Transports : Beschizza inaudible sur le pass unique

Publié le par Laurent Comparot

Transports : Beschizza inaudible sur le pass unique

Qui peut encore comprendre la position de Bruno Beschizza sur le Pass Unique mis en place par le STIF et Jean-Paul Huchon à partir du 1er semptembre 2015 ?

Longtemps décrié par la droite y compris par Valérie Pécresse, leader de l'opposition de la droite conservatrice au Conseil Régional d'Île-de-France et tête de liste pour les élections régionales de décembre 2015, on saura se rappeler que Valérie Pécresse et le conseiller régional Bruno Beschizza (à ne pas confondre avec Bruno Beschizza le maire d'Aulnay-sous-Bois, ni Bruno Beschizza le conseiller général de Seine-Saint-Denis, ni Bruno Beschizza le maire d'Aulnaysous-Bois, ni Bruno Beschizza le président du SEAPFA, ni Bruno Beschizza le co-secrétaire national aux relations à la sécurité de l'UMP, nBruno Beschizza le candidat aux élections régionales de décembre 2015) avaient dans leur temps voté ce projet de Pass Unique.

Désormais, devant le succès d'estime de cette décision, ces fameux élus LR-ex-UMP ont fait leur de cette décision même s'ils n'ont pas hésité en leur temps à voter contre mais avec la droite on en est pas à une contradiction près. La preuve, ils ont choisi Valérie Pécresse pour tête de liste !

Comme en témoigne les dernier Tweets de Bruno Beschizza dont on ne prendra pas le temps de rappeler les multiples fonctions et charges, les gazouillements de monsieur Beszchizza sont bien étranges mais très révélateurs. Nous sommes en présence d'un politicien qui est capable de dire tout et son contraire et même de dire tout et le contraire en même temps comme en témoigne ses écrits illustrés ci-dessus.

On apprend que le conseiller régional Bruno Beschizza avait en son temps avec Jean-François Copé (rappelez-vous l'ancien président de l'UMP, l'Affaire Bygmalion, le financement de la campagne présidentielles de Nicolas Sarkozy, l'Affaire de l'intermédiaire Takieddine,...) proposé à l'assemblée régionale un telle mesure. Une mesure pour laquel il a voté contre plus tard. Une mesure qu'il approuve aujourd'hui tout en critiquant les coûts induits par une telle mesure.

Dans les faits, il est vrai qu'on mesure pas encore les coûts d'une telle mesure même si elle est en partie compensée par l'augmentation de la part employeurs. D'autre part, il s'agit d'un pari sur l'avenir, un pari sur l'augmentation du nombre d'abonnés sachant qu'une augmentation de 1% des abonnés augmente les recettes de 60 à 90 millions d'euros.

A la remorque sur un grand nombre de sujets, Bruno Beschizza est donc encore une fois de plus inaudible et non crédible. Lui qui vise le leadership de la droite en Seine-Saint-Denis et aspire à co-diriger la région ferait mieux de s'occuper de sa ville dont sa gestion actuelle est catastrophique.

Tant que souffle le vent, Bruno Beschizza gesticule mais cela risque de finir pas lasser ses électeurs au demeurant bien crédules.

Commenter cet article