Fin de grève pour les salariés de Lear à Lagny

Publié le par Stéphane Legrand

La fin de grève est bien amère pour les salariés d'usine de Lagny-le-sec appartenant au sous-traitant de PSA, Lear Corporation. Dans ces colonnes, nous avions couvert cette grève qui bloquait la sortie des véhicules produits par le site aulnaysien du groupe PSA, provoquant l'engorgement des aires de stockage du constructeur automobile.

Sur les 316 employés du site, seuls une centaine garderont leur emploi sur le site de Cergy. L'usine de Lagny-le-Sec sera définitivement fermée avec 206 licenciements économiques. Un coup dur pour un bassin d'emploi déjà lourdement effecté par la crise automobile. Suite à des négociations avec la direction, les 15 salariés menacé de licenciements pour faute grave suite au blocage du site bénéficieront des mesures d'accompagnement prévu dans le plan de sauvegarde de l'emploi. Pour nos lecteurs les moins avertis, nous tenions qu'un Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE) n'est qu'un euphémisme pour qualifier un plan de licenciement collectif fruit de l'imagination de François Fillon alors ministre de l'emploi.

Aulnay Autrement tenait à rendre hommage à ces salariés grévistes qui ont tenu pendant 11 semaines sans salaire pour conserver leur emploi, pour pouvoir simplement vivre dignement de leur travail.
Et ce malgré, la duplicité programmée de Lear et de PSA, les autorités qui ont envoyé les CRS débloquer l'usine de Lagny, et le harcèlement judiciaire du groupe américain.

Retrouver la chronologie du comflit sur le site de Libération. Vous pouvez aussi consulter le blog des grévistes.

Publié dans social

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>