Nouvelles mobilisations des parents d'élèves

Publié le par Aulnay Autrement

Nouvelles mobilisations des parents d'élèves

Organisée par le Collectif des parents représentants d'écoles (Collectif RPE dAulnay-sous-Bois), l'opération écoles désertes de samedi dernier  a été même très suvie, avec dans certaines écoles la présence très marginale des élèves.

 

Jusqu'à présent, élus de la majorité et administration municipale avaient traité avec arrogance et désinvolture le mouvement. Le propre cabinet du maire Bruno Beschizza avait fait passé des éléments de langage. Hélas, ce mouvement organisé par des "faux parents" et ne touchant que "deux ou trois écoles" s'est vite révélé être un mouvement d'une grande ampleur touchant bien des dizaines d'écoles de la ville.

 

Pour preuve, le mouvement a d'ores et déjà prévu une série d'actions pour obtenir la mise en place dans le respect de la loi d'une véritable réforme des rythmes scolaires :

 

- Mercredi 25 mars 2015 A 20h00 Intervention des parents au Conseil Municipal lors du débat d’orientation budgétaire pour rappeler à Monsieur le Maire que l’éducation doit rester une priorité 

- Samedi 28 mars 2015 A 09h00 Sans réponse, sans proposition concrète nouvelle mobilisation devant la Mairie 

- Mercredi 01 avril 2015 A 18h00 Comité d’évaluation : mobilisation générale de l’ensemble des parents 

- Mercredi 08 avril 2015 A 20h00 Nouvelle intervention des parents au Conseil municipal pour le vote du budget 

Commenter cet article

Carlier 25/03/2015 11:31

Rythmes scolaires : dogmatisme à Aulnay, pragmatisme grâce au maire UMP d’Aubagne

En mars 2014, un nouveau maire UMP est élu dans une grande ville de banlieue. Cela ne vous rappelle rien ?

Cela se déroule dans la ville de naissance de Marcel Pagnol : AUBAGNE (Bouches du Rhône), 46 000 habitants proches de Marseille.

Cette mairie porte un fardeau considérable : les emprunts dits toxiques. Aubagne est devenu parmi les villes de + de 20 000 hab. la troisième plus endettée de France : 161 millions d’en cours de dette en 2013 contre 109 millions pour Aulnay. Avec une population presque deux fois moindre à Aubagne : la dette par hab. est de 1318 euros par aulnaysien contre 3475 euros à Aubagne (données 2013).

Le « mur financier » était 2.6 fois plus haut à Aubagne.

Aubagne n’est pas une ville plus riche. Les revenus moyens sont identiques entre les habitants des deux communes. Source : http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/dossier/les-revenus-des-francais-ville-par-ville

Du fait du poids de la dette, le nouveau maire d’Aubagne a t’il gelé tout investissement y compris sur la jeunesse ? Qu’a t-il réalisé sur les rythmes scolaires ?

Ni pagnolade, ni attentisme : du pragmatisme et du volontariat à partir d’une concertation lancée avec un slogan évocateur « le débat est ouvert ». Source : http://www.aubagne.fr/fr/actualite.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=1795&cHash=ec037b69e3bf026004832788a1b5a9e9

Ingénieur de formation, ce nouveau maire UMP s’est lancé dans une séquence intense de concertation entre septembre et octobre 2014 : neuf assemblées participatives, 28 conseils d’école extraordinaires ont réuni tous les acteurs de l’éducation avec la réalisation d’une enquête pour laquelle 2 317 questionnaires ont été retournés par les parents d’élèves. Une majorité (79 % contre 80 % à Aulnay) s’est exprimée pour le mercredi qui s’est mis en place à Aubagne comme dans les 7 sept villes les plus endettées de France.

Ce nouveau maire a construit un projet avec notamment un large plan de formation. Une quarantaine d’employées de 18 à 57 ans déjà affectées aux activités périscolaire ont suivi l’été 2014 une formation au BAFA. Source : http://www.aubagne.fr/fr/actualite.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=2182&cHash=70b0807c3b57def9f28cb6387114b1e6

Malgré les emprunts toxiques, les investissements sur l’éducation ont été sanctuarisés.

Une vision, une méthode, une concertation. Je lui tire mon chapeau ! Bravo à ce nouveau maire UMP inconnu en Ile de France : Gérard Gazay. Les micro-cravates de BFM-TV ne semblent ni sa tasse de thé ni son anisette préférée.

Les bons maires réellement impliqués localement savent gérer les dossiers transversaux nécessitant d’impulser une dynamique.

Pendant ce temps, même sans Mistral, la pagnolade souffle fort à Aulnay :
- Quand les parents votent à 80 % pour le mercredi, votre maire impose à sa façon comme dans Topaze : « Quand on doit diriger des enfants ou des hommes, il faut de temps en temps commettre une belle injustice, bien nette, bien criante : c'est ça qui leur en impose le plus ! ».
- Comme dans Jean de Florette, une source a été bouchée avec du ciment pour de mauvaises raisons. Les activités périscolaires s’écoulent dans toute la France sauf à Aulnay. Ugolin et le papet sont dans le coup. Ugolin du 93 a bouché la source de la concertation. Il plante les parents à la place des œillets. Le papet Nico a défini la politique du ni-ni. Ni Hamon ni Belkacem. Application par Ugolin : ni concertation ni transparence financière. Avec dernièrement un petit goutte-à-goutte d’activités bricolées.
- Dernière beschizzade, l’évaluation et le financement sont aussi clairs que l’eau du vieux port de Marseille. Il ne manquerait plus que les électeurs détiennent les clés pour comprendre. L’autoproclamé VRP d’Aulnay fait comme dans César en transposant aux électeurs : « S'il faut toujours dire la vérité à la clientèle, il n'y a pas de commerce possible. » A la différence du commerce, une moindre participation est parfois électoralement payante.

Les priorités de la mairie d’Aulnay ne sont pas ceux de la mairie d’Aubagne. Un destin à la Rastignac n’attend rien des retombées de mise en œuvre d’une politique nationale contestée. La gestion de l’éducation n’amène que des ennuis. Comme dans Fanny : « Quand on n'a pas d'enfants, on est jaloux de ceux qui en ont et quand on en a, ils vous font devenir chèvre ! La Sainte Vierge, peuchère, elle n'en a eu qu'un et regarde un peu les ennuis qu'il lui a faits ! »

A Aulnay, contrairement à Aubagne, vous ne semblez pas avoir d'exigences collectives, à l'exception notamment d'un groupe croissant de parents d'élèves, vis à vis de pagnolades sur un sujet sérieux comme l’éducation de 10 000 enfants. La fin du dogmatisme se démontre au-delà des communications sur un dossier comme les rythmes scolaires nécessitant concertation, transparence financière et évaluation. L'opacité entretenue sur une subvention à 6 chiffres disponible pour l'année scolaire en cours ne vous interpelle pas ?

De la part d’un parent d’élève n’habitant/ne votant pas dans le 93, soulignant l’efficacité de certains maires UMP et dont la fille en CP quittera votre ville à cause du dogmatisme