Les élus de la majorité et donc la ville en mode pause

Publié le par Laurent Comparot

Les élus de la majorité et donc la ville en mode pause

Seulement 19 délibérations pour le conseil municipal de ce mercredi autant dire qu'il sera expédié en 90 minutes chrono, appel des présents, pauses et questions diverses compris. Il n'y aura même pas sauf délibération de dernière minute présentée sur table de nouvelles demandes de protection fonctionnelle de nos chers élus.

L'ennui gagne au conseil municipal. Ne serait-ce la poignée d'élus de l'opposition pour animer, débattre et s'indigner, le conseil municipal est devenu une machine à voter les délibérations présentées par le maire et sa première adjointe sans que les conseillers de la majorité expriment la moindre velléité de débat. Ce mercredi, avec seulement 19 délibérations, l'assemblée municipale tombe à une niveau de travail rarement observé dans ces murs et surtout fort inquiétant pour une ville qui est la troisième du département par son importance en termes démographique et économique. Forte de son poids écrasant, l'équipe municipale tourne désormais au ralenti nonobstant des problèmes qui s'accumulent dans la ville et des défis à relever auxquels notre cité ne sera demain pas préparée.

On rappellera fort utilement que l'actuelle majorité compte 43 élus percevant indemnités et disposant tous de délégations. 19 délibérations (dont un changement d'adresse !) cela un nombre record de 0,44 délibérations par élus. Un mois de travail !

Dans le même temps, la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, imposait la création de conseils de quartiers. En contrepartie de cette disposition, le nombre d'adjoints au maire était déplafonné au-delà des 30 %. Pour Aulnay-sous-Bois, ce sont cinq postes supplémentaires d'adjoints au maire. Or, on constate que même ce travail de proximité est maintenant expédié comme en témoignent encore cette semaine les débats sur la circulation réduits dans seulement trois réunions, alors qu'il y actuellement huit quartiers,.. et qu'il y en avait douze sous le mandat de Gérard Segura.

Cette sous-activité est hélas encore trop ignorée par les Aulnaysiens. Force est de constater que la débauche de communication du maire et de la ville est inversement proportionnelle à l'activité des élus car les annonces sont rarement pas suivies de réalisation. A force de dire qu'on va voir ce qu'on va voir et de ne rien voir venir, cela va finir par se voir...

Commenter cet article