Sécurité : intox et réalités

Publié le par Bernard Joseph

La sécurité est redevenue un sujet de discussion et d'attaque contre l'équipe municipale de gauche. Faute d'idées concrètes et projets pour la ville, la droite  nous ressort les vieilles recettes qui en 2002 ou en 2007 ont fait le succès de la droite conservatrice qui dirige ce pays.

La désinformation orchestrée par les partis de droite
Tous les partis du Modem à l'UMP en passant par le Parti Radical Valoisien ne cessent d'amplier quelques faits de délinquance pour démontrer, et ce totalement en contradiction avec les statistiques fournies par la Direction Départmentale de la Sécurité Publique de la Seine St Denis, que l'insécurité aurait fortement augmenté sous le mandat de Gérard Ségura.
Au hit parade de la désinformation, le site du Modem qui déclare que L'insécurité s'installe dans notre ville en citant d'ailleurs pas moins de 8 faits commis entre le 22 octobre 2008 et le 3 mars 2009 ! Certes, c'est toujours 8 faits de trop, mais alors là, Aulnay-sous-Bois serait vraiment devenue une ville pacifiée et sûre !
Le blog humoristique de l'UMP, Réussir l'avenir ensemble surrenchérit avec son article Violences et agressions se multiplient:monsieur Segura reste aveugle ! tout en étayant ses propos par des chiffres qui ne concernent ni les agressions, ni les violences !
Quant au blog du Parti Radical (UMP), on a quasiment le sentiment que chaque nouveau fait divers relayé par la presse est presque une victoire politique et il a toujours des solutions magiques pour résoudre les problèmes de sécurité.
 
Avec Gaudron, c'est moins de moyens et plus de com'
La réalité est tout autre car notre département est fortement déficitaire en effectifs avec un déficit de 400 fonctionnaires de police.
Monsieur Gaudron devrait nous expliquer le pourquoi de cet état de fait. pourtant, il semble que les Aulnaysiens comme l'ensemble des séquano-dyonisiens paient leurs impôts, ne sont exonérés ni sur la TVA, ni sur la TIPP...
Le gouvernement devrait-il les considérer comme  des français de seconde zone qui ne pourraient prétendre à ce droit essentiel, qu'est l'intégrité de ses biens et de sa personne ?
Il devra nous expliquer pourquoi entre 2006 et 2008, juste après les émeutes qui ont ravagé notre ville (voir ci-contre), les effectifs de Police ont été réduits de 18 personnes.
Monsieur Gaudron et ses amis devraient aussi nous expliquer ce qu'est devenue l'UTEQ promise pour Aulnay (voir l'UTEQ arrive à Aulnay ). A l'époque, c'est en grande pompe et avec force déclaration dans les médias, que la ministre de l'intérieur, Michèle Alliot-Marie et monsieur Gaudron annonçait pour 2009 l'arrivée d'une unités territoriales de quartier. On avait promis aux aulnaysiens 24 hommes pour cette UTEQ.
Depuis, nous n'avons plus de nouvelles sinon un report de mois en mois de ce déploiement : d'abord au premier semestre 2009, puis au second semestre 2009. Peut-être même ailleurs !

Pendant ce temps, le Maire travaille et fait des propositions

Contrairement à ce qu'écrivent ça et là les donneurs de leçon qui pensent tout savoir de la sécurité (mais qui n'en ont jamais donné la preuve), le maire et l'élu en charge de la sécurité travaillent. Certes, ils ne font pas dans le spectaculaire comme le faisait un ancien maire-adjoint "expert en tout". Ils n'ont pas la prétention d'être les '"inspecteurs Harry" d'Aulnay.

Ils ne sont pas non plus ministre de l'intérieur, avec la possibilité d'offrir des effectifs de Police suffisants à la ville. Mais, ils contribuent au confort matériel de la Police Nationale tout en faisant confiance au professionnalisme de la Police Municipale. Ils n'interfèrent pas dans le travail des agents de la Police Municipale et restent à l'écoute et au des habitants, dans la rue et dans les multiples réunions de quartier.
On notera au passage que le proposition faite par monsieur Ségura à la ministre de l'intérieur d'offrir un terrain de 3.000m2 sur la RN2 pour héberger un nouveau commissariat est restée lettre morte.
Cela fera sans doute une jolie promesse électorale de la part de monsieur gaudron pour les prochaines élections.

Publié dans sécurité publique

Partager cet article

Repost 0

Échos de la blogosphère : erreur, manipulations et récupération

Publié le par Bernard Joseph et Stéphane Legrand

C'est avec calme et dignité qu'une grande partie des auteurs de la blogosphère aulnaysienne ont contemplé les attaques inacceptables dont a été victime le Parti Socialiste d'Aulnay-sous-Bois.

Tout est parti de messages scandaleux et condamnables qui sont apparus sur le flux RSS Wikio du site local du Parti Socialiste. Un flux dont a été involontairement victime ce site. Depuis, le Parti socialiste d'Aulnay-sous-Bois a formulé des excuses tout en dénonçant une tentative de manipulation politique.

Car ce qui aurait dû rester du domaine de l'erreur s'est transformé par la plume d'un militant UMP proche d'un éminent élu local en appel à l'islamophobie ! Une manipulation inacceptable qui aurait d'ailleurs été rediffusée par SMS dans la ville.

Ce matin, dans le cadre du blog Monaulnay.com, Hervé Suaudeau est revenu sur les faits de manière précise et circonstanciée. Même si nous avons parfois des divergences avec Hervé, nous sommes toujours friands de sa prose et là, nous reconnaissons que ce "Blogosphère : quand l'idéologie prend le dessus de la raison" est un article courageux et de bonne facture. Et qui résume bien ce que pensent la majorité des auteurs de blogs de la ville et qui devrait contribuer à appaiser les choses.

Nous sommes sans illusion pour ledit plumitif, militant affiché de l'UMP qui d'outrance en outrance laisse filtrer sur son blog des idées et des positions que nous ne pouvons que combattre.
Nous sommes bien plus attristé que monsieur Chaussat sorte du bois pour récupérer et porter une tentative de manipulation condamnable. En effet, celui que nous pensions être un politicien modérée et réfléchi, Jacques Chaussat, tente une récupération politique par l'intermédaire de son blog, tout en publiant un communiqué de presse fustigeant le Parti Socialiste. Une attitude qui peut sans doute être expliquée par la surrenchère politique à laquelle se livrent les différentes factions de la droite aulnaysienne. Une surrenchère exacerbée par l'imminence des résultats du recours électoral auprès du Conseil d'État mais pas très responsable quand on aspire à vouloir exercer un mandat politique dans une ville telle que la notre.

[Ajout de dernière minute :
Au moment de publier cet article, nous constatons que de graves pressions et accusations sont exercées sur Hervé Suaudeau suite à la publication de son article.
Même si nous ne partageons pas toutes ses idées et n'approuvons pas tous ses écrits, nous lui renouvelons notre confiance pour sa gestion éditoriale de Monaulnay.com. Nous le soutiendrons, comme sans doute une bonne partie des auteurs de blogs aulnaysiens, contre ces attaques infondées, et ce au nom du respect de la pluralité et de la libre expression.]


Modification de soirée (21h32) : nous nous sommes sans doute emballés sur des propos que nous n'avions pas perçu comme amicaux. Notre propos n'était pas de rajouter de la polémique à cette affaire mais d'assurer les rédacteurs de Monaulnay.com de notre soutien.

Publié dans politique locale

Partager cet article

Repost 0

Voleurs de symboles : quand la droite pille les valeurs de gauche

Publié le par Bernard Joseph

Nous avions déjà eu la récupération mémorielle du martyr résistant et communiste, Guy Môquet par Nicolas Sarkozy.

Cette fois-ci, c'est au tour du Front National en la personne de Louis Aliot, secrétaire général du Front National, de récupérer l'image de Jean Jaurès dans le cadre de la campagne pour les élections européennes.

Cette récupération est doublement odieuse car si on étudie l'ensemble des écrits de Jaurès, on constate qu'il a toujours lutter contre des idées aujourd'hui prônés par le parti de la droite nationale.

Il faut aussi revenir sur l'histoire et rappeler que ce socialiste et pacifiste a été assassiné le 31 juillet 1914 au Café du Croissant (plaque commémorative au 146 rue Montmartre, Paris 2e) par Raoul Villain, un étudiant nationaliste, proche de l'Action Française.

Le député-maire de Toulouse Pierre Cohen a dénoncé, mercredi dans un communiqué, une "nouvelle provocation" du Front National, soulignant que l'engagement pacifiste de Jean Jaurès "lui a valu les insultes et la haine des nationalistes, la famille politique de Louis Aliot".

Au Front National dont nombre d'idées ont été pillées par Nicolas Sarkozy, il ne reste plus que la provocation des plus bas instincts, des "détails de l'histoire" à ce détournement de l'image et de la mémoire de Jaurès.

Publié dans politique nationale

Partager cet article

Repost 0

1 million de chômeurs en plus en 2009

Publié le par Stéphane Legrand

S'il y a bien un chiffre à opposer à l'autosatisfaction en matière économique de messieurs Sarkozy et Fillon, voire à celle de notre député UMP local, Gérard Gaudron, c'est bien le nombre officiel des demandeurs d'emploi.

Fin 2008, un nouveau chômeur par minute
Déjà fin 2008, alors que notre ministre de l'économie, Christine Lagarde, ne cessait de vanter l'efficacité des plans de relance Sarkozy, dans un pays soit-disant moins exposé à la crise que ses voisins, on comptait un nouveau chômeur par minute. Cette hausse a été alors fortement modérée par le remplacement desbaby-boomers qui partent en retraite et par l'ajustement du temps de travail permis par la loi Aubry sur le temps de travail (dite des 35 heures). l'ajustement s'est aussi fait par le non-renouvellement des contrats de travail temporaires (intérim et CDD).

Début 2009, plus de 2 nouveaux chômeurs par minute
Les chiffres de février 2009 (qui sont sans doute minorés) viennent de tomber. Avec 80.000 nouveaux demandeurs, la dynamique du chômage vient de doubler. C'est désormais plus d'un nouveau chômeur par minute qu'il convient de comptabiliser. L'arrivée sur le marché du travail de 250.000 jeunes entre mai et septembre 2009 devrait encore obscurcir le tableau.
La crise a aussi souvent bon dos. Comme c'est le cas pour nombre d'entreprises bénéficaires (Continental, Total,..), selon les analystes, dans six cas sur dix, les licenciements sont souvent des suppressions d'emploi d'opportunité, absolument par liés à la crise.

Un type de relance complètement inadapté à la crise
En privilégiant l'investissement et l'aide directe aux entreprises, le gouvernement agit en dépit du bon sens. Dans cette situation d'urgence, l'investissement ne donnera une impulsion économique qu'à moyen et long terme. Dans le même temps, des crédits sont débloqués pour aider la trésorerie des entreprises en attendant les effets de cette impulsion. Alors que des aides directes de soutien au pouvoir d'achat et que des hausses salariales auraient eu des effets immédiats et directs sur la consommation, et par ricochet sur l'emploi.

Les travailleurs et les plus pauvres sacrifiés au nom du dogmatique bouclier fiscal
Quand Patrick Devedjian, ministre de la Rélance déclare "La mobilisation est en train de se faire dans tout le pays contre le chômage avec la création d'emplois un peu partout", il est bien diffcile de partager son optimisme béat.
Le seule mobilisation est celle de Nicolas Sarkozy et des députés conservateurs à vouloir à tout prix sauver le bouclier fiscal (voir Lendemain de grève : la droite reste sourde à la détresse des Français ).
Alors que depuis des années, l'effort fiscal s'est principalement porté sur le monde du travail, les divers gouvernements de droite qui se sont succèdés à Matignon depuis 2002 ont aidé fiscalement (au prix d'un endettement et d'un déficit budgétaire colossal) les classes les plus riches. Ces milliards soustraits au monde du travail et à l'impôt ont fini par augmenter le patrimoine des plus riches, patrimoine qui s'est finalement volatilisé dans la spéculation immobilière et dans la chute des bourses de valeur. La relance par les plus riches chère à Nicolas Sarkozy n'est plus qu'un coûteux souvenir pour notre pays.
En revanche les investissements en infrastructures mais aussi en recherche et dans l'éducation, qui ont été sacrifiés, nous font désormais défaut pour affronter la crise et en sortir. Aujourd'hui, l'argent dilapidé par la droite conservatrice au pouvoir manque pour financer une relance d'envergure aux effets immédiats.

Publié dans social

Partager cet article

Repost 0

Prix du Gaz : monsieur Gaudron se moque des aulnaysiens !

Publié le par Bernard Joseph

Indéfectible soutien de Nicolas Sarkozy et de sa politique de casse sociale, notre célèbre député Gérard Gaudron va jusqu'à reprendre et relayer les décisions les plus discutables.

Dans un article publié le 19 décembre 2008 (cela fait donc 3 mois) sur Aulnay Autrement, Le prix politique du gaz , nous avions dénoncé le prix scandaleusement élevé du prix du gaz, alors que nombre de ménages avaient déjà des difficultés à boucler leurs fins de mois.

Sur son blog, notre sémillant député annonce fièrement la "Baisse du prix du gaz naturel pour les particuliers à compter du 1er avril 2009" sous ces termes :

 

"Le Gouvernement a annoncé la baisse des tarifs du gaz pour les particuliers, d’environ 10 %, au 1er avril 2009. Cette baisse correspond à une baisse du prix du pétrole (le prix du gaz naturel est indexé sur les cours des produits pétroliers) et des matières premières. Le cours du baril de pétrole a, en effet, chuté de 70 % s’établissant à près de 47 dollars le baril contre près de 150 dollars en juillet dernier.

 

Il convient de noter que la fixation des tarifs est déterminée par l’Etat, après avis de la Commission de régulation de l’énergie (autorité indépendante), selon une formule qui prend en compte les prix du pétrole, le cours du dollar, les coûts d’acheminement, de stockage et de commercialisation."

Non, vous ne rêvez, il se s'agit pas d'humour au second degré. Cela ne gêne pas notre député de nous annoncer une baisse d'environ 10 % (le chiffre final sera d'environ 11,4 %) alors que le pic pétrolier a été atteint en juillet 2008 et que depuis la baisse a atteint 70 % ! Comme le rappelait le journaliste Paul Loubière, le 8 janvier dernier dans les colonnes du magazine Challenges, EDF et GDF-Suez jouent avec leurs tarifs...et le consommateur.

Quand en 2006, 2007 et 2008, les prix pétroliers étaient en forte hausse, rien n'était trop beau pour satisfaire les marchands de gaz et de pétrole. Les divers gouvernements de droite autorisaient les augmentations de tarifs en se justifiant par la hausse des cours internationaux.

Aujourd'hui, monsieur Gaudron nous explique qu'on doit se satisfaire d'une baisse d'environ 10 %, ce qui bien entendu permettra aux ménages aulnaysiens de se chauffer à moindre coût pendant les mois d'été !

Nous réclamons auprès du député Gérard Gaudron une baisse immédiate avec un retour aux tarifs d'avant choc pétrolier, et ce de manière rétroactive sur les consommations constatées en 2008 et 2009.
Cela fait des mois que des bénéfices exhorbitants sont réalisés sur le dos des français pour le plus grand profit de GDF-Suez et de ses actionnaires (dont de nombreux amis de Nicolas Sarkozy).

Dans ce temps de crise économique et sociale, les efforts doivent être partagés par tous, y compris les plus riches.

Publié dans politique locale

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 > >>