Bruno Beschizza veut-il supprimer les doubles menus dans les cantines d'Aulnay-sous-Bois

Publié le par Laurent Comparot

Bruno Beschizza veut-il supprimer les doubles menus dans les cantines d'Aulnay-sous-Bois

L'accès du plus grand nombre dans les cantines scolaires d'Aulnay-sous-Bois était une des grandes avancées sociales de la précédente majorité municipale de Gauche. Les diverses améliorations avaient bien sûr porté sur une réforme avantageuse pour les familles des quotiens familiaux et la mise en place de doubles menus permettant d'accueillir le plus grand nombre. En outre, la mise en place de produits Bio et une meilleure approche diététique avaient contribué à une véritable adhésion de la population avec une augmentation significative de la fréquentation des cantines scolaires.

 

Quelles sont les véritables intentions de Bruno Beschizza ?

Bruno Beschizza doit clarifier sa position sur le sujet. Veut-il suivre Nicolas Sarkozy, son ami et mentor, qui s'est clairement exprimé et à plusieurs reprises sur l'abandon des repas de substitution dans les restaurants scolaires ? 

On rappellera que Nicolas Sarkozy avait défendu la décision de Gilles Platret maire UMP de Châlons-de-Saône de supprimer le menu de substitution pour ne pas bannir le porc des gamelles, alors qu'un menu "bis" était en place dans sa commune depuis plus de trente ans. On notera que Bruno Beschizza siège aux côtés de Gilles Platret dans le groupe laïcité au sein de l'association des maires de France (AMF).

 

Jusqu'à présent, on n'a pas entendu monsieur Beschizza pourtant pas avare de ses prestations sur les plateaux de télévision désavouer Nicolas Sarkozy. D'autres à l'UMP ont été très clairs . Bruno Le maire s'est montré catégorique : «Je souhaite que nous continuions à laisser le choix à nos enfants, partout». Christian Estrosi en qualité de maire de Nice a 163 cantines scolaires sous sa responsabilité a déclaré : «Je ne veux pas entendre parler, ni de halal, ni de casher bien évidemment mais quand on est issu d'une famille où l'éducation fait qu'on ne mange pas de porc, je ne veux pas imposer à des enfants de consommer du porc». Même l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino assure : «Je suis en désaccord total avec le choix du menu unique, ou on n'offre pas un menu de substitution aux enfants, qui, à cause des interdits que leurs familles leur ont inculqués, ne peuvent pas manger le menu qui leur est proposé».

 

Quand Nicolas Sarkozy court après le Front National

On rappellera que la polémique engagée autour des menus sans porc est une des vieilles lubies du Front National, un thème de campagne désormais récupéré par Nicolas Sarkozy, le nouveau président de l'UMP. Un paradoxe alors dans la plupart des mairies conquises par le Front National ou ses amis (Cogolin, Beaucaire, Fréjus, Villers-Coterêts, Béziers), un menu alternatif au porc est souvent maintenu par nécessité.

 

Une position équilibrée

Si la mise en place des doubles menus constitue un arrangement avec la laïcité instituée par la loi de 1905, il n'y a pas pour autant de règles contraignantes pour les maires, le service de restauration scolaire étant considété comme étant un service public facultatif . A défaut d'obligation légale dans les textes, chacun s'arrange comme il peut. Cependant, l'Observatoire de la laïcité recommande de "ne pas prendre en compte de prescriptions religieuses", mais d'offrir "une diversité de choix". En clair : des menus avec ou sans viande. C'est généralement ce que fait la majorité des villes.

 

La dégration observée de la qualité à Aulnay-sous-Bois

On observe par ailleurs une dégradation réelle dans les menus servis aux enfants des écoles publiques d'Aulnay-sous-Bois tant en terme de quantité que de qualité. Les portions servies sont parfois insuffisantes. Quant à la qualité, elle semble se dégrader. Les entrants bio qui avaient fait leur entrée dans les restaurants scolaires se font désormais rares alors que globalement le prix de l'alimentation bio tend à baisser. La baisse de qualité des aliments choisis pour composer les menus 

 

La restauration scolaire va-t-elle faire les frais de la politique d'austérité de Bruno Beschizza ?

Alors que la majorité municipale prétend dans son prochain budget réduire drastiquement les dépenses, cela n'est pas sans nourrir de fortes craintes en ce qui concerne la restauration scolaire. La suppression des doubles menus conjuguée à une baisse significatve quantitative et qualitative des menus servis est bien tentante dans ce contexte d'austérité assumée. Une tentation tant politique qu'économie.

 

Commenter cet article