Oxygène n°211 (avril 2015)

Publié le par Aulnay Autrement

Oxygène n°211 (avril 2015)

Nous poursuivons cette rubrique du décryptage d'Oxygène, le mensuel municipal. Ce mois-ci, la maquette est déclinée en bleu.

Ce numéro du mensuel de "tous les aulnaysiens" mérite une mention spéciale : les rédacteurs se sont surpassés. Encore quelques numéros du genre et Kim Jong-un va être jaloux.

La couverture comme vous le voyez est tout entièrement consacré à la gloire de notre immense maire et de sa non moins charismatique première adjointe. La principal titre est "Aulnay confirme", un titre très énigmatique et ambigue. Au fait, Aulnay confirme quoi ? La confirmation vient en page trois. (Voir aussi : Oxygène : les unes auxquelles vous avez échappé)

- Page 3 : pluralisme oblige, voici de nouveau la page réservée au maire qui revient sur son élection au poste de conseiller départemental avec 65 % des suffrages exprimés,. Exercice de style tout en pudeur et en retenu que cette page consacrée par Bruno Beschizza à sa propre autopromotion. Bruno Beschizza s'autofélicte donc de sa propre victoire, faisant allègrement sien de la célèbre réplique tirée de la pièce Bruis et Palabrat de Charles-Guillaume Étienne : « On n'est jamais servi si bien que par soi-même. » Le " maire de tous les aulnaysiens " en profite dans ce qui est en fait une tribune politique pour taper sur la gestion de la précédente équipe municipale. Là, je crois que monsieur Beschizza s'avance un peu car son mandat vient juste de commencer et depuis un an, les aulnaysiens peuvent bien voir que rien n'a été fait, vraiment RIEN. Il revient sur ses supposés succès : réussite scolaire, sécurité publique et propreté alors que la réforme des rythmes scolaires n'est toujours pas mise en place, que l'insécurité progresse comme en témoigne la création de milices privées et que nos rues sont de plus en plus sales suite à la réduction des moyens. Quant au pôle économique attractif évoqué plus loin, il faut reconnaître qu'il se fait attendre, le plan B choisi par Bruno Beschizza suite à la femeture de l'usine automobile s'apparente plutôt à un plan V, V comme du vent.

On voit pas trop comment les numéros 1 et 2 du conseil municipal qui sont en difficulté sur la gestion de notre ville pourraient faire des étincelles au niveau départemental où ils siègent dans l'opposition.

Page 5 : élections départementales toujours, on en remet une couche avec nos deux élus tout souriant et leurs remplaçants. Les résultats sont là même si est fort opportunément ignoré le taux d'abstention à cette élection. On est en effet bien loin de la très large adhésion de la population à Bruno Beschizza pourtant amplement affichée dans Oxygène quand on constate que seulement 21,46 % des inscrits ont voté pour lui et sa première adjointe. (voir les véritables chiffres de l'élection). Un peu plus qu'une simple omission...

​Mais, il est hors de question pour les rédacteurs d'Oxygène de contrarier la propagande du maire.

A noter aussi l'absence des noms des partis des candidats : ainsi on masque soigneusement la question du report des voix frontistes sur les candidats Beschizza-Maroun au second tour de l'élection.

- Pages 6 à 9 : La rubrique "Aulnay en images" propose une rétrospective des évènements du mois dernier, donc demars avec l'ansence remarquée de Bruno Beschizza et Séverine Maroun. On constate que deux spectacles privés ont été organisés au sein des structures culturelles publiques de la ville. Est-ce un début de privatisation de la culture sur notre ville ou une simple coincidence ?

- Page 10 et 11 : Retour sur la terrible explosion au gaz qui a soufflé un immeuble à l'angle de la rue Jules Princet et du boulevard de l'Hôtel-de-Ville. Cette explosion a miraculeusement  fait aucune victime mais énormément de dégâts. Dans le cadre de cet évènement, Bruno Beschizza a été assez prompt à imprimer et faire diffuser dans toute la ville sa lettre du maire et ce en pleine campagne. Cependant, le retour à la normale sera bien (trop) long pour les riverains et à commencer commerçants, artisants et entreprises du quartier qui ont dû attendre de longues semaines un retour à la normale.


- Page 12 : les résultats de la police municipale qui ne peuvent être que bons ! A défauts de chiffres comparatifs, il serait bon d'avoir une fois pour toute l'ensemble des données concernant ce service municipal qui engloutit des sommes faramineuses sans qu'on connaisse réellement ses missions, ni les résultats. On notera que le corps de police municipal s'est doté pour emblème l'ours, vous savez cet animal qui hiberne la moitié de l'année et est caractérisé par sa mauvaise humeur et sa gourmandise. Un  choix pertinent ?

Page 20 : le courrier des lecteurs, la très fameuse rubrique "Bruno Beschizza s'occupe de tout" ? Ben non, cette fois-ci c'est la première adjointe, Séverine Maroun qui s'y colle avec une histoire de problème de stationnement alterné non respecté. Malgré les assurances de la première adjointe, le problème reste d'actualité dans nombre de nos rues, sans doute pas fréquentée par notre si efficace police municipale tant vantée page 12.

 

Page 21 : La 20e édition de Cybertech qui permet au enfants de créer des robots grâce à l'extraordinaire implication de son fondateur et promoteur.

 

- Page 22 : La première édition aulnaysienne de la fête de l'Europe. A lire la présentation, on ne comprend pas le sens, ni le contenu de cette manifestation... à voir.

 

Pages 26-27 : Il faut attendre la page 26 pour enfin lire un article sur la révision du Plan Local d'Urbanisme. Comme nous vous l'écrivions déjà, ce projet qui va modeler notre ville pour la décennie à venir a pris un retard fou. Adopté en mai 2014, les réunions annoncées sont enfin au rendez-vous mais les documents de référence et les grandes orientations proposées ne sont toujours pas dévoilées. Seulement 8 réunions (une par quartier) sont prévues. Des réunions générales auraient aussi pû être organisées afin de mieux échanger sur un PLU dont les grandes directives dépassent bien sûr les frontières des quartiers. Le temps est compté pour Bruno Beschizza qui a pris un énorme retard sur le dossier, la perspective d'une concertation expresse se profile. Enfin, on peut s'interroger sur le choix et l'expertise du duo Actipolis Camofor. Actipolis a été immatriculée le 22 juillet 2014 soit seulement trois mois avant l'attribution des deux lots du marché (respectivement 124.900 et 41.100 Euros HT). Il serait intéressant de savoir si les personnes en charge de la révision de notre PLU, celui d'une ville de plus de 80.000 habitants ont une expérience significative sur une ville de même strate de population dans le cadre de l'agglomération parisienne.


- Page 30 : les tribunes ou ce qu'il en reste. Réduite de 2700 à 1700 signes, voici la démocratie peau de chagrin chère à Bruno Beschizza. Tout pour lui et rien pour les autres. 

Pour l'UMP, satisfecit de Séverine Maroun suite à son élection relativisée par la conservation de la direction du département par la Gauche plurielle. Pour l'UDI, Jacques Chaussat de plus en plus déconnecté des réalités aulnaysiennes revient sur le grenelle de l'environnement cher à monsieur Borloo mais au-delà des grandes périphrases omet de nous dire ce qu'il veut faire concrètement sur la ville alors que l'agenda 21 semble être un vestige du passé définitivement enterré. Pour les élus socialistes et républicains, Évelyne Demonceaux revient sur le fiasco de la réforme des rythmes scolaires toujours pas mis en place par monsieur Beschizza.


- Page 36 : La programmation du Cap avec cette question quant à son devenir. Cette structure culturelle exceptionnelle située dans un quartier populaire de la ville connaît-elle sa dernière saison ? Son budget largement amputé devrait encore être baissé cette année. On parle même  à terme de fermeture pure et simple. Et pourtant par la qualité de sa programmation, le lieu attire de nombreux aulnaysiens mais aussi des spectateurs de toute l'Île-de-France !

- Page 46 : les indispensables petites annonces, sans doute plus importantes que les tribunes politiques... avec une table de chavet en imitation acacia, un Iphone à payer en espèces et un lot de vêtements.

Publié dans Oxygène décrypté

Commenter cet article

Bruno Defait 21/04/2015 15:07

Il y a une Une qui manque:
J'y serai autant présent que Michel Lacroix