Oxygène n°214 - juillet-août 2015 décrypté

Publié le par Aulnay Autrement

Oxygène n°214 - juillet-août 2015 décrypté

Nous poursuivons cette rubrique du décryptage d'Oxygène, le mensuel municipal. Ce mois-ci, la maquette est déclinée en bleu clair.

Page 3 : pluralisme oblige, voici la traditionnelle page réservée au maire qui s'offre une petite séance d'autopromotion et d'autosatisfaction illustrant le fameux adage : " on est jamais mieux servi que par soi-même ". Ce mois-ci, notre omni-maire fait fort en langue de bois et demi-vérités, omissions et contre-vérités. Autosatisfaction donc avec les multiples et traditionnelles festivités de juin dans lesquelles monsieur Beschizza s'est longuement pavané.

Il revient aussi sur les efforts à consentir pour la rentrée ou plus précisément les efforts que devront faire les autres, c'est à dire les habitants de la ville à commencer par les familles, les enfants ou les personnes âgées. Car on l'aura compris, le beau, le bien et le bon, c'est bon pour les autres mais pas pour les aulnaysiens. Au programme : tour de vis pour les usagers avec moins de prestations à des tarifs plus élevés !

Quant à l'assertion du maire selon laquelle les services jusqu'à présent offerts aux aulnaysiens auraient été financés à crédit c'est à dire par l'endettement, c'est une contre-vérité car les collectivités locales sont obligées d'équilibrer leurs budgets de fonctionnement. Et Aulnay-sous-Bois n'a jamais fait exception, la ville n'ayant jamais été mise sous tutuelle pour cause budgétaire.

Quant au dispositif Aulnay fête l'été dont se vante monsieur Beschizza, on a bien compris qu'il avait été fortement réduit cette année.

Nous prenons note du choix du nouveau prestataire pour les activités extrascolaires mais nous nous interrogeons des liens passés entre cet organisme et un des élus de l'actuelle majorité.

Page 4 : pleine page pour une association qu'on dit proche de la nouvelle municipalité : félicitations.

Page 5 : Séverine Maroun et Bruno Beschizza inaugure une boucherie, ce qui est une bonne nouvelle alors que le commerce de proximité après des années de stabilisation périclite. Cependant, on s'interroge sur l'éclairage offert par cette ouverture, alors toutes les ouvertures de commerce ne bénéficient pas de la même publicité.

Toujours page 5, une évocation du congrès de l'assocaition CIVICA soit disant apolitique mais qui en fait rassemble des élus d'origine portugaise de droite. On ignore qui a payé cette réception somptueuse dont Valérie Pécresse, candidate LR (ex-UMP) aux élections régionales était l'invitée d'honneur. On souhaite que monsieur Beschizza dans le cadre de la gestion de la ville ne s'inspirera pas trop des politiciens de la droite portugaise qui ont précipité pour de longues années ce charmant pays dans une crise économique et sociale sans précédent.

Page 7 : une distinction bien méritée pour le directeur du CREA, cependant, on nourrit de grandes inquiétudes quant à la pérennité des politiques culturelles sur notre ville alors que les budgets ont été sévèrement amputés. Et ce ne serait qu'un début.

Pages 10 à 11 : Un hommage aux lycéens aulnaysiens qui ont participé aux cérémonies lors de l'entrée au Panthéon de Jean Zay. Élu radical-socialiste, Jean Zay était devenu ministre de l'enseignement et des Beaux-Arts dans le gouvernement de Front Populaire et avait réformé et modernisé l'organisation de l'éducation en France. Emprisonné par le gouvernement de Vichy, il a été lâchement abattu par des miliciens le 20 juin 1944. Son corps retrouvé en 1946 ne sera identifié qu'en 1947.

Pages 13 à 17 : Le dossier du mois consacré aux activités mises en place pour l'été par les services de la ville. Contrairement au ton généralement optimiste et enthousiaste de ce dossier, le dispositif est cette année largement réduit avec la fermeture définitive du stade nautique par le maire qui, après le bassin intérieur,  prive les aulnaysiens de l'accès des bassins extérieurs. En page 17, la première adjointe tente sans conviction de justifier cette fermeture que nous contestons et sur laquelle nous reviendrons en détail.

Encore une fois, la ville a pourtant largement bénéficié des festivités de début d'été sur le canal de l'Ourq mises en place par le conseil départemental. Mais les dispositifs mis en place n'était pas à la hauteur des besoins et espérances des aulnaysiens, petits et grands.

Page 20 : le courrier des lecteurs, la très fameuse rubrique "Bruno Beschizza s'occupe de tout" avec une lettre de remerciement du délégué adjoint militaire de la Seine-Saint-enis qui remercie le maire pour son soutien aux militaires chargés de la sécurité dans notre ville. Oui et alors ?

Page 22 : Retour sur la traditionnelle fête de la musique institutionnalisée en 1982 par Jack Lang et qui depuis a essaimé dans un certain nombre de pays. Une fête en demi-teinte malgré des participants de grande qualité. La rédaction d'Oxygène nous épargne la photographie du spectacle affligeant de cet élu de droite qui avait pris la tête de l'excellent orchestre de Batucada sur la boulevard de Strasbourg : merci !

Page 25 : un petit point sur les travaux engagés à la gare d'Aulnay financé par le STIF dirigé par la majorité régionale. Après la rénovation échelonnée des rames, la mise aux normes des quais et des accès pour les personnes à mobilité réduite, c'est au tour de la gare de bénéficier d'un indispensable lifting. Les escalators longuement demandés par la précédente majorité ont été installés et s'insèrent parfaitement dans le cadre rénové de la place du général de Gaulle (place de la gare). Hélas, les guichets ont été fermés et il n'est plus possible de réaliser certaines opérations ou d'obtenir un certain nombre de billets à prix réduit dans les seuls automates. Encore une fois, quelques mois après avoir laissé fermer l'agence Grandes Lignes, le maire n'a rien fait auprès de la SNCF pour maintenir un accueil digne d'une ville de 80.000 habitants.

Pages 26 à 27 : Centres de loisirs, restauration scolaire, accueil en école, mise en place des TAP (après 14 mois de retard !) : on ne sait pas si cela sera beau, bien et bon car le prétendent Bruno Beschizza et son organe de propagande Oxygène mais c'est ce qui est sûr c'est que cela sera plus cher, bien plus cher pour les parents. Encore une fois, les familles et surtout les enfants vont trinquer et surtout payer plus, beaucoup plus cher !

Au fait, où va l'argent ainsi économisé ? A quoi sert-il ?

Page 30 : les tribunes ou ce qu'il en reste. Réduite de 2700 à 1700 signes, voici la démocratie peau de chagrin chère à Bruno Beschizza : tout pour lui et rien pour les autres.

Pour le groupe REP (ex-UMP), c'est Alain Ramadier qui sous le titre " Un dialogue constructif et permanent avec chaque aulnaysien " fait la publicité de l'action de la majorité municipale et de son supposé sens de l'écoute. De bien vains propos car l'exécutif municipal présidé par Bruno Beschizza reste bien sourd aux attentes des aulnaysiens comme en témoignent la catastrophique et incohérente gestion de la réforme des rythmes scolaires ou encore la consultation à sens unique pour la révision du Plan Local d'Urbanisme. La droite alors toujours critique de la démocratie locale sous la précédente majorité a mis en place un système où le dialogue est désormais inexistant...

Pour l'UDI, c'est Sébastien Morin qui s'y colle avec des lignes toutes remplies de lettres qui font des mots. Un retour sur la politique nationale et une saillie sur le refus des élus de l'opposition de voter le voeu de la droite sur la candidature de la ville pour accueillir des infrastructures des éventuels Jeux Olympiques de Paris 2024. On rappellera que l'opposition a réfusé de se livrer à une concurrence territoriale avec d'autres villes et de geler des centaines d'hectares essentiels à la revitalisation économique de la ville. Comme il dit "on ne subit pas l'avenir, on le crée". Dans l'immédiat, l'UDI aulnaysienne donne plus l'impression de subir le Beschizza que l'inverse.

La tribune des élus socialistes et républicains signée par monsieur Guy Challier revient sur la politique de construction de Bruno Beschizza, un bétonnage massif qui a pour objectif de changer à terme la population aulnaysienne sans répondre aux besoins actuels des habitants. Il rappelle par ailleurs les objectifs annuels de construction soit 450 à 800 logements par an ! Soit pour le mandat de Bruno Beschizza un volume de 2.700 à 4.800 logements sur la durée de son mandat. Qui sont les bétonneurs ?

Page 42 : les activités de l'été pour les seniors : certes cela a le mérite d'exister mais on joue bien dans le registre du low cost...

Page 45 : séance nostalgie pour de nombreux aulnaysiens avec les fameuses colonies de vacances de la ville qui ont su alors enchanter les étés de nombreux enfants. C'est souvent spartiate et sans gros moyens mais il reste des souvenirs inoubliables...

Page 46 : les indispensables petites annonces passent à la trappe sans savoir si c'est provisoire ou définitif. Finies les bonnes affaires sur le bébelles et autres cossins !

Publié dans Oxygène décrypté

Commenter cet article