Pécresse veut augmenter le pass Navigo de 14 à 21 %

Publié le par Laurent Comparot

Pécresse veut augmenter le pass Navigo de 14 à 21 %

On ne sait pas à quel saint se vouer avec Pécresse. En 2014, elle était montée au créneau contre le Pass Navigo Unique que Jean-Huchon, président socialiste du Conseil Régional d'Île-de-France a mis en place en 2015. Elle s'opposait à cette mesure jugée tantôt démogogique, tantôt comme un cadeau électoraliste et ce alors que la mobilité des franciliens et la suppression des disparités géographiques qui subsistent en Ile-de-France font partie des enjeux prioritaires de notre Région. Avant bien sûr de faire volte-face devant le succès de cette mesure et de se prononcer pour le maintien du Pass Navigo unique sans augmentation.

Pécresse veut augmenter le pass Navigo de 14 à 21 %

Quand la Droite promettait la Carte Orange unique à 45 

Pourtant en 2004, la même Pécresse avait mené la campagne de la droite aux élections régionales derrière Jean-François Copé qui avait alors promis la Carte Orange (l'ancêtre du Pass Navigo) unique à 45 € (voir ci-dessus).

Désormais, elle veut le passer de 70 € à 80 ou 85 € soit une augmentation de 14 à 21%.  120 et 180 de plus chaque année pour les usagers franciliens !

Beschizza doit s'expliquer sur cette hausse sans précédent

Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois, mais aussi conseiller régional de la majorité de droite élu sur la liste de Valérie Pécresse doit s'expliquer devant ses concitoyens sur cette augmentation inédite par son ampleur. Il est consternant de voir que sitôt élue, Valérie Pécresse et sa majorité au Conseil Régional font les poches des usagers d'ïle-de-France. Si monsieur Beschizza a peut-être la mémoire courte, nous aurons lui rappeler ses promesses électorales.

La promesse de 700 rames neuves ou rénovées d'ici 2021

En terme de transports publics, l'autre promesse martelée par les candidats de droite était l'acquisition ou les rénovation de 700 rames d'ici 2021. A cette heure, on ne sait rien de cette promesse jugée à l'époque irréaliste y compris par les professionnels des secteurs du transport et de la construction ferroviaire. Force est de constater à notre niveau local que la rénovation totale du parc de rame du RER B n'est pas finie et même semble à l'arrêt et que la livraison des rames Transilien de la ligne K (Paris-Gare du Nord à Crépy-en-Valois) se fait attendre

Commenter cet article