Les prédicateurs radicaux habitués du Gymnase Ormeteau

Publié le par Laurent Comparot

Les prédicateurs radicaux habitués du Gymnase Ormeteau

L'hebdomadaire Marianne a de nouveau épinglé Bruno Beschizza dans un article intitulé Bis repetita : à Aulnay-sous-Bois, un prédicateur radical au gymnase municipal suite à la présence programmée du " prédicateur radical " Nader Abou Anas dimanche 10 juillet 2016 lors d'une fête religieuse organisée dans un des gymnases municipaux.

Interrogé par les journalistes de Marianne, Bruno Beschizza semble de nouveau surpris par la présence de ce prédicateur qui avait déjà prêché le 31 décembre 2015 dans le gymnase municipal de la Rose-des-Vents à l'invitation de l'Espérance Musulmane de le Jeunesse Française présidée par Hassen Farsadou.

Pourtant, ce n'est pas le première fois que des prédicateurs radicaux sont invités par l'association « Espoir au Coeur de Mitry » dans le gymnase municipal Ormeteau. Déjà, le 19 juillet 2015, deux prédicateurs Ammi Hassan Bouchamda dit 'Ami Hassan (dont Nader Abou Anas revendique l'enseignement) et Éric Younous avait été convié par ladite association à prêcher dans ce gymnase pour la fête de l'Aïd.

Malgré le précédent article de Marianne, Bruno Beschizza semble encore une fois découvrir la nature intrasèque de ces associations pourtant politiquement proches. On rappelera que pas plus tard le 25 mai dernier le conseil municipal d'Aulnay-sous-Bois a voté des subventions au profit des associations Espérance Musulmane de le Jeunesse Française (délibération n°21) et Espoir au Coeur de Mitry (délibération n°20).

On ne saurait rendre monsieur Beschizza responsable des activités internes de ces associations mais on l'invite pourtant à faire preuve de moins de naïveté et plus de circonspection sur le sujet.

La République permet à tous la pratique religieuse et cela dans le cadre de respect des lois et principes républicains. A ce titre, ces associations telles que Espérance Musulmane de le Jeunesse Française ou Espoir au Coeur de Mitry sont libres comme c'est le cas d'inviter qui elles veulent.

En revanche, on peut se poser la question de savoir si c'est bien le rôle de nos institutions républicaines de fournir des locaux que soit à titre gracieux ou payant et de subventionner de telles associations.

Photos : de gauche à droite Ammi Hassan Bouchamda, Éric Younous et Nader Abou Anas.

Commenter cet article